Le spectacle vivant de la Révolution

Il est rare que je laisse passer une occasion de voir un spectacle sur la Révolution française et de vous en faire part ici, lecteurs. Pour la seule saison 2016-2017, j’en ai vu six. Vous avez pu me lire à propos de deux merveilles, la recréation du 1793 du Théâtre du Soleil par Jean Bellorini et la Mort de Danton mise en scène par Jean-Pierre Baro. J’ai rendu compte aussi de deux curiosités, Le Procès de Charlotte Corday par Benoît Lepecq et le Marie-Antoinette(s) de Pauline Susini. En revanche, je n’ai rien écrit sur ce carnet à propos des deux spectacles qui m’ont le plus occupé puisqu’ils étaient au programme pour mes étudiants.

Le premier était la Mort de Danton mise en scène par François Orsoni à la MC93 puis au théâtre de la Bastille. Quatre comédiens et une comédienne se partageaient tous les rôles. Quelques éléments de costume, notamment des perruques, permettaient au départ de distinguer les personnages. On reconnaissait à peu près Robespierre, Danton et un drôle de Saint-Just portant soutane et chaussures à roulettes. Mais rapidement tous se confondaient, emportés vers un néant que matérialisait l’extrémité sombre d’une très longue table. L’impossibilité d’accéder au sens était revendiqué par le metteur en scène. Les quelques symboles qui subsistaient – un drapeau tricolore, une Marseillaise – étaient eux aussi emportés par la fatigue et par la mort. Ô que j’ai aimé, par contraste, l’énergie des acteurs dirigés par Jean-Pierre Baro!

Reste le Ça ira (1) Fin de Louis de Joël Pommerat. Si je n’ai rien publié ici sur ce spectacle déjà historique, ce n’est sans doute pas par manque de désir, mais parce qu’une belle occasion d’écrire m’a été offerte ailleurs. Le résultat est en ligne depuis quelques semaines maintenant: le deuxième chantier de la revue thaêtre est en effet consacré à «la Révolution selon Pommerat». J’y ai écrit un long abécédaire, «Ça ira de A à Z» avec mes collègues et co-organisatrices du séminaire Imaginaires de la Révolution, Florence Lotterie et Sophie Lucet. Armelle Talbot, à l’initiative de ce projet, l’a enrichi par de très belles illustrations. La forme de l’abécédaire nous a donné la liberté de ne pas toujours être d’accord, par exemple sur les implications politiques du spectacle (voyez par exemple l’entrée Quatorze Juillet). Elle nous a permis de nous attacher à certains détails, comme les perruques, ou à l’inverse de prendre du champ. Dans la plupart des entrées, nous mettons la pièce de Joël Pommerat en perspective avec un ou plusieurs autres textes, dont nous publions des extraits, parfois inédits en ligne. (Connaissez-vous le Thermidor-Terminus d’André Benedetto?) À côté de cet article écrit par trois littéraires, on peut lire un entretien avec le comédien Éric Feldman (le député Carray dans la pièce), un long texte de la dramaturge Marion Boudier sur l’écriture de la pièce et la transcription d’une table ronde réunissant les historiens Patrick Boucheron, Guillaume Mazeau et Sophie Wahnich.

C’est aussi dans thaêtre que j’ai eu l’occasion de présenter la traduction de La Mort de Danton par Irène Bonnaud, découverte grâce à la mise en scène de Jean-Pierre Baro, et d’en publier deux extraits.

Fin de la saison? Peut-être pas…

Mise à jour du 17 août: on peut désormais lire aussi mon compte rendu de La Rencontre Marat Danton Robespierre, de et par Jean-Vincent Brisa.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *