Gallicagram: un outil d’exploration pour l’histoire littéraire de la Révolution

J’étais invité le 27 octobre dernier au Early Modern French Seminar à la Maison française d’Oxford. Le thème du séminaire, «Impressions», m’a incité à poser la question «Quels sont les imprimés qui ont fait impression pendant la Révolution française?» Je me suis surtout demandé quels moyens nous avons de répondre à une telle question. Ce qui reste de l’histoire littéraire de la Révolution française, ce que l’on peut voir, lire, étudier, ce sont surtout des imprimés. Certes, il existe aussi des manuscrits, dans des archives privées ou publiques, mais ils sont beaucoup moins accessibles. Les manuscrits ont été conservés dès le moment de leur publication grâce au dépôt légal (supprimé en 1790, mais rétabli dès 1793). De nombreuses collections d’imprimés de la période révolutionnaire ont été acquises par les bibliothèques patrimoniales et tout particulièrement par la Bibliothèque nationale de France. Des catalogues spécifiques ont été constitués.

Continuer la lecture de « Gallicagram: un outil d’exploration pour l’histoire littéraire de la Révolution »

Comment s’appelait Madame Roland ?

Depuis 2019, les programmes d’histoire de première invitent à étudier «Madame Roland, une femme en révolution». Peut-on encore désigner une femme de cette manière aujourd’hui ? Sans prénom, en la réduisant à son genre et au nom de son mari ? En l’appelant «Madame Roland» on fait d’elle et de son époux un duo, un «tandem» comme le disent les documents d’accompagnement des programmes, un être à deux têtes et à quatre mains, mais qui n’a qu’un nom, le nom de l’homme.

Les arguments historiques en faveur de cette manière de la nommer sont faibles. Certes, c’est comme cela qu’elle est nommée dans la presse, la première fois qu’il est question d’elle en septembre 1792. Mais c’est Danton qui la désigne ainsi, pour discréditer son mari. C’est aussi sous le nom de « Madame Roland » que sont publiées ses Mémoires… en 1820, soit vingt-sept ans après sa mort. En revanche, sur la page de titre de la première édition de ces mémoires, publiés sous le titre Appel à l’impartiale postérité en 1795, elle est appelée « La citoyenne Roland ». Autrement dit et quoi que l’on pense de « Madame Roland » pour aujourd’hui, cette manière de la désigner n’est guère plus historique qu’une autre. Rien ne prouve qu’elle-même ait voulu être appelée ainsi.

Continuer la lecture de « Comment s’appelait Madame Roland ? »

Diderot et la Révolution : l’histoire d’une non-publication

Compte rendu de lecture. Caroline Warman, The Atheist’s Bible: Diderot’s ‘Éléments de physiologie’. Cambridge, UK: Open Book Publishers, 2020, https://doi.org/10.11647/OBP.0199 – CC BY 4.0

Version écrite d’une intervention à la Maison française d’Oxford le 17 mai 2022, à l’occasion de la présentation du livre par Caroline Warman.

Je ne dirai rien de la première partie de ce livre, qui présente les Éléments de physiologie de Diderot, qui fait le point sur leur réception critique, qui prouve leur importance pour Diderot lui-même et pour l’histoire de la pensée matérialiste, qui propose enfin une lecture détaillée du texte. La seconde partie du livre m’intéresse trop : je me précipite donc vers la page 179. Continuer la lecture de « Diderot et la Révolution : l’histoire d’une non-publication »

Olympe de Gouges au programme de la République

Commençons par le plus important : des dizaines de milliers d’élèves de première vont étudier un texte d’Olympe de Gouges pour préparer leur bac de français. C’est, de doute façon, formidable.

Je passe aussi sur le paradoxe d’un texte qui n’a eu aucun écho du vivant de son autrice, qui a été oublié pendant près de deux cents ans et qui est, désormais, un classique. J’en ai parlé ailleurs. En revanche, je voudrais faire quelques remarques et poser quelques questions sur la manière dont la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne est inscrite dans les programmes du baccalauréat

La représentante officielle des Lumières

Les programmes de français sont organisés autour de grands genres littéraires. Au cours des vingt dernières années, ces genres se sont réduits à quatre : le roman, le théâtre, la poésie et l’argumentation qu’on appelle désormais la littérature d’idée.

Ce quatrième objet est susceptible d’une confusion qui lui est propre : quand on étudie la littérature d’idées, on a souvent tendance à accorder une importance plus grande aux valeurs que les textes sont supposés porter qu’à leurs qualités propres. Certes, on ne cherche plus à faire l’éducation morale des élèves avec les fables de La Fontaine, mais on continue à promouvoir l’humanisme et plus encore les Lumières.

Continuer la lecture de « Olympe de Gouges au programme de la République »

Sylvain Maréchal était-il un « bouffon réactionnaire » ?

L’affaire est connue. Enfin, c’est une façon de parler. Disons qu’elle est relativement connue: les écrits d’aujourd’hui qui portent sur l’histoire des femmes et du féminisme pendant la Révolution française mettent souvent en avant le Projet de loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes publié en 1801 par Sylvain Maréchal. L’affaire serait aussi entendue: l’athée, le révolutionnaire radical, le complice de Babeuf serait aussi un affreux misogyne. Y a-t-il meilleure preuve que la Révolution s’est faite contre les femmes?

Il y a aussi une femme dans cette affaire, mais elle reste dans l’ombre: Marie Armande Jeanne Gacon-Dufour, qui publie une réponse intitulée Contre le projet de S.*** M.*** portant défense d’apprendre à lire aux femmes. On signale souvent cette réponse en regrettant sa trop grande modération. On remarque parfois que Gacon-Dufour et Maréchal ont été très proches dans les mois qui ont suivi et on en tire des conclusions absurdes: c’est cette polémique qui serait à l’origine de leur relation. Que ne dit-on que les deux auteurs se connaissaient depuis longtemps? Et pourquoi a-t-on oublié le roman de Gacon-Dufour, La Femme grenadier, qui se termine par un hommage de Maréchal à l’autrice, placée au-dessus de toutes les Jeanne célèbres pour ses qualités morales et intellectuelles?

Continuer la lecture de « Sylvain Maréchal était-il un « bouffon réactionnaire » ? »

« Les discours font partie de l’histoire »

Je participe aujourd’hui au beau colloque Éloquence révolutionnaire et tradition rhétorique organisé par Patrick Brasart (université Paris 8), Hélène Parent (université Paris Nanterre), Stéphane Pujol (université Toulouse Jean Jaurès). Vous trouverez ici les références des ouvrages que j’évoque dans ma communication sur l’écriture de la parole politique dans les premières histoires de la Révolution, un choix de citations, ainsi que des liens vers les éditions originales numérisées. Je publie ces informations dans l’ordre de mon propos. Vous trouverez ailleurs sur ce carnet une bibliographie des premières histoires de la Révolution.

Continuer la lecture de « « Les discours font partie de l’histoire » »

Roman et histoire : la Révolution d’Émilie et de François Emmanuel Toulongeon

Version écrite d’une intervention dans le cadre séminaire de Master 2 et doctoral de l’IHRF-IHMC «En faisant, en écrivant la Révolution», organisé par Colin Jones et Pierre Serna, le 25 novembre 2020.

À propos des Lettres de la Vendée, roman d’Émilie Toulongeon, et du premier volume de L’Histoire de France depuis la révolution de 1789, par François Emmanuel Toulongeon, publiés en 1801.

Continuer la lecture de « Roman et histoire : la Révolution d’Émilie et de François Emmanuel Toulongeon »

Sand, Mauprat et le Roi des Aulnes

« Je me trouvai donc orphelin à sept ans. Mon grand-père pilla dans la maison de ma mère tout l’argent et les nippes qu’il put emporter ; puis, laissant le reste, et disant qu’il ne voulait point avoir affaire aux gens de loi, il n’attendit pas que la morte fût ensevelie, et, me prenant par le collet de ma veste, il me jeta sur la croupe de son cheval. »

Édition Folio, p. 43-44.

Cette phase du premier chapitre du roman Mauprat de George Sand, au programme de l’agrégation de lettres pour l’année 2021, introduit une chevauchée cauchemardesque à travers la forêt : le cavalier emporte l’enfant à grande vitesse, raillant la peur de celui-ci et frappant son cheval. La chevauchée, évoquée pendant près d’une page, s’interrompt « vers minuit » quand, traversant un pont-levis, le jeune Bernard arrive à la Roche-Mauprat où il est remis à son oncle Jean.

Un homme et un enfant effrayé traversent une forêt à cheval pendant la nuit : le motif suffit à rappeler l’un des plus célèbres poèmes de Goethe, «Le Roi des Aulnes» (Erlkönig), écrit en 1782 et traduit en français à partir de 1818. Si les points communs entre le poème allemand et le récit de Sand sont à première vue trop maigres pour y voir autre chose qu’un simple écho, plusieurs éléments permettent en vérité de considérer cette page de Mauprat comme une véritable réécriture du «Roi des Aulnes».

Continuer la lecture de « Sand, Mauprat et le Roi des Aulnes »

La Révolution cataloguée

Où trouve-t-on les titres des ouvrages publiés pendant la Révolution française et les noms de celles et ceux qui les ont écrits ? Vous trouverez ci-dessous quelques éléments de réponse à cette question abordée à l’occasion du séminaire de master sur l’histoire littéraire de la Révolution française en octobre 2020. Continuer la lecture de « La Révolution cataloguée »

Des écrits qui agissent

Textes étudiés à l’occasion du séminaire de master sur l’histoire littéraire de la Révolution française le 7 octobre 2020.

Jean-Joseph Mounier, Nouvelles observations sur les États généraux de France, 1789.

Avertissement – On pourra me reprocher des longueurs, des incorrections ; j’ai eu trop peu de temps pour soigner mon style ; je n’ai pas même pu travailler de suite à ces Observations. J’ai été obligé de m’en occuper à mesure qu’on les imprimait ; je n’ai point eu d’autre but que celui d’être utile à ma Patrie.

Introduction – Les États-Généraux vont justifier ou détruire nos espérances. Ils vont établir, sur de solides bases, les droits du monarque et ceux du peuple, ou multiplier depuis les obstacles qui s’opposent depuis longtemps à leur félicité commune. L’esclave qui tente de briser ses chaînes, peut s’attendre à les voir resserrer, s’il ne parvient pas à les rompre.

Continuer la lecture de « Des écrits qui agissent »

La Terreur : histoire d’un théâtre d’ombres

Compte rendu de lecture. Jean-Clément Martin, Les Échos de la Terreur. Vérités d’un mensonge d’État, 1794-2001, Paris, Belin, 2018, ISBN 978-2-410-00206-5, 24 €, 316 pages.

«En inventant la Terreur» le 28 août 1794, un mois après l’élimination de Robespierre, Tallien «révolutionne la Révolution» (p.29).  Le terme et l’idée de Terreur s’imposent: son imprécision, sa plasticité et son pouvoir d’occultation lui assurent un succès durable. Dans Les Échos de la Terreur, Jean-Clément Martin entreprend la «généalogie» de ce mensonge. S’il revient comme il l’a souvent fait déjà sur ses origines, il met surtout l’accent sur son devenir, consacrant la plus grande part ce livre à la Terreur comme «catastrophe originaire» (titre de la deuxième partie) ou comme «mythe originel» (p.19). Cet ouvrage prolonge ainsi La Terreur. Vérités et légendes, publié un an plus tôt par Jean-Clément Martin (voir mon compte rendu). Il s’en distingue par la perspective adoptée, mais aussi par la manière d’écrire. L’ouvrage de 2017 est une très belle entreprise de vulgarisation, fait de chapitres courts et incisifs. Ce livre-ci est une intervention dans les débats scientifiques actuels sur la Révolution: sans rien perdre de sa clarté dans l’expression, Jean-Clément Martin écrit à partir de très nombreuses lectures. Les références qu’il donne en notes constituent une bibliographie très riche. L’historien construit explicitement une position personnelle, disant ses accords ou désaccords avec nuance et affichant parfois son manque de «compétences», par exemple à propos du sacré (p.211).

Continuer la lecture de « La Terreur : histoire d’un théâtre d’ombres »

Lettres de la Vendée : un roman du consentement

Seul ouvrage connu d’Émilie Toulongeon, le roman Lettres de la Vendée, publié en 1801, raconte les amours contrariés de Louise la noble Vendéenne et de Maurice le gendarme républicain. L’autrice invente un itinéraire original qui conduit de la guerre à la paix et de la contrainte au consentement. Le personnage féminin prend en charge tout le récit, dans les lettres qu’elle envoie à une unique destinataire qui lui tient lieu de confidente. Œuvre de réconciliation au lendemain de la guerre de Vendée, mise en scène de la vie quotidienne pendant la Révolution, le roman propose aussi une réflexion originale sur les relations entre les femmes et les hommes. En sauvant Louise de la mort au début du roman, Maurice lui impose son désir. Il n’a pas trop de la première partie du roman pour gagner sa confiance, puis son affection. Le Commandant de sa compagnie de gendarmerie tente beaucoup plus brutalement d’abuser de Louise. Si cette scène met en évidence la différence de caractère entre les deux hommes, elle pose de façon plus aigüe la question du consentement, au cœur des Lettres de la Vendée. Comment surmonter la violence initiale ? Comment affirmer son choix ? Que faire de tout ce qui est trouble ? Dans les lettres qu’elle prête à son héroïne, Émilie Toulongeon développe un questionnement qui vaut autant pour l’amour que pour la politique. Si Louise parvient à aimer librement Maurice, la Vendée pourra consentir à la République.

Vous pouvez désormais lire les Lettres de la Vendée dans l’édition critique publiée par l’Université Paris Diderot. De septembre à décembre 2019, onze étudiant.e.s en troisième année de licence de lettres ont préparé cette édition sous ma direction : Pia Auger, Lola Bouchard, Justine Dienis, Samia El Harrati, Julie Gane, Matthieu George, Thomas Gerot, Marilou Gilles, Laurène Gilon Meixner, Ambre Guisnet et Manon Villanneau. Je les remercie vivement pour leur engagement et la qualité de leur travail de recherche1.

Continuer la lecture de « Lettres de la Vendée : un roman du consentement »
  1. On peut lire une description détaillée de la manière dont est organisée cet atelier d’édition critique dans un autre article de ce carnet de recherche. []

Richard Cœur de Lion : la royauté sauvée par les arts

Compte rendu. André Grétry, Richard Cœur de Lion, opéra-comique en trois actes sur un livret de Michel-Jean Sedaine, créé en 1784 à Paris, nouvelle production, Le Concert spirituel (chœur et orchestre), Hervé Niquet (direction), Marshall Pynkoski (mise en scène), à l’Opéra royal de Versailles, du 10 au 13 octobre 2019.

Aller à Versailles pour une représentation de Richard Cœur de Lion de Grétry, c’est avoir rendez-vous avec la Révolution française. Grétry était l’un des compositeurs les plus connus et les plus appréciés de la fin du 18e siècle, le compositeur préféré de Marie-Antoinette, c’est dire! Mais il y a mieux: un air célèbre de cet opéra, «Ô Richard, ô mon roi», a été l’élément déclencheur d’un tournant de la Révolution. Le 1er octobre 1789, les gardes du corps du roi organisent un grand banquet en l’honneur des officiers du régiment de Flandres. Ils dressent une grande table sur la scène de l’Opéra de Versailles. Les loges sont pleines de spectateurs. La famille royale se montre dans une loge, puis descend parmi les soldats rassemblés sur la scène.

Continuer la lecture de « Richard Cœur de Lion : la royauté sauvée par les arts »

Firmin ou le Jouet de la fortune, 2e édition !

Aucun ouvrage de Joseph Rosny n’avait été réédité depuis sa mort, en 1814. L’un de ses romans, Firmin ou le Jouet de la fortune, dont la première édition date de 1798, est aujourd’hui publié par l’université Paris Diderot, dans la collection des «Publications du centre Jacques-Seebacher» sous la forme d’un livre électronique (au format ePub). Les coquilles de l’édition originale ont été corrigées et l’orthographe a été modernisée. Des notes explicatives, une préface et une bibliographie accompagnent le texte.

Continuer la lecture de « Firmin ou le Jouet de la fortune, 2e édition ! »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search