Le spectacle vivant de la Révolution

Il est rare que je laisse passer une occasion de voir un spectacle sur la Révolution française et de vous en faire part ici, lecteurs. Pour la seule saison 2016-2017, j’en ai vu six. Vous avez pu me lire à propos de deux merveilles, la recréation du 1793 du Théâtre du Soleil par Jean Bellorini et la Mort de Danton mise en scène par Jean-Pierre Baro. J’ai rendu compte aussi de deux curiosités, Le Procès de Charlotte Corday par Benoît Lepecq et le Marie-Antoinette(s) de Pauline Susini. En revanche, je n’ai rien écrit sur ce carnet à propos des deux spectacles qui m’ont le plus occupé puisqu’ils étaient au programme pour mes étudiants. Continuer la lecture de « Le spectacle vivant de la Révolution »

Une histoire brève de la littérature de la Révolution

Alain Viala vient de publier le troisième volume d’une série intitulée Une histoire brève de la littérature française. Après avoir présenté Le Moyen Âge et la Renaissance (vol.1, 2014) puis L’Âge classique et les Lumières (vol.2, 2015), il aborde ici l’histoire littéraire d’un long dix-neuvième siècle, De la Révolution à la Belle Époque (vol.3, 2017). L’ensemble de la série est le prolongement écrit d’une histoire littéraire enregistrée avec le concours de Daniel Mesguish et proposé par La Librairie sonore Frémaux & Associés. Le volume consacré au dix-neuvième siècle a été conçu avec la collaboration de Paul Aron. Continuer la lecture de « Une histoire brève de la littérature de la Révolution »

Éric Vuillard à Paris Diderot

Compte rendu. Table ronde autour du récit d’Éric Vuillard, 14 juillet (Actes Sud, 2016) avec Éric Vuillard (auteur, Actes Sud), Paule Petitier (professeur, Paris Diderot), Florence Lotterie (professeur, Paris Diderot), Olivier Ritz (MCF, Paris Diderot), et Sophie Wahnich (directrice de recherche, CNRS). Dans le cadre de la journée d’étude «engagement de l’écrivain et imaginaires de la Révolution», organisée par Fanny Arama et Erwan Guéret à l’université Paris Diderot, le 9 juin 2017.

Erwan Guéret. En quoi le récit vous paraît-il la forme la mieux adaptée à votre engagement ?

Éric Vuillard. La littérature se présente traditionnellement comme une activité amputante, presque comme une activité autonome, quand bien même l’enseignement de la littérature se modernise et insiste sur ses liens avec la société. Quelque chose de plus fort subsiste, avec l’idée de l’inspiration: la littérature serait hors du temps et l’écrivain serait isolé. Le romantisme et le roman ont à voir avec cette conception de la littérature. Le récit renvoie davantage à nos inquiétudes présentes. Il permet de penser aujourd’hui. Continuer la lecture de « Éric Vuillard à Paris Diderot »

Révolution et tournant de siècle: Mélancolies

Compte rendu de la cinquième séance du séminaire IMAREV 18-21 (Imaginaires de la Révolution de 1789 à aujourd’hui). Vendredi 2 juin de 14h à 16h à l’université Paris Diderot (bibliothèque Seebacher). Avec Stéphanie Genand (La Chambre noire. Germaine de Staël et la pensée du négatif, Droz, 2017) et Philip Knee (L’Expérience de la perte autour du moment 1800, Voltaire Foundation, 2014).

[Avertissement: parce que c’est plus simple, j’utilise la première personne du singulier pour faire parler les intervenants. Puissent-ils me pardonner cette fiction et m’indiquer les corrections à faire si, en écrivant à partir de mes notes, j’ai trop fortement détourné leur pensée.]

Continuer la lecture de « Révolution et tournant de siècle: Mélancolies »

Dans les petits papiers de Michelet

L’Histoire de la Révolution française publiée en six tomes entre 1847 et 1853 a beaucoup contribué à la gloire de son auteur, Jules Michelet. Elle est un texte majeur pour qui s’intéresse à la littérature française du 19e siècle ou à l’historiographie de la Révolution française. Les papiers préparatoires à l’écriture de cette histoire ont été conservés: rassemblés et triés à plusieurs reprises depuis le décès de l’historien, ils sont réunis dans six gros volumes, aujourd’hui conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Ces papiers ne sont pas les manuscrits de l’Histoire de la Révolution française, mais les traces écrites d’un travail préparatoire à la rédaction, des brouillons d’un genre particulier, supports d’une prise de note plus ou moins structurée. Avec ces premiers textes, résultats de la recherche et de la sélection d’informations, s’élaborent déjà la pensée et parfois le style. Continuer la lecture de « Dans les petits papiers de Michelet »

Engagement de l’écrivain et imaginaires de la Révolution

La journée d’étude «engagement de l’écrivain et imaginaires de la Révolution» a eu lieu le 9 juin à l’université Paris Diderot. En attendant d’en lire un compte rendu (j’insisterai surtout sur la table ronde avec Éric Vuillard) vous pouvez lire le programme détaillé.

Continuer la lecture de « Engagement de l’écrivain et imaginaires de la Révolution »

Le 18 Fructidor de Louis-Sébastien Mercier

Ce mois-ci paraît le seizième numéro de la revue Orages. Littérature et culture (1760-1830) dont le thème est «Haines politiques». J’y parle de Louis-Sébastien Mercier et plus particulièrement de son Nouveau Paris, publié en 1798. Ce vaste texte, bien connu des spécialistes de la période et qui mériterait de toucher un public plus large, m’intéresse depuis longtemps. Avec cet article, j’ai voulu m’interroger sur l’engagement politique de Mercier dans le contexte très particulier du coup d’État du 18 Fructidor an V (4 septembre 1797). Comment peut-on défendre la République quand les élections ont donné une majorité à ses ennemis ? Continuer la lecture de « Le 18 Fructidor de Louis-Sébastien Mercier »

Mauvais genres !

Compte rendu de la quatrième séance du séminaire Imaginaires de la Révolution (IMAREV 18-21), organisé par Florence Lotterie, Sophie Lucet et Olivier Ritz. Vendredi 28 avril 2017, de 14h à 16h, à l’université Paris-Diderot. «Mauvais genres!», avec Marianne Acqua et Jean-Clément Martin.

Introduction de Sophie Lucet

Pourquoi parler de «mauvais genres» ? Quand il est question de jeux vidéos ou de comédie musicale, on se récrie, comme si ces objets n’étaient pas dignes d’intérêt. Continuer la lecture de « Mauvais genres ! »

1793, le théâtre révolutionnaire est de ce monde

Compte rendu de 1793, on fermera les mansardes et on en fera des jardins suspendus par la Troupe éphémère. D’après 1793, la cité révolutionnaire est de ce monde créé par le Théâtre du Soleil en 1972. Direction artistique: Jean Bellorini, Delphine Bradier, Mathieu Coblentz et Gaëlle Hermant. Au théâtre Gérard Philipe, à Saint-Denis, du 20 au 22 avril 2017.

Le spectacle que quelques rares privilégiés ont pu voir la semaine dernière à Saint-Denis était à tous points de vue extraordinaire : que l’on soit curieux de la Révolution, amateur de théâtre ou plus généralement encore citoyen en quête de sens politique, c’était une chance à peine croyable d’être là. Continuer la lecture de « 1793, le théâtre révolutionnaire est de ce monde »

Histoires tragiques et 14 juillet pluvieux

J’ai désormais déposé cinq articles sur les archives ouvertes HAL (tous ceux que j’ai pu déposer à ce jour).

On peut y découvrir différents temps de ma recherche sur les premières histoires de la Révolution (1789-1815) : d’une part le résultat d’une première exploration de ce corpus, centrée sur les pages de titres et plus précisément sur les épigraphes ; d’autre part un gros plan sur la production historique d’une année particulièrement féconde, l’an IX (1800-1801) ; enfin un article posant la question du tragique de ces premières histoires.

Grâce à la bonne volonté de l’éditeur Hermann, j’ai pu mettre à disposition le chapitre du livre La pluie et le beau temps dans la littérature (sous la dir. de Karin Becker) que j’ai consacré aux intempéries de la Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790. Ce chapitre, enrichi et remanié, est devenu le premier chapitre de ma thèse, puis de mon livre, indisponibles en ligne.

Enfin, j’ai publié une œuvre de jeunesse : un article sur les usages de l’Antiquité dans le roman L’Émigré de Sénac de Meilhan (1797).

Image à la une: David L., Le Serment de Lafayette, à la Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790, 1791 (détail). Paris, Musée Carnavalet.

Un an déjà : à quoi bon ce carnet ?

Littérature et Révolution: un an, trente-six articles, quelques centaines de vrais lecteurs, trente-huit commentaires. L’occasion de regarder en arrière, et de faire un premier bilan.

Il m’a fallu plusieurs mois pour découvrir ce que j’allais vraiment faire de ce carnet. Mes premiers articles étaient écrits presque par hasard, à propos d’objets qui me semblaient en lien avec un projet d’ensemble très vaste, qui dépasse d’ailleurs ce carnet de recherche: l’étude des relations entre la littérature et la Révolution française. Les catégories que j’utilisais au départ se recoupaient le plus souvent: comme dans ma thèse, j’évoquais le plus souvent des textes qui ont été publiés pendant la période 1789-1815 et qui disent quelque chose de la Révolution (qui la «fabriquent»). Continuer la lecture de « Un an déjà : à quoi bon ce carnet ? »

Écriture des possibles, écriture polémique et engagements

Compte rendu du séminaire Imaginaires de la Révolution (IMAREV 18-21). Vendredi 24 mars 2017 à l’université Paris Diderot. Séance doctorale, avec Fanny Arama, Laura Broccardo et Erwan Guéret.

Continuer la lecture de « Écriture des possibles, écriture polémique et engagements »

Pierre Michon, la Terreur et le poney Robespierre

Compte rendu du séminaire «Écritures contemporaines de l’Histoire: violences religieuses et terreurs révolutionnaires». Rencontre avec Pierre Michon et Patrick Wald Lasowski, séance organisée par Colas Duflo (Litt&Phi) et Dominique Viart (Observatoire des Littératures Contemporaines). Lundi 6 mars 2017, de 14 heures à 17 heures, à l’université de Nanterre.

Si la Terreur a jamais été à l’ordre du jour, c’était bien ce lundi 6 mars à Nanterre: une Terreur toute littéraire bien sûr, romanesque même, puisque c’est du roman Les Onze de Pierre Michon, et dans une moindre mesure du roman La Terreur, de Patrick Wald Lasowski, qu’il fut question pendant trois heures. La Terreur? «Cette période qui est comme le comble de l’histoire et que par conséquent on appelle très justement la Terreur» (Les Onze, p. 93).

On peut lire le compte rendu qui suit. On peut aussi, grâce à la WebTV de l’université Paris Nanterre, voir et écouter en ligne l’intégralité de la rencontre. Continuer la lecture de « Pierre Michon, la Terreur et le poney Robespierre »

La Révolution au féminin pluriel

Compte rendu de l’exposition Amazones de la Révolution, des femmes dans la tourmente de 1789, au musée Lambinet, à Versailles, du 5 novembre 2016 au 5 mars 2017. Article publié dans L’Humanité du lundi 20 février 2017, en accès libre sur le site internet du journal.


Il y avait au moins deux bonnes raisons d’organiser à Versailles une exposition sur les femmes dans la Révolution française. La première est historique: c’est dans cette ville que les femmes connurent leur jour de gloire, en octobre 1789, lorsqu’elles vinrent chercher le roi pour le contraindre d’habiter désormais à Paris, au milieu de son peuple. Dans son enthousiasme, Michelet n’hésitera pas à écrire : «Les hommes ont pris la Bastille, et les femmes ont pris le roi.» La deuxième raison tient aux trésors révolutionnaires que renferme le musée Lambinet. L’exposition « Amazones de la Révolution » rappelle donc à propos que Versailles, ville royale par excellence, a été pour cette raison même un haut lieu de la Révolution. Continuer la lecture de « La Révolution au féminin pluriel »

Un regard décentré sur la Révolution

Compte rendu de lecture. Emmanuel Dongala, La Sonate à Bridgetower (Sonata Mulatica), Arles, Actes Sud, 2017. 336 pages, 22,50 €, ISBN 978-2-330-07280-3.

Ce roman, «fiction fondée sur des faits réels» (p.333) raconte la jeunesse du violoniste George Bridgetower, fils d’un Noir de la Barbade et d’une Polonaise, depuis son arrivée à Paris au début de l’année 1789 jusqu’à sa rencontre avec Beethoven à Vienne, en 1803. La quatrième de couverture explique le titre choisi par Emmanuel Dongala: la Sonate à Kreutzer du compositeur allemand fut à l’origine créée pour Bridgetower. Les dernières pages du texte évoquent un autre revirement: apprenant l’année suivante que Napoléon s’est proclamé empereur, Beethoven laisse éclater son dépit et change le titre de sa symphonie «Bonaparte». Ce choix de dates, souligné par le titre de la première des trois parties («Paris, 1789») fait de La Sonate à Bridgetower un roman de la Révolution, bien que les événements politiques y occupent peu de place et que leur traitement soit décevant, agaçant même à certains égards. Mais le récit donne à voir d’autres aspects de la période, parfois de façon originale. Continuer la lecture de « Un regard décentré sur la Révolution »