La Révolution : un cauchemar pour les femmes ?

Compte rendu du spectacle J’ai rêvé la Révolution. Texte et mise en scène de Catherine Anne. Pièce créée à Annemasse le 17 janvier 2018, vue au Théâtre des Quartiers d’Ivry le 15 février 2018.

Les trois murs qui encadrent la scène sont faits de chemises grises suspendues. Un autre mur, plus bas, mobile et transparent, sépare l’espace en deux. À cour, un lit de sangles et une petite table: c’est la cellule de la prisonnière. À jardin, un autre lit à peine plus confortable et une autre table un peu plus grande: c’est là que vivent le jeune soldat qui garde la prison et sa mère. Plus tard, un quatrième personnage viendra brièvement dans la cellule: c’est la jeune femme qui a épousé le fils de la prisonnière. On la verra aussi échanger avec la mère du soldat à plusieurs reprises. Continuer la lecture de « La Révolution : un cauchemar pour les femmes ? »

Un inventeur de la Terreur : Joachim Vilate

Le centre Jacques-Seebacher de l’université Paris Diderot publie aujourd’hui une nouvelle édition des Causes secrètes de la révolution du 9 au 10 thermidor de Joachim Vilate.

Joachim Vilate, Causes secrètes de la révolution du 9 au 10 thermidor, édition critique sous la direction d’Olivier Ritz, Paris, Université Paris Diderot, «Publications du centre Seebacher», 2018. Livre numérique: http://seebacher.lac.univ-paris-diderot.fr/bibliotheque/items/show/46

Cliquer sur l’image pour télécharger directement le fichier ePub.

Continuer la lecture de « Un inventeur de la Terreur : Joachim Vilate »

Was passiert ? La Révolution (4. Pommerat)

Quatrième et dernier épisode d’une série sur les circulations franco-allemandes dans le théâtre de la Révolution. Après Schiller et Goethe au moment de la Révolution puis La Mort de Danton de Büchner et La Mission de Müller mise en scène par Langhoff, les adaptations allemandes de Ça ira (1) Fin de Louis de Joël Pommerat.


Ça ira (1) Fin de Louis a créé par Joël Pommerat et la Compagnie Louis Brouillard en septembre 2015 à Mons (sans la dernière partie) puis à Nanterre dans sa version complète le 4 novembre de la même année. Le spectacle continue à être joué et la deux-centième représentation doit avoir lieu dans quelques jours, le 10 février. Les acteurs sont les mêmes qu’à la création de la pièce. Le spectacle a évolué de façon très marginale, avec quelques répliques ajoutées ou enlevées. Le texte, écrit au plateau par Joël Pommerat, a été publié chez Actes Sud dès avril 2016. La scénographie est également très maîtrisée, comme toujours chez Joël Pommerat. Continuer la lecture de « Was passiert ? La Révolution (4. Pommerat) »

Les imaginaires romanesques de la Terreur (1793-1874)

«Avouez! Vous êtes là pour cela aujourd’hui.» Ce n’était pas une séance du tribunal révolutionnaire, mais la soutenance d’une thèse très importante sur la littérature de la Révolution, aux deux sens que l’on peut donner à cette expression: littérature publiée pendant la Révolution (pour les premiers chapitres) et littérature dont la Révolution est l’objet.

Vendredi 12 janvier 2018, à l’université de Saint-Étienne, Paul Kompanietz a soutenu une thèse intitulée : «Les imaginaires romanesques de la Terreur (1793-1874). Des Lettres trouvées dans des portefeuilles d’émigrés d’Isabelle de Charrière à Quatrevingt-Treize de Victor Hugo». La thèse était dirigée par Jean-Marie Roulin (UJM Saint-Étienne) et Florence Lotterie (Université Paris Diderot). Le jury, présidée par Aude Déruelle (Université d’Orléans) comprenait également Claudie Bernard (New York University) et Pierre Glaudes (Sorbonne Université). Continuer la lecture de « Les imaginaires romanesques de la Terreur (1793-1874) »

Was passiert ? La Révolution (3. Müller et Langhoff)

Troisième épisode d’une série sur les circulations franco-allemandes dans le théâtre de la Révolution. Après Schiller et Goethe au moment de la Révolution puis La Mort de Danton de Büchner, La Mission, souvenir d’une révolution, écrit par Heiner Müller et mis en scène par Matthias Langhoff en 1989 et en 2017.


Heiner Müller écrit Der Auftrag, Erinnerung an eine Revolution en 1979. La pièce est créée à la Volksbühne à Berlin en novembre 1980 et elle est publiée en 1981. La création française de La Mission, souvenir d’une révolution a lieu à Ivry, au Théâtre des Quartiers en avril 1982 dans une mise en scène de Philippe Adrien. La traduction française de Jean Jourdheuil et Heinz Schwarzinger est publiée aux éditions de Minuit en 1982. Comme dans le cas du Citoyen général de Goethe et de La Mort de Danton de Büchner, une œuvre originale est créée en Allemagne à partir d’un matériau historique français. Mais la pièce de Müller est beaucoup moins inspirée par des textes français que par une tradition littéraire et une actualité politique spécifiquement allemandes. Continuer la lecture de « Was passiert ? La Révolution (3. Müller et Langhoff) »

Was passiert ? La Révolution (2. Büchner)

Deuxième épisode d’une série sur les circulations franco-allemandes dans le théâtre de la Révolution. Après Schiller et Goethe au moment de la Révolution, La Mort de Danton de Büchner (1835), ses sources et sa postérité.


Büchner écrit et publie Dantons Tod (La Mort de Danton) en 1835. La pièce est d’abord et avant tout un texte. Büchner n’a pas la possibilité de le faire jouer: impliqué dans des organisations révolutionnaires, il doit souvent fuir la police et ne peut pas imaginer qu’un théâtre programme son texte. Il meurt deux ans plus tard du typhus et ce n’est que bien plus tard que la pièce est jouée (à partir de 1902) et qu’elle devient un classique du théâtre allemand puis européen. J’y reviendrai, mais je voudrais d’abord m’intéresser à la manière dont Büchner a fait du théâtre (ou de la littérature) à partir des histoires et des journaux qu’il a consultés. Continuer la lecture de « Was passiert ? La Révolution (2. Büchner) »

Was passiert ? La Révolution (1. Schiller et Goethe)

Comment les imaginaires de la Révolution ont-ils circulé au théâtre entre la France et l’Allemagne? Des mots, des formules, des motifs ou des figures comme les métaphores sont passés d’un texte à l’autre, d’une langue à l’autre. Au théâtre, des images plus sensibles circulent également: sons et musiques de la Révolution, objets ou gestes caractéristiques, et bien sûr des images au sens propre, montrées sur scène ou projetées.

Étudier ces «imaginaires», c’est chercher non seulement ce qui a été inventé pour dire la Révolution – comme la «Terreur» qui est une invention politique et littéraire a posteriori – mais aussi s’intéresser aux manières dont le théâtre s’est approprié les imaginaires existants. On peut par exemple s’interroger sur ce que le théâtre a fait d’une chose aussi écrasante que la Bastille.

Le premier épisode de cette enquête concerne la période révolutionnaire elle-même, au temps de Goethe et de Schiller. Ce dernier a été fait citoyen français par l’Assemblée nationale le 26 août 1792. Continuer la lecture de « Was passiert ? La Révolution (1. Schiller et Goethe) »

Le Théâtre du Soleil, changement de siècle

Imaginaires de la Révolution française de 1789 à aujourd’hui. Séminaire de recherche organisé par Florence Lotterie, Sophie Lucet et Olivier Ritz à l’université Paris Diderot. Compte rendu de la séance du 8 décembre 2017.

Le Théâtre du Soleil, changement de siècle

Avec Pierre Longuenesse.
À l’occasion de la sortie en DVD du film 1789 réalisé par Ariane Mnouchkine (1972-2017) et de la mise en scène de 1793 par Jean Bellorini et la Troupe éphémère du Théâtre Gérard-Philipe (2017).

8 décembre, 14h-16h
Université Paris Diderot,
Bibliothèque Jacques-Seebacher (Grands Moulin, bâtiment A).

Continuer la lecture de « Le Théâtre du Soleil, changement de siècle »

Héroïnes de la Révolution : une anthologie

En avent ! – Deuxième saison. Chaque jour, du 11 frimaire (1er décembre) au 4 nivôse (24 décembre), l’extrait d’une œuvre littéraire évoquant une ou plusieurs héroïnes de la Révolution française, inspirées de personnages historiques ou entièrement fictives.

Continuer la lecture de « Héroïnes de la Révolution : une anthologie »

Ça ira, à l’unanimité ?

Compte rendu de séminaire. Imaginaires de la Révolution, université Paris-Diderot, organisé par Florence Lotterie, Sophie Lucet et Olivier Ritz. Séance du 13 octobre 2017: Ça ira, à l’unanimité ? Avec Armelle Talbot et Guillaume Mazeau, autour du chantier #2 de la revue en ligne thaêtre : « La Révolution selon Pommerat » et de la pièce Ça ira (1) Fin de Louis (2015).

Continuer la lecture de « Ça ira, à l’unanimité ? »

Sexe, vampires et Révolution (mais quel ennui !)

Compte rendu de lecture: Antoine de Baecque, Les Talons rouges, Paris, Stock, 2017; ISNB 978-2-234-07887-1; 20 €.

Raconter la Révolution française de juin 1789 à août 1797 à travers l’histoire d’une famille de vampires: un autre qu’Antoine de Baecque pouvait-il avoir ce projet pour son premier roman? Avant d’être le spécialiste de cinéma qu’il est devenu – il est aujourd’hui professeur d’études cinématographiques à l’École normale supérieure –, il a été l’un des historiens de la Révolution les plus originaux. Le livre qu’il a tiré de sa thèse, dirigée par Michel Vovelle, propose une exploration vertigineuse des métaphores corporelles dans des centaines de pamphlets de la période révolutionnaire (Le Corps de l’histoire, Métaphores et politique (1770-1800), Paris, Calmann-Lévy, 1993). Les corps morts ont plus spécialement retenu son attention dans La Gloire et l’Effroi, sept morts sous la Terreur (Paris, Grasset, 1997). Les «portraits de cadavres», expliquait alors Antoine de Baecque, sont un moyen de penser la Terreur parce qu’ils «rendent compte des ressorts d’une vie politique échappant alors brusquement aux raisonnements sereins» (p. 17). Continuer la lecture de « Sexe, vampires et Révolution (mais quel ennui !) »

Imaginaires de la Révolution 2017/2018

Programme du séminaire de recherche «Imaginaires de la Révolution française de 1789 à aujourd’hui» (IMAREV 18-21) organisé par Florence Lotterie, Sophie Lucet et Olivier Ritz. Année 2017-2018: «Scènes de la Révolution». Les vendredi 13 octobre, 8 décembre, 16 mars, 4 mai et 8 juin à l’université Paris Diderot, Bibliothèque Jacques-Seebacher (Grands Moulin, bâtiment A). Continuer la lecture de « Imaginaires de la Révolution 2017/2018 »

Le classicisme contre la République

Dans un article récent1, Alain Viala est revenu sur la polémique des programmes de français de l’an 2000, dont il a été l’un des principaux acteurs. Pour avoir présidé le groupe d’experts chargés de l’élaboration de ces programmes, il a été –et reste aujourd’hui– la cible principale de ceux qui s’y sont opposé. Une tribune publiée dans le journal Le Monde le 4 mars 2000 portait ce titre évocateur: «C’est la littérature qu’on assassine rue de Grenelle». Le débat est moins soutenu aujourd’hui, mais la querelle n’est pas éteinte et, quand elle ressurgit, c’est avec la même dramatisation: l’enseignement menacerait de mort la littérature, rien de moins! Continuer la lecture de « Le classicisme contre la République »

  1. Alain Viala,  «Querelles et légitimations : Quand le spectre de la mort de la littérature hante les débats», Carnets : revue électronique d’études françaises. Série II, no 9, jan. 2017, p. 6-21. []

La Terreur, la littérature et les femmes

Les femmes ont-elles profité de la Terreur pour devenir écrivaines? C’est à cette conclusion qu’arrive Frédéric Glorieux au terme d’une enquête sur les données data.bnf.fr dont il rend compte dans un article sur son carnet de recherche, J’attends des résultats. Cet article, «Femmes de lettres, démographie (data.bnf.fr 2017)» est écrit en réaction à un article publié par Pierre-Carl Langlais sur le carnet Sciences communes: «Les femmes ont-elles disparu de la littérature en 1830?». Continuer la lecture de « La Terreur, la littérature et les femmes »

La Révolution est-elle une période sans nom de l’histoire littéraire ?

Pour le colloque qu’elles ont organisé à Toulouse en avril 2014 et dont les actes ont été publiés à la fin de l’année 2016, Fabienne Bercegol, Stéphanie Genand et Florence Lotterie ont choisi de désigner les années 1780-1820 par l’expression «période sans nom», inventée par Simone Balayé et Jean Roussel dans la revue Dix-Huitième siècle en 1982. Il s’agit d’abord d’exprimer la difficulté de nommer ce moment intermédiaire de l’histoire littéraire française. Parler de Lumières tardives ou de tournant des Lumières, c’est en faire l’aboutissement de la période qui précède. Préférer les termes préromantisme (ce qui ne se fait plus), premier romantisme (ce qui se fait davantage) ou romantisme tout court, c’est la réduire aux premiers éléments du mouvement qui dominera ensuite. La période n’a pas de nom parce qu’elle en a trop, et qu’aucun ne lui convient véritablement. Continuer la lecture de « La Révolution est-elle une période sans nom de l’histoire littéraire ? »