Histoires tragiques et 14 juillet pluvieux

J’ai désormais déposé cinq articles sur les archives ouvertes HAL (tous ceux que j’ai pu déposer à ce jour).

On peut y découvrir différents temps de ma recherche sur les premières histoires de la Révolution (1789-1815) : d’une part le résultat d’une première exploration de ce corpus, centrée sur les pages de titres et plus précisément sur les épigraphes ; d’autre part un gros plan sur la production historique d’une année particulièrement féconde, l’an IX (1800-1801) ; enfin un article posant la question du tragique de ces premières histoires.

Grâce à la bonne volonté de l’éditeur Hermann, j’ai pu mettre à disposition le chapitre du livre La pluie et le beau temps dans la littérature (sous la dir. de Karin Becker) que j’ai consacré aux intempéries de la Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790. Ce chapitre, enrichi et remanié, est devenu le premier chapitre de ma thèse, puis de mon livre, indisponibles en ligne.

Enfin, j’ai publié une œuvre de jeunesse : un article sur les usages de l’Antiquité dans le roman L’Émigré de Sénac de Meilhan (1797).

Image à la une: David L., Le Serment de Lafayette, à la Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790, 1791 (détail). Paris, Musée Carnavalet.

Un an déjà : à quoi bon ce carnet ?

Littérature et Révolution: un an, trente-six articles, quelques centaines de vrais lecteurs, trente-huit commentaires. L’occasion de regarder en arrière, et de faire un premier bilan.

Il m’a fallu plusieurs mois pour découvrir ce que j’allais vraiment faire de ce carnet. Mes premiers articles étaient écrits presque par hasard, à propos d’objets qui me semblaient en lien avec un projet d’ensemble très vaste, qui dépasse d’ailleurs ce carnet de recherche: l’étude des relations entre la littérature et la Révolution française. Les catégories que j’utilisais au départ se recoupaient le plus souvent: comme dans ma thèse, j’évoquais le plus souvent des textes qui ont été publiés pendant la période 1789-1815 et qui disent quelque chose de la Révolution (qui la «fabriquent»). Continuer la lecture de « Un an déjà : à quoi bon ce carnet ? »

Écriture des possibles, écriture polémique et engagements

Compte rendu du séminaire Imaginaires de la Révolution (IMAREV 18-21). Vendredi 24 mars 2017 à l’université Paris Diderot. Séance doctorale, avec Fanny Arama, Laura Broccardo et Erwan Guéret.

Continuer la lecture de « Écriture des possibles, écriture polémique et engagements »

Pierre Michon, la Terreur et le poney Robespierre

Compte rendu du séminaire «Écritures contemporaines de l’Histoire: violences religieuses et terreurs révolutionnaires». Rencontre avec Pierre Michon et Patrick Wald Lasowski, séance organisée par Colas Duflo (Litt&Phi) et Dominique Viart (Observatoire des Littératures Contemporaines). Lundi 6 mars 2017, de 14 heures à 17 heures, à l’université de Nanterre.

Si la Terreur a jamais été à l’ordre du jour, c’était bien ce lundi 6 mars à Nanterre: une Terreur toute littéraire bien sûr, romanesque même, puisque c’est du roman Les Onze de Pierre Michon, et dans une moindre mesure du roman La Terreur, de Patrick Wald Lasowski, qu’il fut question pendant trois heures. La Terreur? «Cette période qui est comme le comble de l’histoire et que par conséquent on appelle très justement la Terreur» (Les Onze, p. 93).

On peut lire le compte rendu qui suit. On peut aussi, grâce à la WebTV de l’université Paris Nanterre, voir et écouter en ligne l’intégralité de la rencontre. Continuer la lecture de « Pierre Michon, la Terreur et le poney Robespierre »

La Révolution au féminin pluriel

Compte rendu de l’exposition Amazones de la Révolution, des femmes dans la tourmente de 1789, au musée Lambinet, à Versailles, du 5 novembre 2016 au 5 mars 2017. Article publié dans L’Humanité du lundi 20 février 2017, en accès libre sur le site internet du journal.


Il y avait au moins deux bonnes raisons d’organiser à Versailles une exposition sur les femmes dans la Révolution française. La première est historique: c’est dans cette ville que les femmes connurent leur jour de gloire, en octobre 1789, lorsqu’elles vinrent chercher le roi pour le contraindre d’habiter désormais à Paris, au milieu de son peuple. Dans son enthousiasme, Michelet n’hésitera pas à écrire : «Les hommes ont pris la Bastille, et les femmes ont pris le roi.» La deuxième raison tient aux trésors révolutionnaires que renferme le musée Lambinet. L’exposition « Amazones de la Révolution » rappelle donc à propos que Versailles, ville royale par excellence, a été pour cette raison même un haut lieu de la Révolution. Continuer la lecture de « La Révolution au féminin pluriel »

Un regard décentré sur la Révolution

Compte rendu de lecture. Emmanuel Dongala, La Sonate à Bridgetower (Sonata Mulatica), Arles, Actes Sud, 2017. 336 pages, 22,50 €, ISBN 978-2-330-07280-3.

Ce roman, «fiction fondée sur des faits réels» (p.333) raconte la jeunesse du violoniste George Bridgetower, fils d’un Noir de la Barbade et d’une Polonaise, depuis son arrivée à Paris au début de l’année 1789 jusqu’à sa rencontre avec Beethoven à Vienne, en 1803. La quatrième de couverture explique le titre choisi par Emmanuel Dongala: la Sonate à Kreutzer du compositeur allemand fut à l’origine créée pour Bridgetower. Les dernières pages du texte évoquent un autre revirement: apprenant l’année suivante que Napoléon s’est proclamé empereur, Beethoven laisse éclater son dépit et change le titre de sa symphonie «Bonaparte». Ce choix de dates, souligné par le titre de la première des trois parties («Paris, 1789») fait de La Sonate à Bridgetower un roman de la Révolution, bien que les événements politiques y occupent peu de place et que leur traitement soit décevant, agaçant même à certains égards. Mais le récit donne à voir d’autres aspects de la période, parfois de façon originale. Continuer la lecture de « Un regard décentré sur la Révolution »

Liberté, égalité, littérature

La Révolution a été le moment d’une expérience inédite de liberté pour les écrivains. De 1789 à 1792, de 1795 à 1797 puis, pour la presse non périodique uniquement, en 1800 et 1801, la liberté de publier a été très grande. L’anthologie de textes que je propose ici donne à voir les débats qui ont accompagné cette expérience. Elle comprend à la fois des discours d’assemblée et des textes d’écrivains. Elle porte successivement sur trois enjeux du débat. D’une part, faut-il limiter la liberté de la presse, et pourquoi? D’autre part, que faut-il faire des académies? Enfin, la Révolution a-t-elle menacé la littérature? Dans une dernière partie, je propose quatre extraits du Nouveau Paris de Louis-Sébastien Mercier (1798): on y découvre les inquiétudes nouvelles et le désir d’ordre d’un auteur qui fut parmi les plus ardents défenseurs de la liberté d’écrire et de publier avant la Révolution. Au terme de ce parcours, l’expérience de la liberté semble avoir eu deux conséquences principales:  d’un côté, le pouvoir politique a repensé sa manière d’intervenir; de l’autre, la littérature – le mot supplante alors l’expression belles-lettres – a été définie en réaction à cette expérience. Continuer la lecture de « Liberté, égalité, littérature »

La blanche Corday et le noir Fouquier-Tinville

Compte rendu du Procès de Charlotte Corday, texte et mise en scène de Benoît Lepecq, créé le 14 novembre 2009 au château de Villiers–Cerny, repris à Versailles, à l’espace Richaud, les 2 et 3 février 2017.

J’aurais pu voir cette pièce à Vizille, le 21 mars 2012, mais je n’ai fait que passer au colloque «Mythologies contemporaines» et j’étais déjà dans le train du retour quand elle a été jouée. Cette fois-ci, je n’ai rien manqué: j’ai visité l’exposition Amazones de la Révolution au musée Lambinet, j’ai dialogué avec son commissaire, Martial Poirson, que nous avions invité au séminaire Imaginaires de la Révolution et j’ai complété ces deux journées passionnantes en retournant à Versailles, pour Le Procès de Charlotte Corday.

Continuer la lecture de « La blanche Corday et le noir Fouquier-Tinville »

La Révolution au féminin: scènes du politique

Compte rendu de séminaire. Imaginaires de la Révolution (IMAREV 18-21), université Paris-Diderot, organisé par Florence Lotterie, Sophie Lucet et Olivier Ritz. Séance du 3 février 2017: La Révolution au féminin, scènes du politique. Avec Élianne Viennot, à l’occasion de la sortie du livre Et la modernité fut masculine (1789-1804) (Perrin, 2016) et Martial Poirson, commissaire de l’exposition Amazones de la Révolution. Des femmes dans la tourmente de 1789 (Versailles, Musée Lambinet).

Continuer la lecture de « La Révolution au féminin: scènes du politique »

Littérature et Révolution : année 2016

Table des matières des vingt-sept articles publiés sur ce carnet de recherche au cours de l’année 2016, en quatre grandes rubriques : comptes rendus (13 articles), ressources (5 articles), recherches (8 articles) et annonces (1 articles).

Continuer la lecture de « Littérature et Révolution : année 2016 »

La Révolution dans l’Humanité, été 2009

Du 15 juillet au 3 septembre 2009, le journal l’Humanité publia chaque jour en dernière page le portrait d’un personnage de la Révolution. Trente-six portraits furent rassemblés ensuite dans un hors-série intitulé «1789-2009: Portraits de Révolution». Avec Stéphanie Loncle, j’ai étudié ces portraits pour un colloque organisé à Vizille en mars 2012. L’article que nous avons tiré de ce travail a été publié dans le volume La Révolution française et le monde d’aujourd’hui. Mythologies contemporaines, (sous la dir. de Martial Poirson, Classiques Garnier, 2014). Malheureusement, le choix de l’éditeur et la loi actuelle ne nous permettent pas de mettre en ligne cet article sur HAL. En revanche, je publie ici la liste des portraits publiés avec des liens vers le site de l’Humanité, où l’on peut les consulter gratuitement. Certaines signatures vous surprendront peut-être. Plusieurs portraits, qu’ils soient écrits par des journalistes ou par des personnalités invitées pour l’occasion, sont très réussis. Je recommande notamment le duel que se livrèrent les éditorialistes Claude Cabanes et Maurice Ulrich à propos de Marat et de Charlotte Corday (textes 5 et 6). Continuer la lecture de « La Révolution dans l’Humanité, été 2009 »

Voyages dans le temps à la Conciergerie

C’était mardi soir, le 13 décembre 2016, l’inauguration du nouveau parcours Révolution à la Conciergerie: parcours révolutionnaire à la fois par son objet et par ses ambitions. Le renouvellement complet de la scénographie a été l’occasion, selon Guillaume Mazeau, historien de la Révolution et commissaire scientifique du nouveau parcours, de transformer un lieu de mémoire en lieu d’histoire. Sobriété et efficacité, dit-il encore, ont été les maîtres mots d’un travail qui vise à raconter la Révolution dans ses contradictions (entre rêve démocratique et guerre civile), de manière apaisée et critique. L’histoire ainsi «mise à disposition» et non imposée peut contribuer à l’émancipation. Continuer la lecture de « Voyages dans le temps à la Conciergerie »

Anthologie de la Bastille

En avent ! Pour donner suite à mon article précédent, dans lequel je m’interrogeais sur les relations entre l’histoire et la littérature, j’ai publié chaque jour, du 1er au 24 décembre (du 11 frimaire au 4 nivôse) un extrait d’un texte évoquant la Bastille.


Table des extraits

Les textes apparaissent dans l’ordre inverse de leur publication sur ce carnet de recherche. Dans cette table, il sont classés du plus ancien au plus récent, avec un lien vers chacun. 

Continuer la lecture de « Anthologie de la Bastille »

La prise de la Bastille à l’ère du soupçon

Le 14 juillet 1789 gêne-t-il des historiens de la Révolution française? En découvrant que oui, je suis plongé dans des abîmes de perplexité. Revenons d’abord aux faits. Le 17 novembre dernier, j’ai été surpris d’entendre Pierre Serna critiquer le récit de la prise de la Bastille par Éric Vuillard en cherchant par tous les moyens à minimiser l’importance de cette journée: l’incendie des barrières quelques jours plus tôt comptait davantage, la passivité de l’armée importait plus que l’insurrection populaire, et d’ailleurs la fête nationale célébrait la Fête de la Fédération  (14 juillet 1790) et non les événements de 1789. Hier, à l’occasion de la première séance du séminaire Imaginaires de la Révolution, Jean-Clément Martin a insisté pour qu’on ne fasse pas de 1789 le point de départ de la Révolution: la situation de désordre datait au moins de 1787; le mot révolution était dans le vocabulaire politique depuis de nombreuses années; la conscience de vivre une révolution ne commencerait qu’en 1791; bref, le 14 juillet 1789 n’était pas grand chose (sinon aux yeux de quelques étrangers qui avaient intérêt à grandir l’événement) et l’on avait tort d’y voir un point de départ. Continuer la lecture de « La prise de la Bastille à l’ère du soupçon »

Jeunesse de Danton !

Compte rendu de La Mort de Danton, mise en scène par Jean-Pierre Baro, avec les comédiens de la promotion 2016 de l’École Nationale Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier. Créé au printemps 2016 à Montpellier, repris en novembre 2016 au théâtre de la Commune à Aubervilliers.

Le spectacle a été joué une dizaine de fois. C’est beaucoup pour un spectacle de fin d’études. C’est peu pour un aussi beau résultat, qui aurait mérité d’être vu par de très nombreux spectateurs. Ils sont onze donc. Ils s’appellent même «les onze» sur leur site, mais je ne suis pas sûr qu’ils aient pensé au roman de Pierre Michon et aux membres du Comité de Salut Public. En revanche ils sont jeunes, et cela les rend particulièrement aptes à jouer la Révolution, comme l’écrit Jean-Pierre Baro dans le programme du spectacle : «Il y a peut-être un secret dans la quête de changement et les aspirations et combats de ces jeunes révolutionnaires, que seuls des élèves aussi jeunes que les figures qu’ils incarnent peuvent percer.» Continuer la lecture de « Jeunesse de Danton ! »