« La Fabrique de la Révolution »

Depuis juin 2015, je participe au programme « la Fabrique de la Révolution » à l’université Paris-Diderot. Je contribue à la transcription des papiers préparatoires à l’Histoire de la Révolution française de Michelet. Après quelques mois de pratique, d’échanges et de discussion, je vais essayer de présenter brièvement ce projet ici. Je m’appuie à la fois sur mon expérience et sur la présentation que Paule Petitier, la responsable du projet, a donnée le 23 mars 2016 à l’ITEM.

Un projet pharaonique ?

Le projet initial de « La Fabrique de la Révolution » date de 2013. Il s’agissait de constituer un vaste corpus numérique autour de l’Histoire de la Révolution française de Michelet : éditions du texte, sources génétiques, périphériques et externes, voire même, en aval du texte, d’établir des liens hypertextes avec les textes littéraires — comme ceux d’Alexandre Dumas – qui se sont servis de l’Histoire de Michelet. Le travail projeté sur les sources externes et sur les échos de l’œuvre de Michelet devait même permettre de « constituer un véritable portail numérique de l’historiographie de la Révolution française au XIXe siècle ».

Nous construirons peut-être de grandes pyramides (et j’y contribuerais volontiers par la publication d’un corpus des premières histoires de la Révolution), mais en attendant le projet s’est resserré autour d’un premier chantier : la transcription des papiers préparatoires à l’Histoire de la Révolution française. Ces quelques deux mille papiers réunis en six volumes aujourd’hui conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris constituent un matériaux hétérogène et difficile à exploiter. Depuis que Michelet les a écrits, ils ont été classés, déclassés et reclassés. À condition de les rendre lisibles et exploitables, il présentent pourtant un double intérêt, permettant, disait Paule Petitier à l’ITEM, d’éclairer à la fois un travail d’historien et une mise en mémoire de la Révolution.

3 septembre 2016… Je n’ai toujours pas complété cette présentation. Il le faudrait pourtant. Les textes existant en ligne sont un peu datés ou très court. En plus des liens ci-dessus, on peut lire quelques lignes ici ou . Pour aller à l’essentiel avant de reprendre cet article, nous transcrivons les papiers de Michelet et nous les encodons, en langage XML, avec un schéma (DTD) propre au projet, que nous avons beaucoup fait évoluer en un an. Nous cherchons à rendre compte des aspects structurels, formels et sémantiques de chaque papier. Le balisage sémantique implique une réflexion passionnante sur les éléments qui pourraient être pertinents pour des recherches futures (noms de personne, noms d’institutions, etc.) et un travail de normalisation.

 

Il court, il court, Edmund Burke

Pour compléter mon premier article, une autre image. On y voit l’auteur des Réflexions sur la Révolution de France subissant le châtiment des baguettes. En anglais, running the gantlet. Je passe sur la réalité de cette punition militaire barbare, qui consistait à faire passer le condamné entre deux rangés de soldats munis de bâtons, et à le battre tout au long de sa course. L’auteur de cette caricature invente une variante de ce châtiment, the literary gantlet. Burke est fustigé par les principaux écrivains britanniques du débat sur la Révolution: à sa gauche, Helen Maria Williams, Richard Price et Anna Laetitia Barbauld. À sa droite, Richard Brinsley Sheridan. À l’extrémité droite du dessin, John Horne Tooke et Catherine Macaulay Graham. Chaque personnage, prêt à user du martinet qu’il tient dans la main, lance aussi des paroles cinglantes à la face du «Lucifer littéraire» qu’il faut châtier de ses écrits contre la Révolution.

Continuer la lecture de « Il court, il court, Edmund Burke »

Que fait Edmund Burke en tête de ce carnet ?

Il chevauche une hydre, dans un costume de Don Quichotte, et il brandit ses Réflexions sur la Révolution de France.

Bien sûr, on pourrait le prendre au sérieux. On le fait parfois. Beaucoup l’ont fait, qu’ils se soient intéressés aux idées politiques des Réflexions (1790) ou qu’ils soient revenus à sa célèbre Recherche philosophique sur l’origine de nos idées du sublime et du beau  (1757).

En France aujourd’hui, on rigole peu avec Burke. Des historiens lui prêtent une grande influence sur l’historiographie de la Révolution. Des politistes et des philosophes font grand cas de sa pensée. Récemment encore, j’ai entendu l’un d’eux, Frédéric Brahami, qui ne tarissait pas d’éloges. De l’autre côté de la Manche ou de l’Atlantique, les études sont encore plus nombreuses, qui, sur les terrains des sciences politiques, de l’histoire ou de la philosophie, donnent à Burke une place de premier choix. Mais il compte aussi beaucoup dans des études littéraires qui, sans lui disputer son rang de protagoniste, le montrent dans des rôles plus variés et souvent plus drôles.

Continuer la lecture de « Que fait Edmund Burke en tête de ce carnet ? »

Littérature et Révolution

Ce carnet de recherche invite à interroger les liens entre la littérature et la Révolution française. Prolongement d’une thèse soutenue en 2014 sur «les métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution», il étudie notamment les premières histoires de la Révolution (depuis 1789) et la fabrique de la postérité révolutionnaire. Il est aussi le point de départ d’un projet d’histoire littéraire de la Révolution française. Outre des éléments tirés de ma recherche passée et future, j’envisage d’y publier des billets sur des choses vues ou lues. Je voudrais enfin y montrer comment les humanités numériques peuvent contribuer à cette recherche, soit en publiant des liens vers des ressources existantes, soit à partir de mon expérience de transcription des papiers de Michelet dans le cadre du programme «La Fabrique de la Révolution».

Dans la rubrique «Qui suis-je ?» vous trouverez une présentation de mon parcours, quelques mots sur ma thèse et la liste de mes publications.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search