Dans les petits papiers de Michelet

L’Histoire de la Révolution française publiée en six tomes entre 1847 et 1853 a beaucoup contribué à la gloire de son auteur, Jules Michelet. Elle est un texte majeur pour qui s’intéresse à la littérature française du 19e siècle ou à l’historiographie de la Révolution française. Les papiers préparatoires à l’écriture de cette histoire ont été conservés: rassemblés et triés à plusieurs reprises depuis le décès de l’historien, ils sont réunis dans six gros volumes, aujourd’hui conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Ces papiers ne sont pas les manuscrits de l’Histoire de la Révolution française, mais les traces écrites d’un travail préparatoire à la rédaction, des brouillons d’un genre particulier, supports d’une prise de note plus ou moins structurée. Avec ces premiers textes, résultats de la recherche et de la sélection d’informations, s’élaborent déjà la pensée et parfois le style. Continuer la lecture de « Dans les petits papiers de Michelet »

Le 18 Fructidor de Louis-Sébastien Mercier

Ce mois-ci paraît le seizième numéro de la revue Orages. Littérature et culture (1760-1830) dont le thème est «Haines politiques». J’y parle de Louis-Sébastien Mercier et plus particulièrement de son Nouveau Paris, publié en 1798. Ce vaste texte, bien connu des spécialistes de la période et qui mériterait de toucher un public plus large, m’intéresse depuis longtemps. Avec cet article, j’ai voulu m’interroger sur l’engagement politique de Mercier dans le contexte très particulier du coup d’État du 18 Fructidor an V (4 septembre 1797). Comment peut-on défendre la République quand les élections ont donné une majorité à ses ennemis ? Continuer la lecture de « Le 18 Fructidor de Louis-Sébastien Mercier »

Histoires tragiques et 14 juillet pluvieux

J’ai désormais déposé cinq articles sur les archives ouvertes HAL (tous ceux que j’ai pu déposer à ce jour).

On peut y découvrir différents temps de ma recherche sur les premières histoires de la Révolution (1789-1815) : d’une part le résultat d’une première exploration de ce corpus, centrée sur les pages de titres et plus précisément sur les épigraphes ; d’autre part un gros plan sur la production historique d’une année particulièrement féconde, l’an IX (1800-1801) ; enfin un article posant la question du tragique de ces premières histoires.

Grâce à la bonne volonté de l’éditeur Hermann, j’ai pu mettre à disposition le chapitre du livre La pluie et le beau temps dans la littérature (sous la dir. de Karin Becker) que j’ai consacré aux intempéries de la Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790. Ce chapitre, enrichi et remanié, est devenu le premier chapitre de ma thèse, puis de mon livre, indisponibles en ligne.

Enfin, j’ai publié une œuvre de jeunesse : un article sur les usages de l’Antiquité dans le roman L’Émigré de Sénac de Meilhan (1797).

Image à la une: David L., Le Serment de Lafayette, à la Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790, 1791 (détail). Paris, Musée Carnavalet.

Un an déjà : à quoi bon ce carnet ?

Littérature et Révolution: un an, trente-six articles, quelques centaines de vrais lecteurs, trente-huit commentaires. L’occasion de regarder en arrière, et de faire un premier bilan.

Il m’a fallu plusieurs mois pour découvrir ce que j’allais vraiment faire de ce carnet. Mes premiers articles étaient écrits presque par hasard, à propos d’objets qui me semblaient en lien avec un projet d’ensemble très vaste, qui dépasse d’ailleurs ce carnet de recherche: l’étude des relations entre la littérature et la Révolution française. Les catégories que j’utilisais au départ se recoupaient le plus souvent: comme dans ma thèse, j’évoquais le plus souvent des textes qui ont été publiés pendant la période 1789-1815 et qui disent quelque chose de la Révolution (qui la «fabriquent»). Continuer la lecture de « Un an déjà : à quoi bon ce carnet ? »

La prise de la Bastille à l’ère du soupçon

Le 14 juillet 1789 gêne-t-il des historiens de la Révolution française? En découvrant que oui, je suis plongé dans des abîmes de perplexité. Revenons d’abord aux faits. Le 17 novembre dernier, j’ai été surpris d’entendre Pierre Serna critiquer le récit de la prise de la Bastille par Éric Vuillard en cherchant par tous les moyens à minimiser l’importance de cette journée: l’incendie des barrières quelques jours plus tôt comptait davantage, la passivité de l’armée importait plus que l’insurrection populaire, et d’ailleurs la fête nationale célébrait la Fête de la Fédération  (14 juillet 1790) et non les événements de 1789. Hier, à l’occasion de la première séance du séminaire Imaginaires de la Révolution, Jean-Clément Martin a insisté pour qu’on ne fasse pas de 1789 le point de départ de la Révolution: la situation de désordre datait au moins de 1787; le mot révolution était dans le vocabulaire politique depuis de nombreuses années; la conscience de vivre une révolution ne commencerait qu’en 1791; bref, le 14 juillet 1789 n’était pas grand chose (sinon aux yeux de quelques étrangers qui avaient intérêt à grandir l’événement) et l’on avait tort d’y voir un point de départ. Continuer la lecture de « La prise de la Bastille à l’ère du soupçon »

Imaginaires de la Révolution française de 1789 à aujourd’hui

J’ai le très grand plaisir de publier enfin le programme du séminaire de recherche que nous organisons à l’université Paris Diderot. Nous espérons vous voir nombreux à l’occasion des séances qui auront lieu cette année.

Centre de ressources Jacques-Seebacher
IMAREV 18-21
Imaginaires de la Révolution française de 1789 à aujourd’hui

Organisation : Florence Lotterie, Sophie Lucet, Olivier Ritz

Continuer la lecture de « Imaginaires de la Révolution française de 1789 à aujourd’hui »

L’an IX ou l’historiographie de la Révolution en débat

J’ai le plaisir d’annoncer la publication d’un article que j’ai consacré au débat sur l’écriture de l’histoire de la Révolution au cours de l’an IX (1800-1801). Cet article vient d’être publié dans la revue en ligne de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française. Pour le lire en intégralité, il suffit donc de suivre ce lien : http://lrf.revues.org/1603. Continuer la lecture de « L’an IX ou l’historiographie de la Révolution en débat »

Trois 14 juillet

Petit aperçu de mon livre, Les Métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution.

1789

« Le reste des assiégeants se jette à flots redoublés dans l’intérieur de cette haute et profonde caverne. »
(Jean Dusaulx, De l’insurrection parisienne, 1790.)

14 Juillet ? La prise de la Bastille, bien sûr. En allemand Sturm auf die Bastille, en anglais storming of the Bastille : si ces deux mots ont couramment le sens d’assaut, la métaphore reste active. C’est bien d’une tempête qu’il s’agit, comme en témoignent les textes qui évoquent l’événement, pleins de tempêtes maritimes. Le flot irrésistible du peuple parisien emporte la vieille prison et l’Ancien régime avec elle. Les métaphores relèvent ici de l’épopée. Elles visent le plus souvent l’admiration mais peuvent aussi avoir quelque chose d’inquiétant. Bref, ce 14 juillet-là est sublime : je l’étudie lorsque j’aborde cette catégorie esthétique, à la fin du deuxième chapitre.

Continuer la lecture de « Trois 14 juillet »

Les métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution

Comment a-t-on écrit dans la tempête ? Loin d’avoir été une période de stérilité, la Révolution française a été un temps d’intense activité littéraire. Dans le débat sur la Révolution qui se développe de 1789 à 1815, les métaphores naturelles sont les instruments d’une confrontation productrice de sens. Orages, volcans, germes, lumières et corps font aimer ou craindre la Révolution, tissent des liens entre les sciences et la politique et configurent un imaginaire politique nouveau. Opérant des partages et répartissant les rôles, elles contribuent à l’invention de la littérature. À travers elles, on découvre une époque caractérisée autant par une extraordinaire ouverture des possibles que par l’imposition de nouvelles normes.

Olivier Ritz, Les Métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution, Paris, Classiques Garnier, 2016, 371 p., 39 €.

Le livre que j’ai tiré de ma thèse est paru le 3 août 2016. Vous pouvez consulter ici la table des matières. Pour vous procurer un exemplaire, vous pouvez vous rendre sur le site des Classiques Garnier ou bien télécharger un bon de commande.

Ce livre est l’aboutissement des recherches que j’ai menées en master II (en 2008-2009) et surtout en thèse (2009-2014) sous la direction de Michel Delon, à l’université Paris-Sorbonne. Ma discipline est la littérature française, ce qui ne m’a pas empêché de participer à une école doctorale internationale, en partenariat avec les universités de Bonn et de Florence, et de faire de fructueuses recherches sur les littératures allemande et … anglaise (et très peu, hélas, sur la littérature italienne).

Continuer la lecture de « Les métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution »

« La Fabrique de la Révolution »

Depuis juin 2015, je participe au programme « la Fabrique de la Révolution » à l’université Paris-Diderot. Je contribue à la transcription des papiers préparatoires à l’Histoire de la Révolution française de Michelet. Après quelques mois de pratique, d’échanges et de discussion, je vais essayer de présenter brièvement ce projet ici. Je m’appuie à la fois sur mon expérience et sur la présentation que Paule Petitier, la responsable du projet, a donnée le 23 mars 2016 à l’ITEM.

Un projet pharaonique ?

Le projet initial de « La Fabrique de la Révolution » date de 2013. Il s’agissait de constituer un vaste corpus numérique autour de l’Histoire de la Révolution française de Michelet : éditions du texte, sources génétiques, périphériques et externes, voire même, en aval du texte, d’établir des liens hypertextes avec les textes littéraires — comme ceux d’Alexandre Dumas – qui se sont servis de l’Histoire de Michelet. Le travail projeté sur les sources externes et sur les échos de l’œuvre de Michelet devait même permettre de « constituer un véritable portail numérique de l’historiographie de la Révolution française au XIXe siècle ».

Nous construirons peut-être de grandes pyramides (et j’y contribuerais volontiers par la publication d’un corpus des premières histoires de la Révolution), mais en attendant le projet s’est resserré autour d’un premier chantier : la transcription des papiers préparatoires à l’Histoire de la Révolution française. Ces quelques deux mille papiers réunis en six volumes aujourd’hui conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris constituent un matériaux hétérogène et difficile à exploiter. Depuis que Michelet les a écrits, ils ont été classés, déclassés et reclassés. À condition de les rendre lisibles et exploitables, il présentent pourtant un double intérêt, permettant, disait Paule Petitier à l’ITEM, d’éclairer à la fois un travail d’historien et une mise en mémoire de la Révolution.

3 septembre 2016… Je n’ai toujours pas complété cette présentation. Il le faudrait pourtant. Les textes existant en ligne sont un peu datés ou très court. En plus des liens ci-dessus, on peut lire quelques lignes ici ou . Pour aller à l’essentiel avant de reprendre cet article, nous transcrivons les papiers de Michelet et nous les encodons, en langage XML, avec un schéma (DTD) propre au projet, que nous avons beaucoup fait évoluer en un an. Nous cherchons à rendre compte des aspects structurels, formels et sémantiques de chaque papier. Le balisage sémantique implique une réflexion passionnante sur les éléments qui pourraient être pertinents pour des recherches futures (noms de personne, noms d’institutions, etc.) et un travail de normalisation.

 

Il court, il court, Edmund Burke

Pour compléter mon premier article, une autre image. On y voit l’auteur des Réflexions sur la Révolution de France subissant le châtiment des baguettes. En anglais, running the gantlet. Je passe sur la réalité de cette punition militaire barbare, qui consistait à faire passer le condamné entre deux rangés de soldats munis de bâtons, et à le battre tout au long de sa course. L’auteur de cette caricature invente une variante de ce châtiment, the literary gantlet. Burke est fustigé par les principaux écrivains britanniques du débat sur la Révolution: à sa gauche, Helen Maria Williams, Richard Price et Anna Laetitia Barbauld. À sa droite, Richard Brinsley Sheridan. À l’extrémité droite du dessin, John Horne Tooke et Catherine Macaulay Graham. Chaque personnage, prêt à user du martinet qu’il tient dans la main, lance aussi des paroles cinglantes à la face du «Lucifer littéraire» qu’il faut châtier de ses écrits contre la Révolution.

Continuer la lecture de « Il court, il court, Edmund Burke »

Que fait Edmund Burke en tête de ce carnet ?

Il chevauche une hydre, dans un costume de Don Quichotte, et il brandit ses Réflexions sur la Révolution de France.

Bien sûr, on pourrait le prendre au sérieux. On le fait parfois. Beaucoup l’ont fait, qu’ils se soient intéressés aux idées politiques des Réflexions (1790) ou qu’ils soient revenus à sa célèbre Recherche philosophique sur l’origine de nos idées du sublime et du beau  (1757).

En France aujourd’hui, on rigole peu avec Burke. Des historiens lui prêtent une grande influence sur l’historiographie de la Révolution. Des politistes et des philosophes font grand cas de sa pensée. Récemment encore, j’ai entendu l’un d’eux, Frédéric Brahami, qui ne tarissait pas d’éloges. De l’autre côté de la Manche ou de l’Atlantique, les études sont encore plus nombreuses, qui, sur les terrains des sciences politiques, de l’histoire ou de la philosophie, donnent à Burke une place de premier choix. Mais il compte aussi beaucoup dans des études littéraires qui, sans lui disputer son rang de protagoniste, le montrent dans des rôles plus variés et souvent plus drôles.

Continuer la lecture de « Que fait Edmund Burke en tête de ce carnet ? »

Littérature et Révolution

Ce carnet de recherche invite à interroger les liens entre la littérature et la Révolution française. Prolongement d’une thèse soutenue en 2014 sur «les métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution», il étudie notamment les premières histoires de la Révolution (depuis 1789) et la fabrique de la postérité révolutionnaire. Il est aussi le point de départ d’un projet d’histoire littéraire de la Révolution française. Outre des éléments tirés de ma recherche passée et future, j’envisage d’y publier des billets sur des choses vues ou lues. Je voudrais enfin y montrer comment les humanités numériques peuvent contribuer à cette recherche, soit en publiant des liens vers des ressources existantes, soit à partir de mon expérience de transcription des papiers de Michelet dans le cadre du programme «La Fabrique de la Révolution».

Dans la rubrique «Qui suis-je ?» vous trouverez une présentation de mon parcours, quelques mots sur ma thèse et la liste de mes publications.