Les premières fois de La Marseillaise dans les journaux de la Révolution

L’histoire de La Marseillaise a été beaucoup racontée. Michel Vovelle l’a fait admirablement en 1984 dans le chapitre Les Lieux de mémoires où il explique comment le chant de Rouget de Lisle et du maire de Strasbourg est devenu le chant des Marseillais, «rencontre exceptionnelle entre expression d’élite et ferveur populaire»1. Jean Renoir a fait de cette histoire un grand film en 1938: on y voit les Marseillais découvrir le chant grâce à un Montpelliérain qui l’a appris d’un Strasbourgeois. On y voit surtout les volontaires marseillais marcher jusqu’à Paris et entrer dans la capitale en chantant ce qui devient ainsi le chant des Marseillais, quelques jours avant de participer à la prise des Tuileries.

L’histoire de La Marseillaise est aussi une histoire d’imprimés. La première édition du texte est publiée à Strasbourg, avec paroles et musique, sous le titre Chant de guerre pour l’armée du Rhin, dédié au Maréchal Lukner. Cette publication de quatre pages n’est pas datée, mais on sait que Rouget de Lisle a composé le chant dans la nuit du 25 au 26 avril 1792 et que Luckner a cessé de commander l’armée du Rhin le 21 mai. L’imprimeur est Ph. J. Dannbach, Imprimeur de la Municipalité, ce qui suggère que le maire Dietrich est intervenu pour faire imprimer le chant après avoir demandé à Rouget de Lisle de l’écrire.

Les premières apparitions du chant dans les journaux permettent de s’interroger sur le rôle des imprimés dans sa diffusion et son succès. Elles invitent aussi à réévaluer la chronologie et la géographie des premiers temps de la Marseillaise.

Continuer la lecture de « Les premières fois de La Marseillaise dans les journaux de la Révolution »
  1. Michel Vovelle, «La Marseillaise. La guerre ou la paix», dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, [1984], Gallimard, «Quarto», 1997, vol. 1, p. 107-149 ; p. 112. []

Gallicagram: un outil d’exploration pour l’histoire littéraire de la Révolution

J’étais invité le 27 octobre dernier au Early Modern French Seminar à la Maison française d’Oxford. Le thème du séminaire, «Impressions», m’a incité à poser la question «Quels sont les imprimés qui ont fait impression pendant la Révolution française?» Je me suis surtout demandé quels moyens nous avons de répondre à une telle question. Ce qui reste de l’histoire littéraire de la Révolution française, ce que l’on peut voir, lire, étudier, ce sont surtout des imprimés. Certes, il existe aussi des manuscrits, dans des archives privées ou publiques, mais ils sont beaucoup moins accessibles. Les imprimés ont été conservés dès le moment de leur publication grâce au dépôt légal (supprimé en 1790, mais rétabli dès 1793). De nombreuses collections d’imprimés de la période révolutionnaire ont été acquises par les bibliothèques patrimoniales et tout particulièrement par la Bibliothèque nationale de France. Des catalogues spécifiques ont été constitués.

Continuer la lecture de « Gallicagram: un outil d’exploration pour l’histoire littéraire de la Révolution »

Olympe de Gouges au programme de la République

Commençons par le plus important : des dizaines de milliers d’élèves de première vont étudier un texte d’Olympe de Gouges pour préparer leur bac de français. C’est, de toute façon, formidable.

Je passe aussi sur le paradoxe d’un texte qui n’a eu aucun écho du vivant de son autrice, qui a été oublié pendant près de deux cents ans et qui est, désormais, un classique. J’en ai parlé ailleurs. En revanche, je voudrais faire quelques remarques et poser quelques questions sur la manière dont la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne est inscrite dans les programmes du baccalauréat

La représentante officielle des Lumières

Les programmes de français sont organisés autour de grands genres littéraires. Au cours des vingt dernières années, ces genres se sont réduits à quatre : le roman, le théâtre, la poésie et l’argumentation qu’on appelle désormais la littérature d’idée.

Ce quatrième objet est susceptible d’une confusion qui lui est propre : quand on étudie la littérature d’idées, on a souvent tendance à accorder une importance plus grande aux valeurs que les textes sont supposés porter qu’à leurs qualités propres. Certes, on ne cherche plus à faire l’éducation morale des élèves avec les fables de La Fontaine, mais on continue à promouvoir l’humanisme et plus encore les Lumières.

Continuer la lecture de « Olympe de Gouges au programme de la République »

Sylvain Maréchal était-il un « bouffon réactionnaire » ?

L’affaire est connue. Enfin, c’est une façon de parler. Disons qu’elle est relativement connue: les écrits d’aujourd’hui qui portent sur l’histoire des femmes et du féminisme pendant la Révolution française mettent souvent en avant le Projet de loi portant défense d’apprendre à lire aux femmes publié en 1801 par Sylvain Maréchal. L’affaire serait aussi entendue: l’athée, le révolutionnaire radical, le complice de Babeuf serait aussi un affreux misogyne. Y a-t-il meilleure preuve que la Révolution s’est faite contre les femmes?

Il y a aussi une femme dans cette affaire, mais elle reste dans l’ombre: Marie Armande Jeanne Gacon-Dufour, qui publie une réponse intitulée Contre le projet de S.*** M.*** portant défense d’apprendre à lire aux femmes. On signale souvent cette réponse en regrettant sa trop grande modération. On remarque parfois que Gacon-Dufour et Maréchal ont été très proches dans les mois qui ont suivi et on en tire des conclusions absurdes: c’est cette polémique qui serait à l’origine de leur relation. Que ne dit-on que les deux auteurs se connaissaient depuis longtemps? Et pourquoi a-t-on oublié le roman de Gacon-Dufour, La Femme grenadier, qui se termine par un hommage de Maréchal à l’autrice, placée au-dessus de toutes les Jeanne célèbres pour ses qualités morales et intellectuelles?

Continuer la lecture de « Sylvain Maréchal était-il un « bouffon réactionnaire » ? »

Roman et histoire : la Révolution d’Émilie et de François Emmanuel Toulongeon

Version écrite d’une intervention dans le cadre séminaire de Master 2 et doctoral de l’IHRF-IHMC «En faisant, en écrivant la Révolution», organisé par Colin Jones et Pierre Serna, le 25 novembre 2020.

À propos des Lettres de la Vendée, roman d’Émilie Toulongeon, et du premier volume de L’Histoire de France depuis la révolution de 1789, par François Emmanuel Toulongeon, publiés en 1801.

Continuer la lecture de « Roman et histoire : la Révolution d’Émilie et de François Emmanuel Toulongeon »

Sand, Mauprat et le Roi des Aulnes

« Je me trouvai donc orphelin à sept ans. Mon grand-père pilla dans la maison de ma mère tout l’argent et les nippes qu’il put emporter ; puis, laissant le reste, et disant qu’il ne voulait point avoir affaire aux gens de loi, il n’attendit pas que la morte fût ensevelie, et, me prenant par le collet de ma veste, il me jeta sur la croupe de son cheval. »

Édition Folio, p. 43-44.

Cette phase du premier chapitre du roman Mauprat de George Sand, au programme de l’agrégation de lettres pour l’année 2021, introduit une chevauchée cauchemardesque à travers la forêt : le cavalier emporte l’enfant à grande vitesse, raillant la peur de celui-ci et frappant son cheval. La chevauchée, évoquée pendant près d’une page, s’interrompt « vers minuit » quand, traversant un pont-levis, le jeune Bernard arrive à la Roche-Mauprat où il est remis à son oncle Jean.

Un homme et un enfant effrayé traversent une forêt à cheval pendant la nuit : le motif suffit à rappeler l’un des plus célèbres poèmes de Goethe, «Le Roi des Aulnes» (Erlkönig), écrit en 1782 et traduit en français à partir de 1818. Si les points communs entre le poème allemand et le récit de Sand sont à première vue trop maigres pour y voir autre chose qu’un simple écho, plusieurs éléments permettent en vérité de considérer cette page de Mauprat comme une véritable réécriture du «Roi des Aulnes».

Continuer la lecture de « Sand, Mauprat et le Roi des Aulnes »

Lettres de la Vendée : un roman du consentement

Seul ouvrage connu d’Émilie Toulongeon, le roman Lettres de la Vendée, publié en 1801, raconte les amours contrariés de Louise la noble Vendéenne et de Maurice le gendarme républicain. L’autrice invente un itinéraire original qui conduit de la guerre à la paix et de la contrainte au consentement. Le personnage féminin prend en charge tout le récit, dans les lettres qu’elle envoie à une unique destinataire qui lui tient lieu de confidente. Œuvre de réconciliation au lendemain de la guerre de Vendée, mise en scène de la vie quotidienne pendant la Révolution, le roman propose aussi une réflexion originale sur les relations entre les femmes et les hommes. En sauvant Louise de la mort au début du roman, Maurice lui impose son désir. Il n’a pas trop de la première partie du roman pour gagner sa confiance, puis son affection. Le Commandant de sa compagnie de gendarmerie tente beaucoup plus brutalement d’abuser de Louise. Si cette scène met en évidence la différence de caractère entre les deux hommes, elle pose de façon plus aigüe la question du consentement, au cœur des Lettres de la Vendée. Comment surmonter la violence initiale ? Comment affirmer son choix ? Que faire de tout ce qui est trouble ? Dans les lettres qu’elle prête à son héroïne, Émilie Toulongeon développe un questionnement qui vaut autant pour l’amour que pour la politique. Si Louise parvient à aimer librement Maurice, la Vendée pourra consentir à la République.

Vous pouvez désormais lire les Lettres de la Vendée dans l’édition critique publiée par l’Université Paris Diderot. De septembre à décembre 2019, onze étudiant.e.s en troisième année de licence de lettres ont préparé cette édition sous ma direction : Pia Auger, Lola Bouchard, Justine Dienis, Samia El Harrati, Julie Gane, Matthieu George, Thomas Gerot, Marilou Gilles, Laurène Gilon Meixner, Ambre Guisnet et Manon Villanneau. Je les remercie vivement pour leur engagement et la qualité de leur travail de recherche1.

Continuer la lecture de « Lettres de la Vendée : un roman du consentement »
  1. On peut lire une description détaillée de la manière dont est organisée cet atelier d’édition critique dans un autre article de ce carnet de recherche. []

Firmin ou le Jouet de la fortune, 2e édition !

Aucun ouvrage de Joseph Rosny n’avait été réédité depuis sa mort, en 1814. L’un de ses romans, Firmin ou le Jouet de la fortune, dont la première édition date de 1798, est aujourd’hui publié par l’université Paris Diderot, dans la collection des «Publications du centre Jacques-Seebacher» sous la forme d’un livre électronique (au format ePub). Les coquilles de l’édition originale ont été corrigées et l’orthographe a été modernisée. Des notes explicatives, une préface et une bibliographie accompagnent le texte.

Continuer la lecture de « Firmin ou le Jouet de la fortune, 2e édition ! »

De la nature et de l’action politique

À huit jour d’une «grève mondiale pour le climat» qui me semble particulièrement importante, l’envie me prend de publier ici un court extrait de mon discours de soutenance de thèse. Le 15 novembre 2014, je présentais ainsi les raisons qui m’avaient conduit à passer par les discours sur la nature pour étudier les rapports entre la littérature et la politique pendant la Révolution française.

Continuer la lecture de « De la nature et de l’action politique »

Les notices d’autorité sont-elles aristocrates ?

Le bon usage, pour citer un auteur, est d’utiliser une forme normalisée, telle qu’elle apparaît dans les notices d’autorité. Le catalogue de la BNF est – parmi d’autres – un outil commode pour cela, puisque tout en indiquant la «forme internationale», il propose également une liste de «formes rejetées». Mais combien de fois ai-je été au moins perplexe, sinon franchement révolté, devant la forme retenue pour des écrivains de la période révolutionnaire?

Continuer la lecture de « Les notices d’autorité sont-elles aristocrates ? »

Vers un catalogue numérique de la Révolution

Introduction à la table ronde du séminaire UDPN (usages des patrimoines numérisés) du vendredi 9 novembre 2018, à l’université Paris Diderot: «Des sources de Michelet au Catalogue numérique de la Révolution française : faire l’inventaire d’un patrimoine dispersé».

L’index des sources de l’Histoire de la Révolution française de Jules Michelet, en cours de constitution dans le cadre du projet La Fabrique de la Révolution, fait apparaître un corpus de plusieurs dizaines de titres et d’un nombre plus grand encore de volumes. On y trouve des grandes sommes sur la Révolution française, des collections éditoriales comme celle de l’éditeur Baudouin ou encore des ouvrages isolés. Ce corpus singulier est attaché à un auteur, à quelques années de sa vie, et à un ouvrage, mais il donne une idée de ce qui s’est transmis et de ce qui s’est inventé entre l’époque de la Révolution et celle où Michelet a écrit son livre.

Ce corpus pourrait être le point de départ d’un nouveau projet de recherche: la constitution d’un catalogue numérique de la Révolution française. La table ronde d’aujourd’hui est une occasion de réfléchir à ce que pourrait être un tel catalogue – et à son opportunité même, qui est tout sauf évidente. Pour cela je commencerai par un rapide état des lieux avant d’esquisser quelques idées sur les perspectives ouvertes par les évolutions numériques récentes.

Continuer la lecture de « Vers un catalogue numérique de la Révolution »

« La faim passe du peuple au Roi ! »

Jules Michelet a laissé près de deux mille papiers préparatoires à son Histoire de la Révolution française (1847-1853), aujourd’hui conservés à la Bibliothèque historique de la ville de Paris. Une équipe de l’université Paris Diderot, dirigée par Paule Petitier, a entrepris la numérisation de ce matériau plein de surprises et d’enseignements. Les notes de Michelet sont transcrites et encodées, avec un double objectif : d’une part, rendre les papiers les plus lisibles possible, d’autre part, y repérer un certain nombre d’éléments significatifs, comme les noms de personne ou les références bibliographiques. Les papiers sont désormais mis en ligne, à mesure qu’ils sont transcrits, sur une application de visualisation. On peut également commencer à consulter les index en cours de constitution.

Il y a un an, j’ai proposé sur ce carnet une lecture d’un long papier dans lequel Michelet écrit, entre autres choses, ce qu’il a retenu d’une visite à la Salpêtrière. Aujourd’hui, je voudrais m’arrêter sur un papier beaucoup plus court, mais qui m’a beaucoup intéressé lorsque je l’ai transcrit. Continuer la lecture de « « La faim passe du peuple au Roi ! » »

La Femme grenadier, 2e édition !

La Femme grenadier n’avait jamais été rééditée depuis sa première publication, en 1801. Deux siècles plus tard, ce roman de Marie Armande Jeanne Gacon-Dufour est publié par l’université Paris Diderot, dans la collection des «Publications du centre Jacques-Seebacher» sous la forme d’un livre électronique (disponible aux formats ePub et HTML). Les coquilles de l’édition originale ont été corrigées et l’orthographe a été modernisée. Des notes, une belle préface, une chronologie et une bibliographie accompagnent le texte.

Le livre peut être téléchargé ou consulté directement sur le site du centre Jacques Seebacher: Marie Armande Jeanne Gacon-Dufour, La Femme grenadier, « Publications du centre Seebacher », Université Paris Diderot, 2018, ISBN/EAN 9782744202001, URL: http://seebacher.lac.univ-paris-diderot.fr/bibliotheque/items/show/48. On trouvera sur cette page toutes les indications utiles pour la lecture d’un fichier ePub. Continuer la lecture de « La Femme grenadier, 2e édition ! »

Un atelier d’édition collaborative

Cet article ne parle qu’incidemment de la Révolution française. Il rend compte d’une expérience pédagogique qui est aussi une expérience de recherche et que je mène depuis deux ans à l’université Paris Diderot dans le cadre de la licence de lettres. L’atelier d’édition critique collaborative proposé aux étudiants de troisième année consiste à faire en un semestre l’édition critique d’un texte littéraire: établir le texte, l’annoter pour en éclairer le sens ou le commenter et rédiger une préface accompagnée d’indications bibliographiques. Cet atelier est ainsi l’occasion d’une initiation à la recherche et d’une expérience de travail collectif. Les outils et les ressources numériques sont au cœur du dispositif, à la fois moyens sans lesquels ce projet serait irréalisable et objets d’apprentissages. Mais le choix d’outils utiles pour la recherche, utilisables par tous et permettant un véritable travail collaboratif s’est avéré plus compliqué et aussi plus intéressant que prévu. Continuer la lecture de « Un atelier d’édition collaborative »

Un inventeur de la Terreur : Joachim Vilate

Le centre Jacques-Seebacher de l’université Paris Diderot publie aujourd’hui une nouvelle édition des Causes secrètes de la révolution du 9 au 10 thermidor de Joachim Vilate.

Joachim Vilate, Causes secrètes de la révolution du 9 au 10 thermidor, édition critique sous la direction d’Olivier Ritz, Paris, Université Paris Diderot, «Publications du centre Seebacher», 2018. Livre numérique: http://seebacher.lac.univ-paris-diderot.fr/bibliotheque/items/show/46

Cliquer sur l’image pour télécharger directement le fichier ePub.

Continuer la lecture de « Un inventeur de la Terreur : Joachim Vilate »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search