Le spectacle vivant de la Révolution

Il est rare que je laisse passer une occasion de voir un spectacle sur la Révolution française et de vous en faire part ici, lecteurs. Pour la seule saison 2016-2017, j’en ai vu six. Vous avez pu me lire à propos de deux merveilles, la recréation du 1793 du Théâtre du Soleil par Jean Bellorini et la Mort de Danton mise en scène par Jean-Pierre Baro. J’ai rendu compte aussi de deux curiosités, Le Procès de Charlotte Corday par Benoît Lepecq et le Marie-Antoinette(s) de Pauline Susini. En revanche, je n’ai rien écrit sur ce carnet à propos des deux spectacles qui m’ont le plus occupé puisqu’ils étaient au programme pour mes étudiants. Continuer la lecture de « Le spectacle vivant de la Révolution »

Le 18 Fructidor de Louis-Sébastien Mercier

Ce mois-ci paraît le seizième numéro de la revue Orages. Littérature et culture (1760-1830) dont le thème est «Haines politiques». J’y parle de Louis-Sébastien Mercier et plus particulièrement de son Nouveau Paris, publié en 1798. Ce vaste texte, bien connu des spécialistes de la période et qui mériterait de toucher un public plus large, m’intéresse depuis longtemps. Avec cet article, j’ai voulu m’interroger sur l’engagement politique de Mercier dans le contexte très particulier du coup d’État du 18 Fructidor an V (4 septembre 1797). Comment peut-on défendre la République quand les élections ont donné une majorité à ses ennemis ? Continuer la lecture de « Le 18 Fructidor de Louis-Sébastien Mercier »

Histoires tragiques et 14 juillet pluvieux

J’ai désormais déposé cinq articles sur les archives ouvertes HAL (tous ceux que j’ai pu déposer à ce jour).

On peut y découvrir différents temps de ma recherche sur les premières histoires de la Révolution (1789-1815) : d’une part le résultat d’une première exploration de ce corpus, centrée sur les pages de titres et plus précisément sur les épigraphes ; d’autre part un gros plan sur la production historique d’une année particulièrement féconde, l’an IX (1800-1801) ; enfin un article posant la question du tragique de ces premières histoires.

Grâce à la bonne volonté de l’éditeur Hermann, j’ai pu mettre à disposition le chapitre du livre La pluie et le beau temps dans la littérature (sous la dir. de Karin Becker) que j’ai consacré aux intempéries de la Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790. Ce chapitre, enrichi et remanié, est devenu le premier chapitre de ma thèse, puis de mon livre, indisponibles en ligne.

Enfin, j’ai publié une œuvre de jeunesse : un article sur les usages de l’Antiquité dans le roman L’Émigré de Sénac de Meilhan (1797).

Image à la une: David L., Le Serment de Lafayette, à la Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790, 1791 (détail). Paris, Musée Carnavalet.

L’an IX ou l’historiographie de la Révolution en débat

J’ai le plaisir d’annoncer la publication d’un article que j’ai consacré au débat sur l’écriture de l’histoire de la Révolution au cours de l’an IX (1800-1801). Cet article vient d’être publié dans la revue en ligne de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française. Pour le lire en intégralité, il suffit donc de suivre ce lien : http://lrf.revues.org/1603. Continuer la lecture de « L’an IX ou l’historiographie de la Révolution en débat »

Trois 14 juillet

Petit aperçu de mon livre, Les Métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution.

1789

« Le reste des assiégeants se jette à flots redoublés dans l’intérieur de cette haute et profonde caverne. »
(Jean Dusaulx, De l’insurrection parisienne, 1790.)

14 Juillet ? La prise de la Bastille, bien sûr. En allemand Sturm auf die Bastille, en anglais storming of the Bastille : si ces deux mots ont couramment le sens d’assaut, la métaphore reste active. C’est bien d’une tempête qu’il s’agit, comme en témoignent les textes qui évoquent l’événement, pleins de tempêtes maritimes. Le flot irrésistible du peuple parisien emporte la vieille prison et l’Ancien régime avec elle. Les métaphores relèvent ici de l’épopée. Elles visent le plus souvent l’admiration mais peuvent aussi avoir quelque chose d’inquiétant. Bref, ce 14 juillet-là est sublime : je l’étudie lorsque j’aborde cette catégorie esthétique, à la fin du deuxième chapitre.

Continuer la lecture de « Trois 14 juillet »

Les métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution

Comment a-t-on écrit dans la tempête ? Loin d’avoir été une période de stérilité, la Révolution française a été un temps d’intense activité littéraire. Dans le débat sur la Révolution qui se développe de 1789 à 1815, les métaphores naturelles sont les instruments d’une confrontation productrice de sens. Orages, volcans, germes, lumières et corps font aimer ou craindre la Révolution, tissent des liens entre les sciences et la politique et configurent un imaginaire politique nouveau. Opérant des partages et répartissant les rôles, elles contribuent à l’invention de la littérature. À travers elles, on découvre une époque caractérisée autant par une extraordinaire ouverture des possibles que par l’imposition de nouvelles normes.

Olivier Ritz, Les Métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution, Paris, Classiques Garnier, 2016, 371 p., 39 €.

Le livre que j’ai tiré de ma thèse est paru le 3 août 2016. Vous pouvez consulter ici la table des matières. Pour vous procurer un exemplaire, vous pouvez vous rendre sur le site des Classiques Garnier ou bien télécharger un bon de commande.

Ce livre est l’aboutissement des recherches que j’ai menées en master II (en 2008-2009) et surtout en thèse (2009-2014) sous la direction de Michel Delon, à l’université Paris-Sorbonne. Ma discipline est la littérature française, ce qui ne m’a pas empêché de participer à une école doctorale internationale, en partenariat avec les universités de Bonn et de Florence, et de faire de fructueuses recherches sur les littératures allemande et … anglaise (et très peu, hélas, sur la littérature italienne).

Continuer la lecture de « Les métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution »