Un an déjà : à quoi bon ce carnet ?

Littérature et Révolution: un an, trente-six articles, quelques centaines de vrais lecteurs, trente-huit commentaires. L’occasion de regarder en arrière, et de faire un premier bilan.

Il m’a fallu plusieurs mois pour découvrir ce que j’allais vraiment faire de ce carnet. Mes premiers articles étaient écrits presque par hasard, à propos d’objets qui me semblaient en lien avec un projet d’ensemble très vaste, qui dépasse d’ailleurs ce carnet de recherche: l’étude des relations entre la littérature et la Révolution française. Les catégories que j’utilisais au départ se recoupaient le plus souvent: comme dans ma thèse, j’évoquais le plus souvent des textes qui ont été publiés pendant la période 1789-1815 et qui disent quelque chose de la Révolution (qui la «fabriquent»). Continuer la lecture de « Un an déjà : à quoi bon ce carnet ? »

Imaginaires de la Révolution française de 1789 à aujourd’hui

J’ai le très grand plaisir de publier enfin le programme du séminaire de recherche que nous organisons à l’université Paris Diderot. Nous espérons vous voir nombreux à l’occasion des séances qui auront lieu cette année.

Centre de ressources Jacques-Seebacher
IMAREV 18-21
Imaginaires de la Révolution française de 1789 à aujourd’hui

Organisation : Florence Lotterie, Sophie Lucet, Olivier Ritz

Continuer la lecture de « Imaginaires de la Révolution française de 1789 à aujourd’hui »

« La Fabrique de la Révolution »

Depuis juin 2015, je participe au programme « la Fabrique de la Révolution » à l’université Paris-Diderot. Je contribue à la transcription des papiers préparatoires à l’Histoire de la Révolution française de Michelet. Après quelques mois de pratique, d’échanges et de discussion, je vais essayer de présenter brièvement ce projet ici. Je m’appuie à la fois sur mon expérience et sur la présentation que Paule Petitier, la responsable du projet, a donnée le 23 mars 2016 à l’ITEM.

Un projet pharaonique ?

Le projet initial de « La Fabrique de la Révolution » date de 2013. Il s’agissait de constituer un vaste corpus numérique autour de l’Histoire de la Révolution française de Michelet : éditions du texte, sources génétiques, périphériques et externes, voire même, en aval du texte, d’établir des liens hypertextes avec les textes littéraires — comme ceux d’Alexandre Dumas – qui se sont servis de l’Histoire de Michelet. Le travail projeté sur les sources externes et sur les échos de l’œuvre de Michelet devait même permettre de « constituer un véritable portail numérique de l’historiographie de la Révolution française au XIXe siècle ».

Nous construirons peut-être de grandes pyramides (et j’y contribuerais volontiers par la publication d’un corpus des premières histoires de la Révolution), mais en attendant le projet s’est resserré autour d’un premier chantier : la transcription des papiers préparatoires à l’Histoire de la Révolution française. Ces quelques deux mille papiers réunis en six volumes aujourd’hui conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris constituent un matériaux hétérogène et difficile à exploiter. Depuis que Michelet les a écrits, ils ont été classés, déclassés et reclassés. À condition de les rendre lisibles et exploitables, il présentent pourtant un double intérêt, permettant, disait Paule Petitier à l’ITEM, d’éclairer à la fois un travail d’historien et une mise en mémoire de la Révolution.

3 septembre 2016… Je n’ai toujours pas complété cette présentation. Il le faudrait pourtant. Les textes existant en ligne sont un peu datés ou très court. En plus des liens ci-dessus, on peut lire quelques lignes ici ou . Pour aller à l’essentiel avant de reprendre cet article, nous transcrivons les papiers de Michelet et nous les encodons, en langage XML, avec un schéma (DTD) propre au projet, que nous avons beaucoup fait évoluer en un an. Nous cherchons à rendre compte des aspects structurels, formels et sémantiques de chaque papier. Le balisage sémantique implique une réflexion passionnante sur les éléments qui pourraient être pertinents pour des recherches futures (noms de personne, noms d’institutions, etc.) et un travail de normalisation.

 

Littérature et Révolution

Ce carnet de recherche invite à interroger les liens entre la littérature et la Révolution française. Prolongement d’une thèse soutenue en 2014 sur «les métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution», il étudie notamment les premières histoires de la Révolution (depuis 1789) et la fabrique de la postérité révolutionnaire. Il est aussi le point de départ d’un projet d’histoire littéraire de la Révolution française. Outre des éléments tirés de ma recherche passée et future, j’envisage d’y publier des billets sur des choses vues ou lues. Je voudrais enfin y montrer comment les humanités numériques peuvent contribuer à cette recherche, soit en publiant des liens vers des ressources existantes, soit à partir de mon expérience de transcription des papiers de Michelet dans le cadre du programme «La Fabrique de la Révolution».

Dans la rubrique «Qui suis-je ?» vous trouverez une présentation de mon parcours, quelques mots sur ma thèse et la liste de mes publications.