Une histoire brève de la littérature de la Révolution

Alain Viala vient de publier le troisième volume d’une série intitulée Une histoire brève de la littérature française. Après avoir présenté Le Moyen Âge et la Renaissance (vol.1, 2014) puis L’Âge classique et les Lumières (vol.2, 2015), il aborde ici l’histoire littéraire d’un long dix-neuvième siècle, De la Révolution à la Belle Époque (vol.3, 2017). L’ensemble de la série est le prolongement écrit d’une histoire littéraire enregistrée avec le concours de Daniel Mesguish et proposé par La Librairie sonore Frémaux & Associés. Le volume consacré au dix-neuvième siècle a été conçu avec la collaboration de Paul Aron. Continuer la lecture de « Une histoire brève de la littérature de la Révolution »

Dans les petits papiers de Michelet

L’Histoire de la Révolution française publiée en six tomes entre 1847 et 1853 a beaucoup contribué à la gloire de son auteur, Jules Michelet. Elle est un texte majeur pour qui s’intéresse à la littérature française du 19e siècle ou à l’historiographie de la Révolution française. Les papiers préparatoires à l’écriture de cette histoire ont été conservés: rassemblés et triés à plusieurs reprises depuis le décès de l’historien, ils sont réunis dans six gros volumes, aujourd’hui conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Ces papiers ne sont pas les manuscrits de l’Histoire de la Révolution française, mais les traces écrites d’un travail préparatoire à la rédaction, des brouillons d’un genre particulier, supports d’une prise de note plus ou moins structurée. Avec ces premiers textes, résultats de la recherche et de la sélection d’informations, s’élaborent déjà la pensée et parfois le style. Continuer la lecture de « Dans les petits papiers de Michelet »

La prise de la Bastille à l’ère du soupçon

Le 14 juillet 1789 gêne-t-il des historiens de la Révolution française? En découvrant que oui, je suis plongé dans des abîmes de perplexité. Revenons d’abord aux faits. Le 17 novembre dernier, j’ai été surpris d’entendre Pierre Serna critiquer le récit de la prise de la Bastille par Éric Vuillard en cherchant par tous les moyens à minimiser l’importance de cette journée: l’incendie des barrières quelques jours plus tôt comptait davantage, la passivité de l’armée importait plus que l’insurrection populaire, et d’ailleurs la fête nationale célébrait la Fête de la Fédération  (14 juillet 1790) et non les événements de 1789. Hier, à l’occasion de la première séance du séminaire Imaginaires de la Révolution, Jean-Clément Martin a insisté pour qu’on ne fasse pas de 1789 le point de départ de la Révolution: la situation de désordre datait au moins de 1787; le mot révolution était dans le vocabulaire politique depuis de nombreuses années; la conscience de vivre une révolution ne commencerait qu’en 1791; bref, le 14 juillet 1789 n’était pas grand chose (sinon aux yeux de quelques étrangers qui avaient intérêt à grandir l’événement) et l’on avait tort d’y voir un point de départ. Continuer la lecture de « La prise de la Bastille à l’ère du soupçon »

Il court, il court, Edmund Burke

Pour compléter mon premier article, une autre image. On y voit l’auteur des Réflexions sur la Révolution de France subissant le châtiment des baguettes. En anglais, running the gantlet. Je passe sur la réalité de cette punition militaire barbare, qui consistait à faire passer le condamné entre deux rangés de soldats munis de bâtons, et à le battre tout au long de sa course. L’auteur de cette caricature invente une variante de ce châtiment, the literary gantlet. Burke est fustigé par les principaux écrivains britanniques du débat sur la Révolution: à sa gauche, Helen Maria Williams, Richard Price et Anna Laetitia Barbauld. À sa droite, Richard Brinsley Sheridan. À l’extrémité droite du dessin, John Horne Tooke et Catherine Macaulay Graham. Chaque personnage, prêt à user du martinet qu’il tient dans la main, lance aussi des paroles cinglantes à la face du «Lucifer littéraire» qu’il faut châtier de ses écrits contre la Révolution.

Continuer la lecture de « Il court, il court, Edmund Burke »

Que fait Edmund Burke en tête de ce carnet ?

Il chevauche une hydre, dans un costume de Don Quichotte, et il brandit ses Réflexions sur la Révolution de France.

Bien sûr, on pourrait le prendre au sérieux. On le fait parfois. Beaucoup l’ont fait, qu’ils se soient intéressés aux idées politiques des Réflexions (1790) ou qu’ils soient revenus à sa célèbre Recherche philosophique sur l’origine de nos idées du sublime et du beau  (1757).

En France aujourd’hui, on rigole peu avec Burke. Des historiens lui prêtent une grande influence sur l’historiographie de la Révolution. Des politistes et des philosophes font grand cas de sa pensée. Récemment encore, j’ai entendu l’un d’eux, Frédéric Brahami, qui ne tarissait pas d’éloges. De l’autre côté de la Manche ou de l’Atlantique, les études sont encore plus nombreuses, qui, sur les terrains des sciences politiques, de l’histoire ou de la philosophie, donnent à Burke une place de premier choix. Mais il compte aussi beaucoup dans des études littéraires qui, sans lui disputer son rang de protagoniste, le montrent dans des rôles plus variés et souvent plus drôles.

Continuer la lecture de « Que fait Edmund Burke en tête de ce carnet ? »