Lire la Révolution : par où commencer ?

Chaos épouvantable formé par les écrivains de la révolution, masse énorme de feuilles périodiques, de brochures et de livres, dépôt obscur et volumineux de discours contradictoires, débordement d’invectives et de sarcasmes, amas confus où la calomnie s’est noyée elle-même, dossier effroyable du plus opiniâtre et du plus sanglant des procès, cesse d’accabler mes esprits, tu ferais reculer jusqu’à un Tacite. Je ne veux point t’ouvrir, je ne veux point te consulter ; je ne veux plus rien lire, je n’en crois que moi ; eh ! que pourrait-il sortir de cette cuve où bouillonnent encore les vagues écumeuses1 ?

Ce n’était qu’en 1798, et Louis Sébastien Mercier reculait déjà la masse d’écrits suscités par la Révolution. Que dire aujourd’hui ? Et comment s’y retrouver, quand on voudrait, par des lectures, savoir ce qui s’est passé entre 1789 et 1799 ? Je prie mes lecteurs historiens d’excuser le caractère partiel et subjectif des indications que je propose ici. Je serais ravi, d’ailleurs, de lire leurs suggestions dans les commentaires de ce billet. J’écris ces quelques lignes pour ceux qui arrivent à la Révolution par des des œuvres littéraires ou artistiques et qui voudraient mieux en saisir les enjeux historiques. Continuer la lecture de « Lire la Révolution : par où commencer ? »

  1. Louis Sébastien Mercier, Le Nouveau Paris, Chapitre I « Vues préliminaires », [1798] Mercure de France, 1994, p. 33. []