Le Péché de Monsieur Antoine ou comment peut-on hériter ?

La question n’est pas tant de savoir quel péché le bon monsieur Antoine a commis, mais plutôt ce qu’il faut faire des héritages. Et puisque cela se passe «quelques années» avant la publication du roman en 1846, les héritages de la Révolution et de l’Ancien régime sont bien au cœur du débat.

On devine assez vite que les lois de la société et celles de l’amitié n’autorisaient pas Monsieur Antoine à aimer celle qui a donné naissance à sa fille. En revanche, il faut un peu plus de temps pour démêler tous les héritages et notamment pour faire le décompte précis des pères. Père no 1 : Monsieur Antoine, le noble converti aux idéaux de la Révolution, devenu homme du peuple par la pauvreté et le travail, père de la belle et vertueuse Gilberte. Père no 2 : Monsieur Cardonnet, l’industriel qui veut dompter les hommes et la nature, père terrible du beau et vertueux Émile. Faut-il préciser – nous sommes chez George Sand – que la vertu comprend, en plus d’une moralité à toute épreuve et d’une parfaite sensibilité, la ferme conviction qu’il faut transformer la société pour la rendre plus égalitaire ? Père no 3 : le marquis de Boisguilbault, misanthrope vivant reclus dans son château où le temps s’est arrêté, toujours vêtu à la mode de l’Empire, d’abord père de personne, puis père de tout le monde.

Lecteur, si vous n’avez pas encore lu ce roman, que vous comptez le lire (vous devriez) et que vous ne voulez pas connaître déjà le fin mot de l’intrigue, n’allez pas plus loin dans la lecture de ce billet.

Continuer la lecture de « Le Péché de Monsieur Antoine ou comment peut-on hériter ? »

« La Fabrique de la Révolution »

Depuis juin 2015, je participe au programme « la Fabrique de la Révolution » à l’université Paris-Diderot. Je contribue à la transcription des papiers préparatoires à l’Histoire de la Révolution française de Michelet. Après quelques mois de pratique, d’échanges et de discussion, je vais essayer de présenter brièvement ce projet ici. Je m’appuie à la fois sur mon expérience et sur la présentation que Paule Petitier, la responsable du projet, a donnée le 23 mars 2016 à l’ITEM.

Un projet pharaonique ?

Le projet initial de « La Fabrique de la Révolution » date de 2013. Il s’agissait de constituer un vaste corpus numérique autour de l’Histoire de la Révolution française de Michelet : éditions du texte, sources génétiques, périphériques et externes, voire même, en aval du texte, d’établir des liens hypertextes avec les textes littéraires — comme ceux d’Alexandre Dumas – qui se sont servis de l’Histoire de Michelet. Le travail projeté sur les sources externes et sur les échos de l’œuvre de Michelet devait même permettre de « constituer un véritable portail numérique de l’historiographie de la Révolution française au XIXe siècle ».

Nous construirons peut-être de grandes pyramides (et j’y contribuerais volontiers par la publication d’un corpus des premières histoires de la Révolution), mais en attendant le projet s’est resserré autour d’un premier chantier : la transcription des papiers préparatoires à l’Histoire de la Révolution française. Ces quelques deux mille papiers réunis en six volumes aujourd’hui conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris constituent un matériaux hétérogène et difficile à exploiter. Depuis que Michelet les a écrits, ils ont été classés, déclassés et reclassés. À condition de les rendre lisibles et exploitables, il présentent pourtant un double intérêt, permettant, disait Paule Petitier à l’ITEM, d’éclairer à la fois un travail d’historien et une mise en mémoire de la Révolution.

3 septembre 2016… Je n’ai toujours pas complété cette présentation. Il le faudrait pourtant. Les textes existant en ligne sont un peu datés ou très court. En plus des liens ci-dessus, on peut lire quelques lignes ici ou . Pour aller à l’essentiel avant de reprendre cet article, nous transcrivons les papiers de Michelet et nous les encodons, en langage XML, avec un schéma (DTD) propre au projet, que nous avons beaucoup fait évoluer en un an. Nous cherchons à rendre compte des aspects structurels, formels et sémantiques de chaque papier. Le balisage sémantique implique une réflexion passionnante sur les éléments qui pourraient être pertinents pour des recherches futures (noms de personne, noms d’institutions, etc.) et un travail de normalisation.

 

Il court, il court, Edmund Burke

Pour compléter mon premier article, une autre image. On y voit l’auteur des Réflexions sur la Révolution de France subissant le châtiment des baguettes. En anglais, running the gantlet. Je passe sur la réalité de cette punition militaire barbare, qui consistait à faire passer le condamné entre deux rangés de soldats munis de bâtons, et à le battre tout au long de sa course. L’auteur de cette caricature invente une variante de ce châtiment, the literary gantlet. Burke est fustigé par les principaux écrivains britanniques du débat sur la Révolution: à sa gauche, Helen Maria Williams, Richard Price et Anna Laetitia Barbauld. À sa droite, Richard Brinsley Sheridan. À l’extrémité droite du dessin, John Horne Tooke et Catherine Macaulay Graham. Chaque personnage, prêt à user du martinet qu’il tient dans la main, lance aussi des paroles cinglantes à la face du «Lucifer littéraire» qu’il faut châtier de ses écrits contre la Révolution.

Continuer la lecture de « Il court, il court, Edmund Burke »