La Révolution au féminin pluriel

Compte rendu de l’exposition Amazones de la Révolution, des femmes dans la tourmente de 1789, au musée Lambinet, à Versailles, du 5 novembre 2016 au 5 mars 2017. Article publié dans L’Humanité du lundi 20 février 2017, en accès libre sur le site internet du journal.


Il y avait au moins deux bonnes raisons d’organiser à Versailles une exposition sur les femmes dans la Révolution française. La première est historique: c’est dans cette ville que les femmes connurent leur jour de gloire, en octobre 1789, lorsqu’elles vinrent chercher le roi pour le contraindre d’habiter désormais à Paris, au milieu de son peuple. Dans son enthousiasme, Michelet n’hésitera pas à écrire : «Les hommes ont pris la Bastille, et les femmes ont pris le roi.» La deuxième raison tient aux trésors révolutionnaires que renferme le musée Lambinet. L’exposition « Amazones de la Révolution » rappelle donc à propos que Versailles, ville royale par excellence, a été pour cette raison même un haut lieu de la Révolution. Continuer la lecture de « La Révolution au féminin pluriel »

Un regard décentré sur la Révolution

Compte rendu de lecture. Emmanuel Dongala, La Sonate à Bridgetower (Sonata Mulatica), Arles, Actes Sud, 2017. 336 pages, 22,50 €, ISBN 978-2-330-07280-3.

Ce roman, «fiction fondée sur des faits réels» (p.333) raconte la jeunesse du violoniste George Bridgetower, fils d’un Noir de la Barbade et d’une Polonaise, depuis son arrivée à Paris au début de l’année 1789 jusqu’à sa rencontre avec Beethoven à Vienne, en 1803. La quatrième de couverture explique le titre choisi par Emmanuel Dongala: la Sonate à Kreutzer du compositeur allemand fut à l’origine créée pour Bridgetower. Les dernières pages du texte évoquent un autre revirement: apprenant l’année suivante que Napoléon s’est proclamé empereur, Beethoven laisse éclater son dépit et change le titre de sa symphonie «Bonaparte». Ce choix de dates, souligné par le titre de la première des trois parties («Paris, 1789») fait de La Sonate à Bridgetower un roman de la Révolution, bien que les événements politiques y occupent peu de place et que leur traitement soit décevant, agaçant même à certains égards. Mais le récit donne à voir d’autres aspects de la période, parfois de façon originale. Continuer la lecture de « Un regard décentré sur la Révolution »

Liberté, égalité, littérature

La Révolution a été le moment d’une expérience inédite de liberté pour les écrivains. De 1789 à 1792, de 1795 à 1797 puis, pour la presse non périodique uniquement, en 1800 et 1801, la liberté de publier a été très grande. L’anthologie de textes que je propose ici donne à voir les débats qui ont accompagné cette expérience. Elle comprend à la fois des discours d’assemblée et des textes d’écrivains. Elle porte successivement sur trois enjeux du débat. D’une part, faut-il limiter la liberté de la presse, et pourquoi? D’autre part, que faut-il faire des académies? Enfin, la Révolution a-t-elle menacé la littérature? Dans une dernière partie, je propose quatre extraits du Nouveau Paris de Louis-Sébastien Mercier (1798): on y découvre les inquiétudes nouvelles et le désir d’ordre d’un auteur qui fut parmi les plus ardents défenseurs de la liberté d’écrire et de publier avant la Révolution. Au terme de ce parcours, l’expérience de la liberté semble avoir eu deux conséquences principales:  d’un côté, le pouvoir politique a repensé sa manière d’intervenir; de l’autre, la littérature – le mot supplante alors l’expression belles-lettres – a été définie en réaction à cette expérience. Continuer la lecture de « Liberté, égalité, littérature »

La blanche Corday et le noir Fouquier-Tinville

Compte rendu du Procès de Charlotte Corday, texte et mise en scène de Benoît Lepecq, créé le 14 novembre 2009 au château de Villiers–Cerny, repris à Versailles, à l’espace Richaud, les 2 et 3 février 2017.

J’aurais pu voir cette pièce à Vizille, le 21 mars 2012, mais je n’ai fait que passer au colloque «Mythologies contemporaines» et j’étais déjà dans le train du retour quand elle a été jouée. Cette fois-ci, je n’ai rien manqué: j’ai visité l’exposition Amazones de la Révolution au musée Lambinet, j’ai dialogué avec son commissaire, Martial Poirson, que nous avions invité au séminaire Imaginaires de la Révolution et j’ai complété ces deux journées passionnantes en retournant à Versailles, pour Le Procès de Charlotte Corday.

Continuer la lecture de « La blanche Corday et le noir Fouquier-Tinville »