La Terreur : histoire d’un théâtre d’ombres

Compte rendu de lecture. Jean-Clément Martin, Les Échos de la Terreur. Vérités d’un mensonge d’État, 1794-2001, Paris, Belin, 2018, ISBN 978-2-410-00206-5, 24 €, 316 pages.

«En inventant la Terreur» le 28 août 1794, un mois après l’élimination de Robespierre, Tallien «révolutionne la Révolution» (p.29).  Le terme et l’idée de Terreur s’imposent: son imprécision, sa plasticité et son pouvoir d’occultation lui assurent un succès durable. Dans Les Échos de la Terreur, Jean-Clément Martin entreprend la «généalogie» de ce mensonge. S’il revient comme il l’a souvent fait déjà sur ses origines, il met surtout l’accent sur son devenir, consacrant la plus grande part ce livre à la Terreur comme «catastrophe originaire» (titre de la deuxième partie) ou comme «mythe originel» (p.19). Cet ouvrage prolonge ainsi La Terreur. Vérités et légendes, publié un an plus tôt par Jean-Clément Martin (voir mon compte rendu). Il s’en distingue par la perspective adoptée, mais aussi par la manière d’écrire. L’ouvrage de 2017 est une très belle entreprise de vulgarisation, fait de chapitres courts et incisifs. Ce livre-ci est une intervention dans les débats scientifiques actuels sur la Révolution: sans rien perdre de sa clarté dans l’expression, Jean-Clément Martin écrit à partir de très nombreuses lectures. Les références qu’il donne en notes constituent une bibliographie très riche. L’historien construit explicitement une position personnelle, disant ses accords ou désaccords avec nuance et affichant parfois son manque de «compétences», par exemple à propos du sacré (p.211).

Continuer la lecture de « La Terreur : histoire d’un théâtre d’ombres »