Sand, Mauprat et le Roi des Aulnes

« Je me trouvai donc orphelin à sept ans. Mon grand-père pilla dans la maison de ma mère tout l’argent et les nippes qu’il put emporter ; puis, laissant le reste, et disant qu’il ne voulait point avoir affaire aux gens de loi, il n’attendit pas que la morte fût ensevelie, et, me prenant par le collet de ma veste, il me jeta sur la croupe de son cheval. »

Édition Folio, p. 43-44.

Cette phase du premier chapitre du roman Mauprat de George Sand, au programme de l’agrégation de lettres pour l’année 2021, introduit une chevauchée cauchemardesque à travers la forêt : le cavalier emporte l’enfant à grande vitesse, raillant la peur de celui-ci et frappant son cheval. La chevauchée, évoquée pendant près d’une page, s’interrompt « vers minuit » quand, traversant un pont-levis, le jeune Bernard arrive à la Roche-Mauprat où il est remis à son oncle Jean.

Un homme et un enfant effrayé traversent une forêt à cheval pendant la nuit : le motif suffit à rappeler l’un des plus célèbres poèmes de Goethe, «Le Roi des Aulnes» (Erlkönig), écrit en 1782 et traduit en français à partir de 1818. Si les points communs entre le poème allemand et le récit de Sand sont à première vue trop maigres pour y voir autre chose qu’un simple écho, plusieurs éléments permettent en vérité de considérer cette page de Mauprat comme une véritable réécriture du «Roi des Aulnes».

Continuer la lecture de « Sand, Mauprat et le Roi des Aulnes »