Le spectacle vivant de la Révolution

Il est rare que je laisse passer une occasion de voir un spectacle sur la Révolution française et de vous en faire part ici, lecteurs. Pour la seule saison 2016-2017, j’en ai vu six. Vous avez pu me lire à propos de deux merveilles, la recréation du 1793 du Théâtre du Soleil par Jean Bellorini et la Mort de Danton mise en scène par Jean-Pierre Baro. J’ai rendu compte aussi de deux curiosités, Le Procès de Charlotte Corday par Benoît Lepecq et le Marie-Antoinette(s) de Pauline Susini. En revanche, je n’ai rien écrit sur ce carnet à propos des deux spectacles qui m’ont le plus occupé puisqu’ils étaient au programme pour mes étudiants. Continuer la lecture de « Le spectacle vivant de la Révolution »

La Révolution dans l’Humanité, été 2009

Du 15 juillet au 3 septembre 2009, le journal l’Humanité publia chaque jour en dernière page le portrait d’un personnage de la Révolution. Trente-six portraits furent rassemblés ensuite dans un hors-série intitulé «1789-2009: Portraits de Révolution». Avec Stéphanie Loncle, j’ai étudié ces portraits pour un colloque organisé à Vizille en mars 2012. L’article que nous avons tiré de ce travail a été publié dans le volume La Révolution française et le monde d’aujourd’hui. Mythologies contemporaines, (sous la dir. de Martial Poirson, Classiques Garnier, 2014). Malheureusement, le choix de l’éditeur et la loi actuelle ne nous permettent pas de mettre en ligne cet article sur HAL. En revanche, je publie ici la liste des portraits publiés avec des liens vers le site de l’Humanité, où l’on peut les consulter gratuitement. Certaines signatures vous surprendront peut-être. Plusieurs portraits, qu’ils soient écrits par des journalistes ou par des personnalités invitées pour l’occasion, sont très réussis. Je recommande notamment le duel que se livrèrent les éditorialistes Claude Cabanes et Maurice Ulrich à propos de Marat et de Charlotte Corday (textes 5 et 6). Continuer la lecture de « La Révolution dans l’Humanité, été 2009 »

Jeunesse de Danton !

Compte rendu de La Mort de Danton, mise en scène par Jean-Pierre Baro, avec les comédiens de la promotion 2016 de l’École Nationale Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier. Créé au printemps 2016 à Montpellier, repris en novembre 2016 au théâtre de la Commune à Aubervilliers.

Le spectacle a été joué une dizaine de fois. C’est beaucoup pour un spectacle de fin d’études. C’est peu pour un aussi beau résultat, qui aurait mérité d’être vu par de très nombreux spectateurs. Ils sont onze donc. Ils s’appellent même «les onze» sur leur site, mais je ne suis pas sûr qu’ils aient pensé au roman de Pierre Michon et aux membres du Comité de Salut Public. En revanche ils sont jeunes, et cela les rend particulièrement aptes à jouer la Révolution, comme l’écrit Jean-Pierre Baro dans le programme du spectacle : «Il y a peut-être un secret dans la quête de changement et les aspirations et combats de ces jeunes révolutionnaires, que seuls des élèves aussi jeunes que les figures qu’ils incarnent peuvent percer.» Continuer la lecture de « Jeunesse de Danton ! »

De l’audace, mais pas grand chose à sauver

Compte rendu de lecture. Thierry Froger, Sauve qui peut (la révolution), Arles, Actes Sud, 2016.
448 pages, 22 €. ISBN 978-2-330-06650-5.

De l’audace ! Il en faut assurément pour s’emparer de la Révolution avec tous ses monuments. Pendant que Joël Pommerat essaie d’inventer un récit dépouillé de la mythologie révolutionnaire, au moment-même où Éric Vuillard se concentre – magnifiquement – sur quelques journées de juillet 1789, Thierry Froger ose rêver très grand avec Sauve qui peut (la révolution). Prenez Robespierre, Desmoulins, Bonaparte et surtout Danton. Ajoutez les Hugo (père et fils), Michelet, François Furet, Jack Lang et surtout Jean-Luc Godard. Vous n’aurez qu’une petite idée du pêle-même de grandes figures qui peuplent le roman. La liste complète, qui tient autant de l’inventaire à la Prévert que du catalogue homérique, occupe d’ailleurs huit longues pages dans la dernière partie du texte. Continuer la lecture de « De l’audace, mais pas grand chose à sauver »