Trois 14 juillet

Petit aperçu de mon livre, Les Métaphores naturelles dans le débat sur la Révolution.

1789

« Le reste des assiégeants se jette à flots redoublés dans l’intérieur de cette haute et profonde caverne. »
(Jean Dusaulx, De l’insurrection parisienne, 1790.)

14 Juillet ? La prise de la Bastille, bien sûr. En allemand Sturm auf die Bastille, en anglais storming of the Bastille : si ces deux mots ont couramment le sens d’assaut, la métaphore reste active. C’est bien d’une tempête qu’il s’agit, comme en témoignent les textes qui évoquent l’événement, pleins de tempêtes maritimes. Le flot irrésistible du peuple parisien emporte la vieille prison et l’Ancien régime avec elle. Les métaphores relèvent ici de l’épopée. Elles visent le plus souvent l’admiration mais peuvent aussi avoir quelque chose d’inquiétant. Bref, ce 14 juillet-là est sublime : je l’étudie lorsque j’aborde cette catégorie esthétique, à la fin du deuxième chapitre.

Continuer la lecture de « Trois 14 juillet »

Hubert Robert au Louvre

Hubert Robert au Louvre : j’y étais ce matin. C’était ma dernière occasion de le faire avant la fin de l’exposition. Si je n’avais pas mille choses à faire, j’écrirais volontiers un article qui parlerait peut-être de la Bastille, sans doute de la Fédération (je ne connaissais pas cette représentation de l’événement, sur une toile d’ordinaire visible à Versailles) et peut-être aussi de lavandières, malgré le peu de rapport qu’elles ont avec la Révolution. J’aimerais surtout m’arrêter sur ces Jeunes filles dansant autout d’un obélisque. Quelle chance de voir ce tableau de 1798, que je connaissais jusque là parce qu’il est reproduit sur la couverture de la Carmagnole des Muses !

Hubert Robert 005

P.S. ajouté le 20 juillet : je découvre un beau compte rendu de l’exposition, signé Serge Bianchi, sur le site de la Société des études robespierristes.

Il court, il court, Edmund Burke

Pour compléter mon premier article, une autre image. On y voit l’auteur des Réflexions sur la Révolution de France subissant le châtiment des baguettes. En anglais, running the gantlet. Je passe sur la réalité de cette punition militaire barbare, qui consistait à faire passer le condamné entre deux rangés de soldats munis de bâtons, et à le battre tout au long de sa course. L’auteur de cette caricature invente une variante de ce châtiment, the literary gantlet. Burke est fustigé par les principaux écrivains britanniques du débat sur la Révolution: à sa gauche, Helen Maria Williams, Richard Price et Anna Laetitia Barbauld. À sa droite, Richard Brinsley Sheridan. À l’extrémité droite du dessin, John Horne Tooke et Catherine Macaulay Graham. Chaque personnage, prêt à user du martinet qu’il tient dans la main, lance aussi des paroles cinglantes à la face du «Lucifer littéraire» qu’il faut châtier de ses écrits contre la Révolution.

Continuer la lecture de « Il court, il court, Edmund Burke »