La Terreur : histoire d’un théâtre d’ombres

Compte rendu de lecture. Jean-Clément Martin, Les Échos de la Terreur. Vérités d’un mensonge d’État, 1794-2001, Paris, Belin, 2018, ISBN 978-2-410-00206-5, 24 €, 316 pages.

«En inventant la Terreur» le 28 août 1794, un mois après l’élimination de Robespierre, Tallien «révolutionne la Révolution» (p.29).  Le terme et l’idée de Terreur s’imposent: son imprécision, sa plasticité et son pouvoir d’occultation lui assurent un succès durable. Dans Les Échos de la Terreur, Jean-Clément Martin entreprend la «généalogie» de ce mensonge. S’il revient comme il l’a souvent fait déjà sur ses origines, il met surtout l’accent sur son devenir, consacrant la plus grande part ce livre à la Terreur comme «catastrophe originaire» (titre de la deuxième partie) ou comme «mythe originel» (p.19). Cet ouvrage prolonge ainsi La Terreur. Vérités et légendes, publié un an plus tôt par Jean-Clément Martin (voir mon compte rendu). Il s’en distingue par la perspective adoptée, mais aussi par la manière d’écrire. L’ouvrage de 2017 est une très belle entreprise de vulgarisation, fait de chapitres courts et incisifs. Ce livre-ci est une intervention dans les débats scientifiques actuels sur la Révolution: sans rien perdre de sa clarté dans l’expression, Jean-Clément Martin écrit à partir de très nombreuses lectures. Les références qu’il donne en notes constituent une bibliographie très riche. L’historien construit explicitement une position personnelle, disant ses accords ou désaccords avec nuance et affichant parfois son manque de «compétences», par exemple à propos du sacré (p.211).

Continuer la lecture de « La Terreur : histoire d’un théâtre d’ombres »

Lettres de la Vendée : un roman du consentement

Seul ouvrage connu d’Émilie Toulongeon, le roman Lettres de la Vendée, publié en 1801, raconte les amours contrariés de Louise la noble Vendéenne et de Maurice le gendarme républicain. L’autrice invente un itinéraire original qui conduit de la guerre à la paix et de la contrainte au consentement. Le personnage féminin prend en charge tout le récit, dans les lettres qu’elle envoie à une unique destinataire qui lui tient lieu de confidente. Œuvre de réconciliation au lendemain de la guerre de Vendée, mise en scène de la vie quotidienne pendant la Révolution, le roman propose aussi une réflexion originale sur les relations entre les femmes et les hommes. En sauvant Louise de la mort au début du roman, Maurice lui impose son désir. Il n’a pas trop de la première partie du roman pour gagner sa confiance, puis son affection. Le Commandant de sa compagnie de gendarmerie tente beaucoup plus brutalement d’abuser de Louise. Si cette scène met en évidence la différence de caractère entre les deux hommes, elle pose de façon plus aigüe la question du consentement, au cœur des Lettres de la Vendée. Comment surmonter la violence initiale ? Comment affirmer son choix ? Que faire de tout ce qui est trouble ? Dans les lettres qu’elle prête à son héroïne, Émilie Toulongeon développe un questionnement qui vaut autant pour l’amour que pour la politique. Si Louise parvient à aimer librement Maurice, la Vendée pourra consentir à la République.

Vous pouvez désormais lire les Lettres de la Vendée dans l’édition critique publiée par l’Université Paris Diderot. De septembre à décembre 2019, onze étudiant.e.s en troisième année de licence de lettres ont préparé cette édition sous ma direction : Pia Auger, Lola Bouchard, Justine Dienis, Samia El Harrati, Julie Gane, Matthieu George, Thomas Gerot, Marilou Gilles, Laurène Gilon Meixner, Ambre Guisnet et Manon Villanneau. Je les remercie vivement pour leur engagement et la qualité de leur travail de recherche1.

Continuer la lecture de « Lettres de la Vendée : un roman du consentement »
  1. On peut lire une description détaillée de la manière dont est organisée cet atelier d’édition critique dans un autre article de ce carnet de recherche. []

Richard Cœur de Lion : la royauté sauvée par les arts

Compte rendu. André Grétry, Richard Cœur de Lion, opéra-comique en trois actes sur un livret de Michel-Jean Sedaine, créé en 1784 à Paris, nouvelle production, Le Concert spirituel (chœur et orchestre), Hervé Niquet (direction), Marshall Pynkoski (mise en scène), à l’Opéra royal de Versailles, du 10 au 13 octobre 2019.

Aller à Versailles pour une représentation de Richard Cœur de Lion de Grétry, c’est avoir rendez-vous avec la Révolution française. Grétry était l’un des compositeurs les plus connus et les plus appréciés de la fin du 18e siècle, le compositeur préféré de Marie-Antoinette, c’est dire! Mais il y a mieux: un air célèbre de cet opéra, «Ô Richard, ô mon roi», a été l’élément déclencheur d’un tournant de la Révolution. Le 1er octobre 1789, les gardes du corps du roi organisent un grand banquet en l’honneur des officiers du régiment de Flandres. Ils dressent une grande table sur la scène de l’Opéra de Versailles. Les loges sont pleines de spectateurs. La famille royale se montre dans une loge, puis descend parmi les soldats rassemblés sur la scène.

Continuer la lecture de « Richard Cœur de Lion : la royauté sauvée par les arts »

Firmin ou le Jouet de la fortune, 2e édition !

Aucun ouvrage de Joseph Rosny n’avait été réédité depuis sa mort, en 1814. L’un de ses romans, Firmin ou le Jouet de la fortune, dont la première édition date de 1798, est aujourd’hui publié par l’université Paris Diderot, dans la collection des «Publications du centre Jacques-Seebacher» sous la forme d’un livre électronique (au format ePub). Les coquilles de l’édition originale ont été corrigées et l’orthographe a été modernisée. Des notes explicatives, une préface et une bibliographie accompagnent le texte.

Continuer la lecture de « Firmin ou le Jouet de la fortune, 2e édition ! »

La Révolution dessinée sur le vif

Compte rendu. Florent Grouazel et Younn Locard, Révolution, I. liberté, Actes Sud – l’An 2, 2018. Cette (première) lecture est nourrie aussi d’échanges avec les auteurs, le 16 mars 2019, à l’occasion du colloque « La Révolution en 3D » organisé à l’université Paris I – Panthéon Sorbonne. Les propos prêtés aux auteurs en sont tirés.


Quelle chance que de voir débuter une telle entreprise! Ce n’est pas un épisode de la Révolution que racontent et dessinent Florent Grouazel et Younn Locard, c’est la Révolution dans toute son ampleur. Le premier volume (I. liberté), disponible depuis le début de l’année 2019, compte à lui seul 320 pages et traite d’une période historique qui s’étend d’avril à octobre 1789. Si les deux autres volumes annoncés (II. égalité; III. ou la mort) ont la même étendue et la même puissance d’évocation, le millier de pages de cette Révolution-là constituera une somme comparable peut-être, mutatis mutandis, à celle d’un Michelet.

Continuer la lecture de « La Révolution dessinée sur le vif »

Une anecdote judiciaire sous le Directoire

Connaissez-vous Joseph Rosny? Probablement pas. À moins que vous n’ayez lu l’article que lui a consacré Jean-Luc Chappey 1. Avez-vous lu L’Anecdote du jour ou Histoire de ma détention dans la prison de ***? C’était impossible jusque là, sauf si vous fréquentiez la bibliothèque municipal du Havre, dernier endroit public où l’on pouvait trouver cet ouvrage en France. Pouvez-vous le lire désormais? Mais, oui. Il est en ligne sur le site de la bibliothèque Jacques-Seebacher de l’université Paris-Diderot. Devriez-vous le lire? C’est selon. Si vous voulez savoir comment le narrateur se défend d’avoir frappé le mari d’une belle limonadière, si vous voulez lire le récit de deux procès et de dix jours de prison, si vous voulez découvrir l’histoire romanesque et tragique de l’ami du narrateur, si vous voulez voir comment les procédés du roman permettent de réécrire la grande et la petite histoire, n’hésitez plus à télécharger ces 140 petites pages. Et en attendant, vous pouvez vous contenter de lire la notice que j’ai rédigée pour la mise en ligne et que je reproduis dans la suite de cette article.

Continuer la lecture de « Une anecdote judiciaire sous le Directoire »
  1. Jean-Luc Chappey, « Les tribulations de Joseph Rosny (1771-1814), questions sur le statut de l’écrivain en révolution », Annales historiques de la Révolution française, no356,‎ 2009, p.119–142; en ligne: https://journals.openedition.org/ahrf/10625. []

Cinq raisons de voir Un peuple et son roi

La sortie d’Un peuple et son roi, réalisé par Pierre Schoeller, est programmée pour le 26 septembre. Je l’ai déjà vu et j’ai très envie d’en parler, mais je ne voudrais pas vous priver de toutes les belles surprises qui vous attendent. Voici donc simplement, pour commencer, quelques raisons de ne pas manquer ce grand film. Continuer la lecture de « Cinq raisons de voir Un peuple et son roi »

La guillotine : histoire contemporaine d’un fantasme

Compte rendu de lecture. Christophe Bigot, Autoportrait à la guillotine, Paris, Stock, 2018. ISBN 978-2-234-08365-3.

Christophe Bigot est né le 6 juin 1976. Il a commencé à écrire cet Autoportrait à la guillotine en juillet 2016, à quarante ans, avant, dit-il, «d’entrer de plain-pied dans cette vie d’adultes» (p.248). Le livre a en effet les qualités des récits d’enfance les plus réussis. On y rit, avec l’auteur, des maladresses sociales et de l’imagination fantasque de l’enfant qu’il a été. On est ému quand il fait part de ses angoisses ou qu’il met des mots sur ses rapports à ses parents, avec tendresse et regrets. On s’y reconnaît peut-être, ou l’on s’étonne au contraire des différences qu’il peut y avoir d’une enfance à l’autre. Continuer la lecture de « La guillotine : histoire contemporaine d’un fantasme »

La Femme grenadier, 2e édition !

La Femme grenadier n’avait jamais été rééditée depuis sa première publication, en 1801. Deux siècles plus tard, ce roman de Marie Armande Jeanne Gacon-Dufour est publié par l’université Paris Diderot, dans la collection des «Publications du centre Jacques-Seebacher» sous la forme d’un livre électronique (disponible aux formats ePub et HTML). Les coquilles de l’édition originale ont été corrigées et l’orthographe a été modernisée. Des notes, une belle préface, une chronologie et une bibliographie accompagnent le texte.

Le livre peut être téléchargé ou consulté directement sur le site du centre Jacques Seebacher: Marie Armande Jeanne Gacon-Dufour, La Femme grenadier, « Publications du centre Seebacher », Université Paris Diderot, 2018, ISBN/EAN 9782744202001, URL: http://seebacher.lac.univ-paris-diderot.fr/bibliotheque/items/show/48. On trouvera sur cette page toutes les indications utiles pour la lecture d’un fichier ePub. Continuer la lecture de « La Femme grenadier, 2e édition ! »

Pas de Terreur sans littérature

Compte rendu de lecture. Jean-Clément Martin, La Terreur. Vérités et légendes, Paris, Perrin, 2017. 13 €. ISBN 978-2-262-06773-1.

Voilà un petit livre qui affronte de grandes questions. En trente-deux courts chapitres aux titres en forme d’affirmation et à peine plus de deux-cents pages au total, il fait plus que tenir les promesses de son titre : Jean-Clément Martin y prend parfois des directions inattendues, il désoriente parfois ses lecteurs – sans doute à dessein – et surtout il ouvre des horizons pour la recherche qui intéresseront au moins autant les littéraires que les historiens. Continuer la lecture de « Pas de Terreur sans littérature »

Enfers et Champs-Élysées

Compte rendu. Imaginaires de la Révolution française de 1789 à aujourd’hui. Séminaire de recherche organisé par Florence Lotterie, Sophie Lucet et Olivier Ritz à l’université Paris Diderot à l’université Paris Diderot (CERILAC – Centre de ressources Jacques-Seebacher). Séance du vendredi 16 mars. Enfers et Champs-Élysées, avec Jessica Goodman (université d’Oxford, St Catherine’s College) et Michel Biard (université de Rouen) autour de leurs livres, Commemorating Mirabeau et La Révolution hantée. Continuer la lecture de « Enfers et Champs-Élysées »

La Révolution : un cauchemar pour les femmes ?

Compte rendu du spectacle J’ai rêvé la Révolution. Texte et mise en scène de Catherine Anne. Pièce créée à Annemasse le 17 janvier 2018, vue au Théâtre des Quartiers d’Ivry le 15 février 2018.

Les trois murs qui encadrent la scène sont faits de chemises grises suspendues. Un autre mur, plus bas, mobile et transparent, sépare l’espace en deux. À cour, un lit de sangles et une petite table: c’est la cellule de la prisonnière. À jardin, un autre lit à peine plus confortable et une autre table un peu plus grande: c’est là que vivent le jeune soldat qui garde la prison et sa mère. Plus tard, un quatrième personnage viendra brièvement dans la cellule: c’est la jeune femme qui a épousé le fils de la prisonnière. On la verra aussi échanger avec la mère du soldat à plusieurs reprises. Continuer la lecture de « La Révolution : un cauchemar pour les femmes ? »

Les imaginaires romanesques de la Terreur (1793-1874)

«Avouez! Vous êtes là pour cela aujourd’hui.» Ce n’était pas une séance du tribunal révolutionnaire, mais la soutenance d’une thèse très importante sur la littérature de la Révolution, aux deux sens que l’on peut donner à cette expression: littérature publiée pendant la Révolution (pour les premiers chapitres) et littérature dont la Révolution est l’objet.

Vendredi 12 janvier 2018, à l’université de Saint-Étienne, Paul Kompanietz a soutenu une thèse intitulée : «Les imaginaires romanesques de la Terreur (1793-1874). Des Lettres trouvées dans des portefeuilles d’émigrés d’Isabelle de Charrière à Quatrevingt-Treize de Victor Hugo». La thèse était dirigée par Jean-Marie Roulin (UJM Saint-Étienne) et Florence Lotterie (Université Paris Diderot). Le jury, présidée par Aude Déruelle (Université d’Orléans) comprenait également Claudie Bernard (New York University) et Pierre Glaudes (Sorbonne Université). Continuer la lecture de « Les imaginaires romanesques de la Terreur (1793-1874) »

Sexe, vampires et Révolution (mais quel ennui !)

Compte rendu de lecture: Antoine de Baecque, Les Talons rouges, Paris, Stock, 2017; ISNB 978-2-234-07887-1; 20 €.

Raconter la Révolution française de juin 1789 à août 1797 à travers l’histoire d’une famille de vampires: un autre qu’Antoine de Baecque pouvait-il avoir ce projet pour son premier roman? Avant d’être le spécialiste de cinéma qu’il est devenu – il est aujourd’hui professeur d’études cinématographiques à l’École normale supérieure –, il a été l’un des historiens de la Révolution les plus originaux. Le livre qu’il a tiré de sa thèse, dirigée par Michel Vovelle, propose une exploration vertigineuse des métaphores corporelles dans des centaines de pamphlets de la période révolutionnaire (Le Corps de l’histoire, Métaphores et politique (1770-1800), Paris, Calmann-Lévy, 1993). Les corps morts ont plus spécialement retenu son attention dans La Gloire et l’Effroi, sept morts sous la Terreur (Paris, Grasset, 1997). Les «portraits de cadavres», expliquait alors Antoine de Baecque, sont un moyen de penser la Terreur parce qu’ils «rendent compte des ressorts d’une vie politique échappant alors brusquement aux raisonnements sereins» (p. 17). Continuer la lecture de « Sexe, vampires et Révolution (mais quel ennui !) »

Éric Vuillard à Paris Diderot

Compte rendu. Table ronde autour du récit d’Éric Vuillard, 14 juillet (Actes Sud, 2016) avec Éric Vuillard (auteur, Actes Sud), Paule Petitier (professeur, Paris Diderot), Florence Lotterie (professeur, Paris Diderot), Olivier Ritz (MCF, Paris Diderot), et Sophie Wahnich (directrice de recherche, CNRS). Dans le cadre de la journée d’étude «engagement de l’écrivain et imaginaires de la Révolution», organisée par Fanny Arama et Erwan Guéret à l’université Paris Diderot, le 9 juin 2017.

Erwan Guéret. En quoi le récit vous paraît-il la forme la mieux adaptée à votre engagement ?

Éric Vuillard. La littérature se présente traditionnellement comme une activité amputante, presque comme une activité autonome, quand bien même l’enseignement de la littérature se modernise et insiste sur ses liens avec la société. Quelque chose de plus fort subsiste, avec l’idée de l’inspiration: la littérature serait hors du temps et l’écrivain serait isolé. Le romantisme et le roman ont à voir avec cette conception de la littérature. Le récit renvoie davantage à nos inquiétudes présentes. Il permet de penser aujourd’hui. Continuer la lecture de « Éric Vuillard à Paris Diderot »