Cinq raisons de voir Un peuple et son roi

La sortie d’Un peuple et son roi, réalisé par Pierre Schoeller, est programmée pour le 26 septembre. Je l’ai déjà vu et j’ai très envie d’en parler, mais je ne voudrais pas vous priver de toutes les belles surprises qui vous attendent. Voici donc simplement, pour commencer, quelques raisons de ne pas manquer ce grand film. Continuer la lecture de « Cinq raisons de voir Un peuple et son roi »

La guillotine : histoire contemporaine d’un fantasme

Compte rendu de lecture. Christophe Bigot, Autoportrait à la guillotine, Paris, Stock, 2018. ISBN 978-2-234-08365-3.

Christophe Bigot est né le 6 juin 1976. Il a commencé à écrire cet Autoportrait à la guillotine en juillet 2016, à quarante ans, avant, dit-il, «d’entrer de plain-pied dans cette vie d’adultes» (p.248). Le livre a en effet les qualités des récits d’enfance les plus réussis. On y rit, avec l’auteur, des maladresses sociales et de l’imagination fantasque de l’enfant qu’il a été. On est ému quand il fait part de ses angoisses ou qu’il met des mots sur ses rapports à ses parents, avec tendresse et regrets. On s’y reconnaît peut-être, ou l’on s’étonne au contraire des différences qu’il peut y avoir d’une enfance à l’autre. Continuer la lecture de « La guillotine : histoire contemporaine d’un fantasme »

La Femme grenadier, 2e édition !

La Femme grenadier n’avait jamais été rééditée depuis sa première publication, en 1801. Deux siècles plus tard, ce roman de Marie Armande Jeanne Gacon-Dufour est publié par l’université Paris Diderot, dans la collection des «Publications du centre Jacques-Seebacher» sous la forme d’un livre électronique (disponible aux formats ePub et HTML). Les coquilles de l’édition originale ont été corrigées et l’orthographe a été modernisée. Des notes, une belle préface, une chronologie et une bibliographie accompagnent le texte.

Le livre peut être téléchargé ou consulté gratuitement sur le site du centre Jacques Seebacher: Marie Armande Jeanne Gacon-Dufour, La Femme grenadier, « Publications du centre Seebacher », Université Paris Diderot, 2018: http://seebacher.lac.univ-paris-diderot.fr/bibliotheque/items/show/48. ISBN/EAN 9782744202001. Continuer la lecture de « La Femme grenadier, 2e édition ! »

Pas de Terreur sans littérature

Compte rendu de lecture. Jean-Clément Martin, La Terreur. Vérités et légendes, Paris, Perrin, 2017. 13 €. ISBN 978-2-262-06773-1.

Voilà un petit livre qui affronte de grandes questions. En trente-deux courts chapitres aux titres en forme d’affirmation et à peine plus de deux-cents pages au total, il fait plus que tenir les promesses de son titre : Jean-Clément Martin y prend parfois des directions inattendues, il désoriente parfois ses lecteurs – sans doute à dessein – et surtout il ouvre des horizons pour la recherche qui intéresseront au moins autant les littéraires que les historiens. Continuer la lecture de « Pas de Terreur sans littérature »

Enfers et Champs-Élysées

Compte rendu. Imaginaires de la Révolution française de 1789 à aujourd’hui. Séminaire de recherche organisé par Florence Lotterie, Sophie Lucet et Olivier Ritz à l’université Paris Diderot à l’université Paris Diderot (CERILAC – Centre de ressources Jacques-Seebacher). Séance du vendredi 16 mars. Enfers et Champs-Élysées, avec Jessica Goodman (université d’Oxford, St Catherine’s College) et Michel Biard (université de Rouen) autour de leurs livres, Commemorating Mirabeau et La Révolution hantée. Continuer la lecture de « Enfers et Champs-Élysées »

La Révolution : un cauchemar pour les femmes ?

Compte rendu du spectacle J’ai rêvé la Révolution. Texte et mise en scène de Catherine Anne. Pièce créée à Annemasse le 17 janvier 2018, vue au Théâtre des Quartiers d’Ivry le 15 février 2018.

Les trois murs qui encadrent la scène sont faits de chemises grises suspendues. Un autre mur, plus bas, mobile et transparent, sépare l’espace en deux. À cour, un lit de sangles et une petite table: c’est la cellule de la prisonnière. À jardin, un autre lit à peine plus confortable et une autre table un peu plus grande: c’est là que vivent le jeune soldat qui garde la prison et sa mère. Plus tard, un quatrième personnage viendra brièvement dans la cellule: c’est la jeune femme qui a épousé le fils de la prisonnière. On la verra aussi échanger avec la mère du soldat à plusieurs reprises. Continuer la lecture de « La Révolution : un cauchemar pour les femmes ? »

Les imaginaires romanesques de la Terreur (1793-1874)

«Avouez! Vous êtes là pour cela aujourd’hui.» Ce n’était pas une séance du tribunal révolutionnaire, mais la soutenance d’une thèse très importante sur la littérature de la Révolution, aux deux sens que l’on peut donner à cette expression: littérature publiée pendant la Révolution (pour les premiers chapitres) et littérature dont la Révolution est l’objet.

Vendredi 12 janvier 2018, à l’université de Saint-Étienne, Paul Kompanietz a soutenu une thèse intitulée : «Les imaginaires romanesques de la Terreur (1793-1874). Des Lettres trouvées dans des portefeuilles d’émigrés d’Isabelle de Charrière à Quatrevingt-Treize de Victor Hugo». La thèse était dirigée par Jean-Marie Roulin (UJM Saint-Étienne) et Florence Lotterie (Université Paris Diderot). Le jury, présidée par Aude Déruelle (Université d’Orléans) comprenait également Claudie Bernard (New York University) et Pierre Glaudes (Sorbonne Université). Continuer la lecture de « Les imaginaires romanesques de la Terreur (1793-1874) »

Sexe, vampires et Révolution (mais quel ennui !)

Compte rendu de lecture: Antoine de Baecque, Les Talons rouges, Paris, Stock, 2017; ISNB 978-2-234-07887-1; 20 €.

Raconter la Révolution française de juin 1789 à août 1797 à travers l’histoire d’une famille de vampires: un autre qu’Antoine de Baecque pouvait-il avoir ce projet pour son premier roman? Avant d’être le spécialiste de cinéma qu’il est devenu – il est aujourd’hui professeur d’études cinématographiques à l’École normale supérieure –, il a été l’un des historiens de la Révolution les plus originaux. Le livre qu’il a tiré de sa thèse, dirigée par Michel Vovelle, propose une exploration vertigineuse des métaphores corporelles dans des centaines de pamphlets de la période révolutionnaire (Le Corps de l’histoire, Métaphores et politique (1770-1800), Paris, Calmann-Lévy, 1993). Les corps morts ont plus spécialement retenu son attention dans La Gloire et l’Effroi, sept morts sous la Terreur (Paris, Grasset, 1997). Les «portraits de cadavres», expliquait alors Antoine de Baecque, sont un moyen de penser la Terreur parce qu’ils «rendent compte des ressorts d’une vie politique échappant alors brusquement aux raisonnements sereins» (p. 17). Continuer la lecture de « Sexe, vampires et Révolution (mais quel ennui !) »

Éric Vuillard à Paris Diderot

Compte rendu. Table ronde autour du récit d’Éric Vuillard, 14 juillet (Actes Sud, 2016) avec Éric Vuillard (auteur, Actes Sud), Paule Petitier (professeur, Paris Diderot), Florence Lotterie (professeur, Paris Diderot), Olivier Ritz (MCF, Paris Diderot), et Sophie Wahnich (directrice de recherche, CNRS). Dans le cadre de la journée d’étude «engagement de l’écrivain et imaginaires de la Révolution», organisée par Fanny Arama et Erwan Guéret à l’université Paris Diderot, le 9 juin 2017.

Erwan Guéret. En quoi le récit vous paraît-il la forme la mieux adaptée à votre engagement ?

Éric Vuillard. La littérature se présente traditionnellement comme une activité amputante, presque comme une activité autonome, quand bien même l’enseignement de la littérature se modernise et insiste sur ses liens avec la société. Quelque chose de plus fort subsiste, avec l’idée de l’inspiration: la littérature serait hors du temps et l’écrivain serait isolé. Le romantisme et le roman ont à voir avec cette conception de la littérature. Le récit renvoie davantage à nos inquiétudes présentes. Il permet de penser aujourd’hui. Continuer la lecture de « Éric Vuillard à Paris Diderot »

Mauvais genres !

Compte rendu de la quatrième séance du séminaire Imaginaires de la Révolution (IMAREV 18-21), organisé par Florence Lotterie, Sophie Lucet et Olivier Ritz. Vendredi 28 avril 2017, de 14h à 16h, à l’université Paris-Diderot. «Mauvais genres!», avec Marianne Acqua et Jean-Clément Martin.

Introduction de Sophie Lucet

Pourquoi parler de «mauvais genres» ? Quand il est question de jeux vidéos ou de comédie musicale, on se récrie, comme si ces objets n’étaient pas dignes d’intérêt. Continuer la lecture de « Mauvais genres ! »

1793, le théâtre révolutionnaire est de ce monde

Compte rendu de 1793, on fermera les mansardes et on en fera des jardins suspendus par la Troupe éphémère. D’après 1793, la cité révolutionnaire est de ce monde créé par le Théâtre du Soleil en 1972. Direction artistique: Jean Bellorini, Delphine Bradier, Mathieu Coblentz et Gaëlle Hermant. Au théâtre Gérard Philipe, à Saint-Denis, du 20 au 22 avril 2017.

Le spectacle que quelques rares privilégiés ont pu voir la semaine dernière à Saint-Denis était à tous points de vue extraordinaire : que l’on soit curieux de la Révolution, amateur de théâtre ou plus généralement encore citoyen en quête de sens politique, c’était une chance à peine croyable d’être là. Continuer la lecture de « 1793, le théâtre révolutionnaire est de ce monde »

Écriture des possibles, écriture polémique et engagements

Compte rendu du séminaire Imaginaires de la Révolution (IMAREV 18-21). Vendredi 24 mars 2017 à l’université Paris Diderot. Séance doctorale, avec Fanny Arama, Laura Broccardo et Erwan Guéret.

Continuer la lecture de « Écriture des possibles, écriture polémique et engagements »

Pierre Michon, la Terreur et le poney Robespierre

Compte rendu du séminaire «Écritures contemporaines de l’Histoire: violences religieuses et terreurs révolutionnaires». Rencontre avec Pierre Michon et Patrick Wald Lasowski, séance organisée par Colas Duflo (Litt&Phi) et Dominique Viart (Observatoire des Littératures Contemporaines). Lundi 6 mars 2017, de 14 heures à 17 heures, à l’université de Nanterre.

Si la Terreur a jamais été à l’ordre du jour, c’était bien ce lundi 6 mars à Nanterre: une Terreur toute littéraire bien sûr, romanesque même, puisque c’est du roman Les Onze de Pierre Michon, et dans une moindre mesure du roman La Terreur, de Patrick Wald Lasowski, qu’il fut question pendant trois heures. La Terreur? «Cette période qui est comme le comble de l’histoire et que par conséquent on appelle très justement la Terreur» (Les Onze, p. 93).

On peut lire le compte rendu qui suit. On peut aussi, grâce à la WebTV de l’université Paris Nanterre, voir et écouter en ligne l’intégralité de la rencontre. Continuer la lecture de « Pierre Michon, la Terreur et le poney Robespierre »

Un regard décentré sur la Révolution

Compte rendu de lecture. Emmanuel Dongala, La Sonate à Bridgetower (Sonata Mulatica), Arles, Actes Sud, 2017. 336 pages, 22,50 €, ISBN 978-2-330-07280-3.

Ce roman, «fiction fondée sur des faits réels» (p.333) raconte la jeunesse du violoniste George Bridgetower, fils d’un Noir de la Barbade et d’une Polonaise, depuis son arrivée à Paris au début de l’année 1789 jusqu’à sa rencontre avec Beethoven à Vienne, en 1803. La quatrième de couverture explique le titre choisi par Emmanuel Dongala: la Sonate à Kreutzer du compositeur allemand fut à l’origine créée pour Bridgetower. Les dernières pages du texte évoquent un autre revirement: apprenant l’année suivante que Napoléon s’est proclamé empereur, Beethoven laisse éclater son dépit et change le titre de sa symphonie «Bonaparte». Ce choix de dates, souligné par le titre de la première des trois parties («Paris, 1789») fait de La Sonate à Bridgetower un roman de la Révolution, bien que les événements politiques y occupent peu de place et que leur traitement soit décevant, agaçant même à certains égards. Mais le récit donne à voir d’autres aspects de la période, parfois de façon originale. Continuer la lecture de « Un regard décentré sur la Révolution »

La blanche Corday et le noir Fouquier-Tinville

Compte rendu du Procès de Charlotte Corday, texte et mise en scène de Benoît Lepecq, créé le 14 novembre 2009 au château de Villiers–Cerny, repris à Versailles, à l’espace Richaud, les 2 et 3 février 2017.

J’aurais pu voir cette pièce à Vizille, le 21 mars 2012, mais je n’ai fait que passer au colloque «Mythologies contemporaines» et j’étais déjà dans le train du retour quand elle a été jouée. Cette fois-ci, je n’ai rien manqué: j’ai visité l’exposition Amazones de la Révolution au musée Lambinet, j’ai dialogué avec son commissaire, Martial Poirson, que nous avions invité au séminaire Imaginaires de la Révolution et j’ai complété ces deux journées passionnantes en retournant à Versailles, pour Le Procès de Charlotte Corday.

Continuer la lecture de « La blanche Corday et le noir Fouquier-Tinville »