Ça ira revient ! À lire, à écouter, à voir

Le Ça ira de Joël Pommerat revient au théâtre des Amandiers de Nanterre à partir du 9 septembre. On peut désormais lire le texte, publié aux éditions Actes Sud.

pommerat-ca-ira-livre

Sur internet, il y a aussi beaucoup à lire, à écouter et à voir à propos de ce spectacle formidable qui appelle au débat… Continuer la lecture de « Ça ira revient ! À lire, à écouter, à voir »

Quand la littérature donne des héros au peuple

Compte rendu de lecture : Éric Vuillard, 14 juillet, Arles, Actes Sud, 2016.
200 pages, 19 €. ISBN : 978-2-330-06651-2.

Un roman peut-il prendre le parti de la Révolution ? La question avait été posée très sérieusement à Vizille en 2012. Les spécialistes de littérature et d’histoire qui participaient alors à un colloque sur les mythologies révolutionnaires contemporaines en vinrent à se demander si le genre romanesque n’était pas, par essence, contre-révolutionnaire. Comme si, cantonné aux individus qui souffrent, le roman était incapable de rendre compte des élans collectifs. Je pense souvent à cette question. Elle a incontestablement aiguisé mon désir : à chaque fois que je commence à lire un roman sur la Révolution, j’espère trouver la perle rare. Avez-vous des suggestions à me faire en commentaire, lecteurs ? N’hésitez pas !

Avec 14 juillet, Éric Vuillard, trouve une solution qui force l’admiration. À première vue, il ne s’agit pas exactement d’un roman. Sur la couverture, on peut lire cette simple indication générique : « récit ». Un lecteur qui attendrait une intrigue romanesque serait assurément déçu. Les personnages ne font que passer, figures fugaces du peuple parisien. De leurs vies, on ne connaît que des bribes. L’action est on ne peut plus simple : le texte raconte la prise de la Bastille. Et pourtant on s’attache à ces personnages. On les aime, on les plaint, on les admire. On éprouve leurs peines et l’on partage leur joie de cette immense journée. Continuer la lecture de « Quand la littérature donne des héros au peuple »

Des monstres et des chaînons manquants

Compte rendu de lecture : Julia V. Douthwaite, Le Frankenstein français et la littérature de l’ère révolutionnaire, trad. de l’anglais par Pierre André et Alexane Bébin, Paris, Classiques Garnier, 2016.
ISBN : 978-2-8124-4604-7. 385 pages, 28 €.

La publication d’une version française du livre de Julia V. Douthwaite est un événement pour tous ceux qui s’intéressent à la littérature de la période révolutionnaire : c’est la première fois depuis le bicentenaire qu’une étude propose une vision d’ensemble de cette littérature. Le Frankenstein annoncé dans la première partie du titre n’est qu’un personnage parmi d’autres dans un vaste parcours. Le premier chapitre part des journées d’Octobre 1789, le second des lois sur les inventions de 1790-1791, le troisième de la fuite du roi à Varennes (juin 1791) et de son exécution (janvier 1793), le quatrième de la Terreur (1793-1794). Mais la chronologie des événements est prolongée, à l’intérieur de chaque chapitre, par des développements de l’histoire littéraire. Aux textes exactement contemporains des événements s’ajoutent ceux des années 1795-1803, qui appartiennent tout autant à « l’ère révolutionnaire ». Un « coda » invite ensuite à aller plus loin, en revisitant des textes célèbres à la lumière de la littérature révolutionnaire. Continuer la lecture de « Des monstres et des chaînons manquants »

Les Exagérés : le plus beau roman de la Révolution ?

Comment ai-je pu attendre si longtemps pour lire Les Exagérés ? Plusieurs fois ces dernières années j’ai sorti ce roman d’une étagère et j’en ai feuilleté quelques pages. Pourquoi l’ai-je reposé à chaque fois ? Comment ai-je pu ignorer que j’avais à portée de main le plus réussi peut-être des romans de la Révolution ?

« Tout est optique », disait Mercier dans Le Nouveau Paris, « il est impossible de se figurer ce qui est […] ; tout est faux, menteur, exagéré, hors de la ligne visuelle1 ». Dans le roman de Jean-François Vilar, publié en 1989, le narrateur est un photographe, on rencontre beaucoup de statues de cires et l’on suit la réalisation d’un film sur les massacres de Septembre. La photographie, la sculpture et le cinéma tentent de donner à voir la Révolution, échouent le plus souvent, mais réussissent parfois par surprise. Les vues mensongères dominent, mais, mises bout à bout, elles figurent quelque chose qui pourrait ne pas être si faux.

Continuer la lecture de « Les Exagérés : le plus beau roman de la Révolution ? »

  1. Louis Sebastien Mercier, Le Nouveau Paris [1798], Paris, Mercure de France, 1994, p. 880-881. []

Actes Sud fait la Révolution

Le mois d’août sera un grand mois de la Révolution littéraire. Je ne dis pas cela en pensant à mon livre, qui aurait dû paraître hier, et qui sera bientôt disponible, mais en découvrant deux romans annoncés par Actes Sud et qu’il me tarde de lire. Le premier, écrit par Thierry Froger, a pour titre Sauve qui peut (la Révolution) et pour cadre le bicentenaire. Mêlant les aspirations révolutionnaires du 18e siècle à celles du 20e siècle, imaginant Jean-Luc Godard travaillant à un film sur la Révolution, il me semble avoir quelques points communs avec Les Exagérés de Jean-François Vilar. Le second, écrit par Éric Vuillard, intitulé tout simplement 14 juillet, promet de raconter pour la première fois la prise de la Bastille du point de vue de ceux qui y étaient. Rien de moins! Il y aurait quelque chose de commun entre ce projet de retour à l’authenticité révolutionnaire et le spectacle de Joël Pommerat, Ça ira (1). Fin de Louis (à voir ou revoir à Nanterre en septembre, à lire aussi chez Actes Sud). Nul doute que nous reparlerons de ces tentatives bien différentes d’articuler l’histoire et la fiction.

(Les deux romans sont annoncés pour le 17 août. Patience.)