Gallicagram: un outil d’exploration pour l’histoire littéraire de la Révolution

J’étais invité le 27 octobre dernier au Early Modern French Seminar à la Maison française d’Oxford. Le thème du séminaire, «Impressions», m’a incité à poser la question «Quels sont les imprimés qui ont fait impression pendant la Révolution française?» Je me suis surtout demandé quels moyens nous avons de répondre à une telle question. Ce qui reste de l’histoire littéraire de la Révolution française, ce que l’on peut voir, lire, étudier, ce sont surtout des imprimés. Certes, il existe aussi des manuscrits, dans des archives privées ou publiques, mais ils sont beaucoup moins accessibles. Les manuscrits ont été conservés dès le moment de leur publication grâce au dépôt légal (supprimé en 1790, mais rétabli dès 1793). De nombreuses collections d’imprimés de la période révolutionnaire ont été acquises par les bibliothèques patrimoniales et tout particulièrement par la Bibliothèque nationale de France. Des catalogues spécifiques ont été constitués.

Continuer la lecture de « Gallicagram: un outil d’exploration pour l’histoire littéraire de la Révolution »

Olympe de Gouges au programme de la République

Commençons par le plus important : des dizaines de milliers d’élèves de première vont étudier un texte d’Olympe de Gouges pour préparer leur bac de français. C’est, de doute façon, formidable.

Je passe aussi sur le paradoxe d’un texte qui n’a eu aucun écho du vivant de son autrice, qui a été oublié pendant près de deux cents ans et qui est, désormais, un classique. J’en ai parlé ailleurs. En revanche, je voudrais faire quelques remarques et poser quelques questions sur la manière dont la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne est inscrite dans les programmes du baccalauréat

La représentante officielle des Lumières

Les programmes de français sont organisés autour de grands genres littéraires. Au cours des vingt dernières années, ces genres se sont réduits à quatre : le roman, le théâtre, la poésie et l’argumentation qu’on appelle désormais la littérature d’idée.

Ce quatrième objet est susceptible d’une confusion qui lui est propre : quand on étudie la littérature d’idées, on a souvent tendance à accorder une importance plus grande aux valeurs que les textes sont supposés porter qu’à leurs qualités propres. Certes, on ne cherche plus à faire l’éducation morale des élèves avec les fables de La Fontaine, mais on continue à promouvoir l’humanisme et plus encore les Lumières.

Continuer la lecture de « Olympe de Gouges au programme de la République »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search