Pierre Schœller à Paris Diderot

Compte rendu. Rencontre avec Pierre Schœller, auteur et réalisateur du film Un peuple et son roi, organisée par le séminaire de recherches Imaginaires de la Révolution (CERILAC) et le Service culture de l’université Paris Diderot. Lundi 22 octobre 2018, de 18h à 20h.

«Vous allez noter tout ce que je dis?» J’étais bien parti pour, mais j’aurais dû m’asseoir plus loin de notre invité, pour éviter de le gêner. Ordinateur aussitôt fermé, je n’en ai pas été moins attentif et j’ai noirci toutes les feuilles de papier qui étaient à ma portée. Vous trouverez ci-dessous une sélection de ce que j’ai noté. Mes collègues Sophie Lucet et Florence Lotterie auront peut-être retenu d’autres éléments et pourront en rendre en compte à leur tour, ici ou ailleurs. Quant à Pierre Schœller, qu’il n’hésite pas, si d’aventure il lit ces quelques lignes, à me demander d’y revenir.

Continuer la lecture de « Pierre Schœller à Paris Diderot »

Cinq raisons de voir Un peuple et son roi

La sortie d’Un peuple et son roi, réalisé par Pierre Schoeller, est programmée pour le 26 septembre. Je l’ai déjà vu et j’ai très envie d’en parler, mais je ne voudrais pas vous priver de toutes les belles surprises qui vous attendent. Voici donc simplement, pour commencer, quelques raisons de ne pas manquer ce grand film. Continuer la lecture de « Cinq raisons de voir Un peuple et son roi »

La guillotine : histoire contemporaine d’un fantasme

Compte rendu de lecture. Christophe Bigot, Autoportrait à la guillotine, Paris, Stock, 2018. ISBN 978-2-234-08365-3.

Christophe Bigot est né le 6 juin 1976. Il a commencé à écrire cet Autoportrait à la guillotine en juillet 2016, à quarante ans, avant, dit-il, «d’entrer de plain-pied dans cette vie d’adultes» (p.248). Le livre a en effet les qualités des récits d’enfance les plus réussis. On y rit, avec l’auteur, des maladresses sociales et de l’imagination fantasque de l’enfant qu’il a été. On est ému quand il fait part de ses angoisses ou qu’il met des mots sur ses rapports à ses parents, avec tendresse et regrets. On s’y reconnaît peut-être, ou l’on s’étonne au contraire des différences qu’il peut y avoir d’une enfance à l’autre. Continuer la lecture de « La guillotine : histoire contemporaine d’un fantasme »

Was passiert ? La Révolution (3. Müller et Langhoff)

Troisième épisode d’une série sur les circulations franco-allemandes dans le théâtre de la Révolution. Après Schiller et Goethe au moment de la Révolution puis La Mort de Danton de Büchner, La Mission, souvenir d’une révolution, écrit par Heiner Müller et mis en scène par Matthias Langhoff en 1989 et en 2017.


Heiner Müller écrit Der Auftrag, Erinnerung an eine Revolution en 1979. La pièce est créée à la Volksbühne à Berlin en novembre 1980 et elle est publiée en 1981. La création française de La Mission, souvenir d’une révolution a lieu à Ivry, au Théâtre des Quartiers en avril 1982 dans une mise en scène de Philippe Adrien. La traduction française de Jean Jourdheuil et Heinz Schwarzinger est publiée aux éditions de Minuit en 1982. Comme dans le cas du Citoyen général de Goethe et de La Mort de Danton de Büchner, une œuvre originale est créée en Allemagne à partir d’un matériau historique français. Mais la pièce de Müller est beaucoup moins inspirée par des textes français que par une tradition littéraire et une actualité politique spécifiquement allemandes. Continuer la lecture de « Was passiert ? La Révolution (3. Müller et Langhoff) »

Was passiert ? La Révolution (2. Büchner)

Deuxième épisode d’une série sur les circulations franco-allemandes dans le théâtre de la Révolution. Après Schiller et Goethe au moment de la Révolution, La Mort de Danton de Büchner (1835), ses sources et sa postérité.


Büchner écrit et publie Dantons Tod (La Mort de Danton) en 1835. La pièce est d’abord et avant tout un texte. Büchner n’a pas la possibilité de le faire jouer: impliqué dans des organisations révolutionnaires, il doit souvent fuir la police et ne peut pas imaginer qu’un théâtre programme son texte. Il meurt deux ans plus tard du typhus et ce n’est que bien plus tard que la pièce est jouée (à partir de 1902) et qu’elle devient un classique du théâtre allemand puis européen. J’y reviendrai, mais je voudrais d’abord m’intéresser à la manière dont Büchner a fait du théâtre (ou de la littérature) à partir des histoires et des journaux qu’il a consultés. Continuer la lecture de « Was passiert ? La Révolution (2. Büchner) »

Le classicisme contre la République

Dans un article récent1, Alain Viala est revenu sur la polémique des programmes de français de l’an 2000, dont il a été l’un des principaux acteurs. Pour avoir présidé le groupe d’experts chargés de l’élaboration de ces programmes, il a été –et reste aujourd’hui– la cible principale de ceux qui s’y sont opposé. Une tribune publiée dans le journal Le Monde le 4 mars 2000 portait ce titre évocateur: «C’est la littérature qu’on assassine rue de Grenelle». Le débat est moins soutenu aujourd’hui, mais la querelle n’est pas éteinte et, quand elle ressurgit, c’est avec la même dramatisation: l’enseignement menacerait de mort la littérature, rien de moins! Continuer la lecture de « Le classicisme contre la République »

  1. Alain Viala,  «Querelles et légitimations : Quand le spectre de la mort de la littérature hante les débats», Carnets : revue électronique d’études françaises. Série II, no 9, jan. 2017, p. 6-21. []

La Révolution est-elle une période sans nom de l’histoire littéraire ?

Pour le colloque qu’elles ont organisé à Toulouse en avril 2014 et dont les actes ont été publiés à la fin de l’année 2016, Fabienne Bercegol, Stéphanie Genand et Florence Lotterie ont choisi de désigner les années 1780-1820 par l’expression «période sans nom», inventée par Simone Balayé et Jean Roussel dans la revue Dix-Huitième siècle en 1982. Il s’agit d’abord d’exprimer la difficulté de nommer ce moment intermédiaire de l’histoire littéraire française. Parler de Lumières tardives ou de tournant des Lumières, c’est en faire l’aboutissement de la période qui précède. Préférer les termes préromantisme (ce qui ne se fait plus), premier romantisme (ce qui se fait davantage) ou romantisme tout court, c’est la réduire aux premiers éléments du mouvement qui dominera ensuite. La période n’a pas de nom parce qu’elle en a trop, et qu’aucun ne lui convient véritablement. Continuer la lecture de « La Révolution est-elle une période sans nom de l’histoire littéraire ? »

Trois hommes et un fauteuil

Compte renduLa Rencontre Marat Danton Robespierre, texte et mise en scène de Jean-Vincent Brisa. Spectacle créé au Domaine de Vizille le 5 juillet 2014, repris à Avignon, au théâtre L’Alibi, du 7 au 30 juillet 2017.

Il faut une certaine audace pour concevoir et mener à bien un projet pareil. Quand Joël Pommerat parmi d’autres voudrait se défaire des textes et des images qui feraient écran entre la Révolution et nous, Jean-Vincent Brisa et la compagnie En scène et ailleurs ont pris le parti inverse: des représentations de la Révolution –et quelles représentations!– sont la matière de leur spectacle. Continuer la lecture de « Trois hommes et un fauteuil »

Une histoire brève de la littérature de la Révolution

Alain Viala vient de publier le troisième volume d’une série intitulée Une histoire brève de la littérature française. Après avoir présenté Le Moyen Âge et la Renaissance (vol.1, 2014) puis L’Âge classique et les Lumières (vol.2, 2015), il aborde ici l’histoire littéraire d’un long dix-neuvième siècle, De la Révolution à la Belle Époque (vol.3, 2017). L’ensemble de la série est le prolongement écrit d’une histoire littéraire enregistrée avec le concours de Daniel Mesguish et proposé par La Librairie sonore Frémaux & Associés. Le volume consacré au dix-neuvième siècle a été conçu avec la collaboration de Paul Aron. Continuer la lecture de « Une histoire brève de la littérature de la Révolution »

Révolution et tournant de siècle: Mélancolies

Compte rendu de la cinquième séance du séminaire IMAREV 18-21 (Imaginaires de la Révolution de 1789 à aujourd’hui). Vendredi 2 juin de 14h à 16h à l’université Paris Diderot (bibliothèque Seebacher). Avec Stéphanie Genand (La Chambre noire. Germaine de Staël et la pensée du négatif, Droz, 2017) et Philip Knee (L’Expérience de la perte autour du moment 1800, Voltaire Foundation, 2014).

[Avertissement: parce que c’est plus simple, j’utilise la première personne du singulier pour faire parler les intervenants. Puissent-ils me pardonner cette fiction et m’indiquer les corrections à faire si, en écrivant à partir de mes notes, j’ai trop fortement détourné leur pensée.]

Continuer la lecture de « Révolution et tournant de siècle: Mélancolies »

Écriture des possibles, écriture polémique et engagements

Compte rendu du séminaire Imaginaires de la Révolution (IMAREV 18-21). Vendredi 24 mars 2017 à l’université Paris Diderot. Séance doctorale, avec Fanny Arama, Laura Broccardo et Erwan Guéret.

Continuer la lecture de « Écriture des possibles, écriture polémique et engagements »

La Révolution dans l’Humanité, été 2009

Du 15 juillet au 3 septembre 2009, le journal l’Humanité publia chaque jour en dernière page le portrait d’un personnage de la Révolution. Trente-six portraits furent rassemblés ensuite dans un hors-série intitulé «1789-2009: Portraits de Révolution». Avec Stéphanie Loncle, j’ai étudié ces portraits pour un colloque organisé à Vizille en mars 2012. L’article que nous avons tiré de ce travail a été publié dans le volume La Révolution française et le monde d’aujourd’hui. Mythologies contemporaines, (sous la dir. de Martial Poirson, Classiques Garnier, 2014). Malheureusement, le choix de l’éditeur et la loi actuelle ne nous permettent pas de mettre en ligne cet article sur HAL. En revanche, je publie ici la liste des portraits publiés avec des liens vers le site de l’Humanité, où l’on peut les consulter gratuitement. Certaines signatures vous surprendront peut-être. Plusieurs portraits, qu’ils soient écrits par des journalistes ou par des personnalités invitées pour l’occasion, sont très réussis. Je recommande notamment le duel que se livrèrent les éditorialistes Claude Cabanes et Maurice Ulrich à propos de Marat et de Charlotte Corday (textes 5 et 6). Continuer la lecture de « La Révolution dans l’Humanité, été 2009 »

Voyages dans le temps à la Conciergerie

C’était mardi soir, le 13 décembre 2016, l’inauguration du nouveau parcours Révolution à la Conciergerie: parcours révolutionnaire à la fois par son objet et par ses ambitions. Le renouvellement complet de la scénographie a été l’occasion, selon Guillaume Mazeau, historien de la Révolution et commissaire scientifique du nouveau parcours, de transformer un lieu de mémoire en lieu d’histoire. Sobriété et efficacité, dit-il encore, ont été les maîtres mots d’un travail qui vise à raconter la Révolution dans ses contradictions (entre rêve démocratique et guerre civile), de manière apaisée et critique. L’histoire ainsi «mise à disposition» et non imposée peut contribuer à l’émancipation. Continuer la lecture de « Voyages dans le temps à la Conciergerie »

Anthologie de la Bastille

En avent ! Pour donner suite à mon article précédent, dans lequel je m’interrogeais sur les relations entre l’histoire et la littérature, j’ai publié chaque jour, du 1er au 24 décembre (du 11 frimaire au 4 nivôse) un extrait d’un texte évoquant la Bastille.


Table des extraits

Les textes apparaissent dans l’ordre inverse de leur publication sur ce carnet de recherche. Dans cette table, il sont classés du plus ancien au plus récent, avec un lien vers chacun. 

Continuer la lecture de « Anthologie de la Bastille »

La prise de la Bastille à l’ère du soupçon

Le 14 juillet 1789 gêne-t-il des historiens de la Révolution française? En découvrant que oui, je suis plongé dans des abîmes de perplexité. Revenons d’abord aux faits. Le 17 novembre dernier, j’ai été surpris d’entendre Pierre Serna critiquer le récit de la prise de la Bastille par Éric Vuillard en cherchant par tous les moyens à minimiser l’importance de cette journée: l’incendie des barrières quelques jours plus tôt comptait davantage, la passivité de l’armée importait plus que l’insurrection populaire, et d’ailleurs la fête nationale célébrait la Fête de la Fédération  (14 juillet 1790) et non les événements de 1789. Hier, à l’occasion de la première séance du séminaire Imaginaires de la Révolution, Jean-Clément Martin a insisté pour qu’on ne fasse pas de 1789 le point de départ de la Révolution: la situation de désordre datait au moins de 1787; le mot révolution était dans le vocabulaire politique depuis de nombreuses années; la conscience de vivre une révolution ne commencerait qu’en 1791; bref, le 14 juillet 1789 n’était pas grand chose (sinon aux yeux de quelques étrangers qui avaient intérêt à grandir l’événement) et l’on avait tort d’y voir un point de départ. Continuer la lecture de « La prise de la Bastille à l’ère du soupçon »