Une histoire brève de la littérature de la Révolution

Alain Viala vient de publier le troisième volume d’une série intitulée Une histoire brève de la littérature française. Après avoir présenté Le Moyen Âge et la Renaissance (vol.1, 2014) puis L’Âge classique et les Lumières (vol.2, 2015), il aborde ici l’histoire littéraire d’un long dix-neuvième siècle, De la Révolution à la Belle Époque (vol.3, 2017). L’ensemble de la série est le prolongement écrit d’une histoire littéraire enregistrée avec le concours de Daniel Mesguish et proposé par La Librairie sonore Frémaux & Associés. Le volume consacré au dix-neuvième siècle a été conçu avec la collaboration de Paul Aron. Continuer la lecture de « Une histoire brève de la littérature de la Révolution »

Révolution et tournant de siècle: Mélancolies

Compte rendu de la cinquième séance du séminaire IMAREV 18-21 (Imaginaires de la Révolution de 1789 à aujourd’hui). Vendredi 2 juin de 14h à 16h à l’université Paris Diderot (bibliothèque Seebacher). Avec Stéphanie Genand (La Chambre noire. Germaine de Staël et la pensée du négatif, Droz, 2017) et Philip Knee (L’Expérience de la perte autour du moment 1800, Voltaire Foundation, 2014).

[Avertissement: parce que c’est plus simple, j’utilise la première personne du singulier pour faire parler les intervenants. Puissent-ils me pardonner cette fiction et m’indiquer les corrections à faire si, en écrivant à partir de mes notes, j’ai trop fortement détourné leur pensée.]

Continuer la lecture de « Révolution et tournant de siècle: Mélancolies »

Écriture des possibles, écriture polémique et engagements

Compte rendu du séminaire Imaginaires de la Révolution (IMAREV 18-21). Vendredi 24 mars 2017 à l’université Paris Diderot. Séance doctorale, avec Fanny Arama, Laura Broccardo et Erwan Guéret.

Continuer la lecture de « Écriture des possibles, écriture polémique et engagements »

La Révolution dans l’Humanité, été 2009

Du 15 juillet au 3 septembre 2009, le journal l’Humanité publia chaque jour en dernière page le portrait d’un personnage de la Révolution. Trente-six portraits furent rassemblés ensuite dans un hors-série intitulé «1789-2009: Portraits de Révolution». Avec Stéphanie Loncle, j’ai étudié ces portraits pour un colloque organisé à Vizille en mars 2012. L’article que nous avons tiré de ce travail a été publié dans le volume La Révolution française et le monde d’aujourd’hui. Mythologies contemporaines, (sous la dir. de Martial Poirson, Classiques Garnier, 2014). Malheureusement, le choix de l’éditeur et la loi actuelle ne nous permettent pas de mettre en ligne cet article sur HAL. En revanche, je publie ici la liste des portraits publiés avec des liens vers le site de l’Humanité, où l’on peut les consulter gratuitement. Certaines signatures vous surprendront peut-être. Plusieurs portraits, qu’ils soient écrits par des journalistes ou par des personnalités invitées pour l’occasion, sont très réussis. Je recommande notamment le duel que se livrèrent les éditorialistes Claude Cabanes et Maurice Ulrich à propos de Marat et de Charlotte Corday (textes 5 et 6). Continuer la lecture de « La Révolution dans l’Humanité, été 2009 »

Voyages dans le temps à la Conciergerie

C’était mardi soir, le 13 décembre 2016, l’inauguration du nouveau parcours Révolution à la Conciergerie: parcours révolutionnaire à la fois par son objet et par ses ambitions. Le renouvellement complet de la scénographie a été l’occasion, selon Guillaume Mazeau, historien de la Révolution et commissaire scientifique du nouveau parcours, de transformer un lieu de mémoire en lieu d’histoire. Sobriété et efficacité, dit-il encore, ont été les maîtres mots d’un travail qui vise à raconter la Révolution dans ses contradictions (entre rêve démocratique et guerre civile), de manière apaisée et critique. L’histoire ainsi «mise à disposition» et non imposée peut contribuer à l’émancipation. Continuer la lecture de « Voyages dans le temps à la Conciergerie »

Anthologie de la Bastille

En avent ! Pour donner suite à mon article précédent, dans lequel je m’interrogeais sur les relations entre l’histoire et la littérature, j’ai publié chaque jour, du 1er au 24 décembre (du 11 frimaire au 4 nivôse) un extrait d’un texte évoquant la Bastille.


Table des extraits

Les textes apparaissent dans l’ordre inverse de leur publication sur ce carnet de recherche. Dans cette table, il sont classés du plus ancien au plus récent, avec un lien vers chacun. 

Continuer la lecture de « Anthologie de la Bastille »

La prise de la Bastille à l’ère du soupçon

Le 14 juillet 1789 gêne-t-il des historiens de la Révolution française? En découvrant que oui, je suis plongé dans des abîmes de perplexité. Revenons d’abord aux faits. Le 17 novembre dernier, j’ai été surpris d’entendre Pierre Serna critiquer le récit de la prise de la Bastille par Éric Vuillard en cherchant par tous les moyens à minimiser l’importance de cette journée: l’incendie des barrières quelques jours plus tôt comptait davantage, la passivité de l’armée importait plus que l’insurrection populaire, et d’ailleurs la fête nationale célébrait la Fête de la Fédération  (14 juillet 1790) et non les événements de 1789. Hier, à l’occasion de la première séance du séminaire Imaginaires de la Révolution, Jean-Clément Martin a insisté pour qu’on ne fasse pas de 1789 le point de départ de la Révolution: la situation de désordre datait au moins de 1787; le mot révolution était dans le vocabulaire politique depuis de nombreuses années; la conscience de vivre une révolution ne commencerait qu’en 1791; bref, le 14 juillet 1789 n’était pas grand chose (sinon aux yeux de quelques étrangers qui avaient intérêt à grandir l’événement) et l’on avait tort d’y voir un point de départ. Continuer la lecture de « La prise de la Bastille à l’ère du soupçon »

Imaginaires de la Révolution française de 1789 à aujourd’hui

J’ai le très grand plaisir de publier enfin le programme du séminaire de recherche que nous organisons à l’université Paris Diderot. Nous espérons vous voir nombreux à l’occasion des séances qui auront lieu cette année.

Centre de ressources Jacques-Seebacher
IMAREV 18-21
Imaginaires de la Révolution française de 1789 à aujourd’hui

Organisation : Florence Lotterie, Sophie Lucet, Olivier Ritz

Continuer la lecture de « Imaginaires de la Révolution française de 1789 à aujourd’hui »

Les sources numériques de la Révolution française

Le 23 mai dernier, l’URFIST de Paris proposait une formation sur les sources de l’histoire de la Révolution française à l’heure du numérique. J’ai eu la chance de participer à cette séance, animée par Bettina Frederking (ingénieur d’études à l’IHRF) et Martine Sin Blima-Barru (conservatrice aux Archives nationales). Un compte rendu est désormais publié en ligne. Il contient de nombreux liens vers les resources qui nous été signalées à cette occasion :
http://urfist.enc-sorbonne.fr/veille-et-recherche/ateliers/les-boudoirs-de-lhistorienne/seance-du-23-mai-2016-les-sources-de-l’his

Image à la une : Lettre inédite de Robespierre à un destinataire inconnu sur le bonheur et la vertu, non datée [1792] (détail). Archives nationales, 683AP/1/dossier 2, en ligne sur la base de données ARCHIM.

Un lion dans la Révolution

Compte rendu de lecture. Stéphane Audeguy, Histoire du lion Personne, Paris, Seuil, 2016.
220 pages, 17 €. ISBN : 978-2-02-133178-3

Il y avait donc (au moins) un autre roman de la Révolution parmi les livres de cette rentrée littéraire1. Il est vrai que cela ne sautait pas aux yeux. Rien dans le titre, Histoire du lion Personne, à peine un indice sur la quatrième couverture : ce lion « vécut entre 1786 et 1796 d’abord au Sénégal, puis en France ». La Révolution se fait un peu attendre : il ne reste qu’une quarantaine de pages à lire lorsqu’on arrive à « l’été 1789 ». Mais tout tend vers elle, discrètement d’abord, puis de plus en plus clairement. Yacine, l’orphelin sénégalais, s’affranchit de tous les héritages et s’émancipe par la science. Jean-Gabriel Pelletan, le directeur de la Compagnie royale du Sénégal, lutte contre l’esclavage. Jean Dubois, l’élève de Buffon, fréquente Bernardin de Saint-Pierre puis travaille sous les ordres de Geoffroy Saint-Hilaire à la Ménagerie nationale (aujourd’hui, du Jardin des plantes). La Révolution s’annonce aussi par la météorologie. L’orage du 13 juillet 1788, rendu fameux par les travaux d’Anouchka Vasak, occupe une bonne place dans la fiction, comme le terrible froid de l’hiver qui a suivi. Continuer la lecture de « Un lion dans la Révolution »

  1. J’ai déjà parlé ici de 14 juillet d’Éric Vuillard et de Sauve qui peut (la révolution) de Thierry Froger. []

L’an IX ou l’historiographie de la Révolution en débat

J’ai le plaisir d’annoncer la publication d’un article que j’ai consacré au débat sur l’écriture de l’histoire de la Révolution au cours de l’an IX (1800-1801). Cet article vient d’être publié dans la revue en ligne de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française. Pour le lire en intégralité, il suffit donc de suivre ce lien : http://lrf.revues.org/1603. Continuer la lecture de « L’an IX ou l’historiographie de la Révolution en débat »

Quand la littérature donne des héros au peuple

Compte rendu de lecture : Éric Vuillard, 14 juillet, Arles, Actes Sud, 2016.
200 pages, 19 €. ISBN : 978-2-330-06651-2.

Un roman peut-il prendre le parti de la Révolution ? La question avait été posée très sérieusement à Vizille en 2012. Les spécialistes de littérature et d’histoire qui participaient alors à un colloque sur les mythologies révolutionnaires contemporaines en vinrent à se demander si le genre romanesque n’était pas, par essence, contre-révolutionnaire. Comme si, cantonné aux individus qui souffrent, le roman était incapable de rendre compte des élans collectifs. Je pense souvent à cette question. Elle a incontestablement aiguisé mon désir : à chaque fois que je commence à lire un roman sur la Révolution, j’espère trouver la perle rare. Avez-vous des suggestions à me faire en commentaire, lecteurs ? N’hésitez pas !

Avec 14 juillet, Éric Vuillard, trouve une solution qui force l’admiration. À première vue, il ne s’agit pas exactement d’un roman. Sur la couverture, on peut lire cette simple indication générique : « récit ». Un lecteur qui attendrait une intrigue romanesque serait assurément déçu. Les personnages ne font que passer, figures fugaces du peuple parisien. De leurs vies, on ne connaît que des bribes. L’action est on ne peut plus simple : le texte raconte la prise de la Bastille. Et pourtant on s’attache à ces personnages. On les aime, on les plaint, on les admire. On éprouve leurs peines et l’on partage leur joie de cette immense journée. Continuer la lecture de « Quand la littérature donne des héros au peuple »

Des monstres et des chaînons manquants

Compte rendu de lecture : Julia V. Douthwaite, Le Frankenstein français et la littérature de l’ère révolutionnaire, trad. de l’anglais par Pierre André et Alexane Bébin, Paris, Classiques Garnier, 2016.
ISBN : 978-2-8124-4604-7. 385 pages, 28 €.

La publication d’une version française du livre de Julia V. Douthwaite est un événement pour tous ceux qui s’intéressent à la littérature de la période révolutionnaire : c’est la première fois depuis le bicentenaire qu’une étude propose une vision d’ensemble de cette littérature. Le Frankenstein annoncé dans la première partie du titre n’est qu’un personnage parmi d’autres dans un vaste parcours. Le premier chapitre part des journées d’Octobre 1789, le second des lois sur les inventions de 1790-1791, le troisième de la fuite du roi à Varennes (juin 1791) et de son exécution (janvier 1793), le quatrième de la Terreur (1793-1794). Mais la chronologie des événements est prolongée, à l’intérieur de chaque chapitre, par des développements de l’histoire littéraire. Aux textes exactement contemporains des événements s’ajoutent ceux des années 1795-1803, qui appartiennent tout autant à « l’ère révolutionnaire ». Un « coda » invite ensuite à aller plus loin, en revisitant des textes célèbres à la lumière de la littérature révolutionnaire. Continuer la lecture de « Des monstres et des chaînons manquants »

Actes Sud fait la Révolution

Le mois d’août sera un grand mois de la Révolution littéraire. Je ne dis pas cela en pensant à mon livre, qui aurait dû paraître hier, et qui sera bientôt disponible, mais en découvrant deux romans annoncés par Actes Sud et qu’il me tarde de lire. Le premier, écrit par Thierry Froger, a pour titre Sauve qui peut (la Révolution) et pour cadre le bicentenaire. Mêlant les aspirations révolutionnaires du 18e siècle à celles du 20e siècle, imaginant Jean-Luc Godard travaillant à un film sur la Révolution, il me semble avoir quelques points communs avec Les Exagérés de Jean-François Vilar. Le second, écrit par Éric Vuillard, intitulé tout simplement 14 juillet, promet de raconter pour la première fois la prise de la Bastille du point de vue de ceux qui y étaient. Rien de moins! Il y aurait quelque chose de commun entre ce projet de retour à l’authenticité révolutionnaire et le spectacle de Joël Pommerat, Ça ira (1). Fin de Louis (à voir ou revoir à Nanterre en septembre, à lire aussi chez Actes Sud). Nul doute que nous reparlerons de ces tentatives bien différentes d’articuler l’histoire et la fiction.

(Les deux romans sont annoncés pour le 17 août. Patience.)

Le Péché de Monsieur Antoine ou comment peut-on hériter ?

La question n’est pas tant de savoir quel péché le bon monsieur Antoine a commis, mais plutôt ce qu’il faut faire des héritages. Et puisque cela se passe «quelques années» avant la publication du roman en 1846, les héritages de la Révolution et de l’Ancien régime sont bien au cœur du débat.

On devine assez vite que les lois de la société et celles de l’amitié n’autorisaient pas Monsieur Antoine à aimer celle qui a donné naissance à sa fille. En revanche, il faut un peu plus de temps pour démêler tous les héritages et notamment pour faire le décompte précis des pères. Père no 1 : Monsieur Antoine, le noble converti aux idéaux de la Révolution, devenu homme du peuple par la pauvreté et le travail, père de la belle et vertueuse Gilberte. Père no 2 : Monsieur Cardonnet, l’industriel qui veut dompter les hommes et la nature, père terrible du beau et vertueux Émile. Faut-il préciser – nous sommes chez George Sand – que la vertu comprend, en plus d’une moralité à toute épreuve et d’une parfaite sensibilité, la ferme conviction qu’il faut transformer la société pour la rendre plus égalitaire ? Père no 3 : le marquis de Boisguilbault, misanthrope vivant reclus dans son château où le temps s’est arrêté, toujours vêtu à la mode de l’Empire, d’abord père de personne, puis père de tout le monde.

Lecteur, si vous n’avez pas encore lu ce roman, que vous comptez le lire (vous devriez) et que vous ne voulez pas connaître déjà le fin mot de l’intrigue, n’allez pas plus loin dans la lecture de ce billet.

Continuer la lecture de « Le Péché de Monsieur Antoine ou comment peut-on hériter ? »