Un inventeur de la Terreur : Joachim Vilate

Le centre Jacques-Seebacher de l’université Paris Diderot publie aujourd’hui une nouvelle édition des Causes secrètes de la révolution du 9 au 10 thermidor de Joachim Vilate.

Joachim Vilate, Causes secrètes de la révolution du 9 au 10 thermidor, édition critique sous la direction d’Olivier Ritz, Paris, Université Paris Diderot, «Publications du centre Seebacher», 2018. Livre numérique: http://seebacher.lac.univ-paris-diderot.fr/bibliotheque/items/show/46

Cliquer sur l’image pour télécharger directement le fichier ePub.

Continuer la lecture de « Un inventeur de la Terreur : Joachim Vilate »

Les imaginaires romanesques de la Terreur (1793-1874)

«Avouez! Vous êtes là pour cela aujourd’hui.» Ce n’était pas une séance du tribunal révolutionnaire, mais la soutenance d’une thèse très importante sur la littérature de la Révolution, aux deux sens que l’on peut donner à cette expression: littérature publiée pendant la Révolution (pour les premiers chapitres) et littérature dont la Révolution est l’objet.

Vendredi 12 janvier 2018, à l’université de Saint-Étienne, Paul Kompanietz a soutenu une thèse intitulée : «Les imaginaires romanesques de la Terreur (1793-1874). Des Lettres trouvées dans des portefeuilles d’émigrés d’Isabelle de Charrière à Quatrevingt-Treize de Victor Hugo». La thèse était dirigée par Jean-Marie Roulin (UJM Saint-Étienne) et Florence Lotterie (Université Paris Diderot). Le jury, présidée par Aude Déruelle (Université d’Orléans) comprenait également Claudie Bernard (New York University) et Pierre Glaudes (Sorbonne Université). Continuer la lecture de « Les imaginaires romanesques de la Terreur (1793-1874) »

Was passiert ? La Révolution (2. Büchner)

Deuxième épisode d’une série sur les circulations franco-allemandes dans le théâtre de la Révolution. Après Schiller et Goethe au moment de la Révolution, La Mort de Danton de Büchner (1835), ses sources et sa postérité.


Büchner écrit et publie Dantons Tod (La Mort de Danton) en 1835. La pièce est d’abord et avant tout un texte. Büchner n’a pas la possibilité de le faire jouer: impliqué dans des organisations révolutionnaires, il doit souvent fuir la police et ne peut pas imaginer qu’un théâtre programme son texte. Il meurt deux ans plus tard du typhus et ce n’est que bien plus tard que la pièce est jouée (à partir de 1902) et qu’elle devient un classique du théâtre allemand puis européen. J’y reviendrai, mais je voudrais d’abord m’intéresser à la manière dont Büchner a fait du théâtre (ou de la littérature) à partir des histoires et des journaux qu’il a consultés. Continuer la lecture de « Was passiert ? La Révolution (2. Büchner) »

Was passiert ? La Révolution (1. Schiller et Goethe)

Comment les imaginaires de la Révolution ont-ils circulé au théâtre entre la France et l’Allemagne? Des mots, des formules, des motifs ou des figures comme les métaphores sont passés d’un texte à l’autre, d’une langue à l’autre. Au théâtre, des images plus sensibles circulent également: sons et musiques de la Révolution, objets ou gestes caractéristiques, et bien sûr des images au sens propre, montrées sur scène ou projetées.

Étudier ces «imaginaires», c’est chercher non seulement ce qui a été inventé pour dire la Révolution – comme la «Terreur» qui est une invention politique et littéraire a posteriori – mais aussi s’intéresser aux manières dont le théâtre s’est approprié les imaginaires existants. On peut par exemple s’interroger sur ce que le théâtre a fait d’une chose aussi écrasante que la Bastille.

Le premier épisode de cette enquête concerne la période révolutionnaire elle-même, au temps de Goethe et de Schiller. Ce dernier a été fait citoyen français par l’Assemblée nationale le 26 août 1792. Continuer la lecture de « Was passiert ? La Révolution (1. Schiller et Goethe) »

Le classicisme contre la République

Dans un article récent1, Alain Viala est revenu sur la polémique des programmes de français de l’an 2000, dont il a été l’un des principaux acteurs. Pour avoir présidé le groupe d’experts chargés de l’élaboration de ces programmes, il a été –et reste aujourd’hui– la cible principale de ceux qui s’y sont opposé. Une tribune publiée dans le journal Le Monde le 4 mars 2000 portait ce titre évocateur: «C’est la littérature qu’on assassine rue de Grenelle». Le débat est moins soutenu aujourd’hui, mais la querelle n’est pas éteinte et, quand elle ressurgit, c’est avec la même dramatisation: l’enseignement menacerait de mort la littérature, rien de moins! Continuer la lecture de « Le classicisme contre la République »

  1. Alain Viala,  «Querelles et légitimations : Quand le spectre de la mort de la littérature hante les débats», Carnets : revue électronique d’études françaises. Série II, no 9, jan. 2017, p. 6-21. []

La Terreur, la littérature et les femmes

Les femmes ont-elles profité de la Terreur pour devenir écrivaines? C’est à cette conclusion qu’arrive Frédéric Glorieux au terme d’une enquête sur les données data.bnf.fr dont il rend compte dans un article sur son carnet de recherche, J’attends des résultats. Cet article, «Femmes de lettres, démographie (data.bnf.fr 2017)» est écrit en réaction à un article publié par Pierre-Carl Langlais sur le carnet Sciences communes: «Les femmes ont-elles disparu de la littérature en 1830?». Continuer la lecture de « La Terreur, la littérature et les femmes »

La Révolution est-elle une période sans nom de l’histoire littéraire ?

Pour le colloque qu’elles ont organisé à Toulouse en avril 2014 et dont les actes ont été publiés à la fin de l’année 2016, Fabienne Bercegol, Stéphanie Genand et Florence Lotterie ont choisi de désigner les années 1780-1820 par l’expression «période sans nom», inventée par Simone Balayé et Jean Roussel dans la revue Dix-Huitième siècle en 1982. Il s’agit d’abord d’exprimer la difficulté de nommer ce moment intermédiaire de l’histoire littéraire française. Parler de Lumières tardives ou de tournant des Lumières, c’est en faire l’aboutissement de la période qui précède. Préférer les termes préromantisme (ce qui ne se fait plus), premier romantisme (ce qui se fait davantage) ou romantisme tout court, c’est la réduire aux premiers éléments du mouvement qui dominera ensuite. La période n’a pas de nom parce qu’elle en a trop, et qu’aucun ne lui convient véritablement. Continuer la lecture de « La Révolution est-elle une période sans nom de l’histoire littéraire ? »

Une histoire brève de la littérature de la Révolution

Alain Viala vient de publier le troisième volume d’une série intitulée Une histoire brève de la littérature française. Après avoir présenté Le Moyen Âge et la Renaissance (vol.1, 2014) puis L’Âge classique et les Lumières (vol.2, 2015), il aborde ici l’histoire littéraire d’un long dix-neuvième siècle, De la Révolution à la Belle Époque (vol.3, 2017). L’ensemble de la série est le prolongement écrit d’une histoire littéraire enregistrée avec le concours de Daniel Mesguish et proposé par La Librairie sonore Frémaux & Associés. Le volume consacré au dix-neuvième siècle a été conçu avec la collaboration de Paul Aron. Continuer la lecture de « Une histoire brève de la littérature de la Révolution »

Éric Vuillard à Paris Diderot

Compte rendu. Table ronde autour du récit d’Éric Vuillard, 14 juillet (Actes Sud, 2016) avec Éric Vuillard (auteur, Actes Sud), Paule Petitier (professeur, Paris Diderot), Florence Lotterie (professeur, Paris Diderot), Olivier Ritz (MCF, Paris Diderot), et Sophie Wahnich (directrice de recherche, CNRS). Dans le cadre de la journée d’étude «engagement de l’écrivain et imaginaires de la Révolution», organisée par Fanny Arama et Erwan Guéret à l’université Paris Diderot, le 9 juin 2017.

Erwan Guéret. En quoi le récit vous paraît-il la forme la mieux adaptée à votre engagement ?

Éric Vuillard. La littérature se présente traditionnellement comme une activité amputante, presque comme une activité autonome, quand bien même l’enseignement de la littérature se modernise et insiste sur ses liens avec la société. Quelque chose de plus fort subsiste, avec l’idée de l’inspiration: la littérature serait hors du temps et l’écrivain serait isolé. Le romantisme et le roman ont à voir avec cette conception de la littérature. Le récit renvoie davantage à nos inquiétudes présentes. Il permet de penser aujourd’hui. Continuer la lecture de « Éric Vuillard à Paris Diderot »

Écriture des possibles, écriture polémique et engagements

Compte rendu du séminaire Imaginaires de la Révolution (IMAREV 18-21). Vendredi 24 mars 2017 à l’université Paris Diderot. Séance doctorale, avec Fanny Arama, Laura Broccardo et Erwan Guéret.

Continuer la lecture de « Écriture des possibles, écriture polémique et engagements »

Liberté, égalité, littérature

La Révolution a été le moment d’une expérience inédite de liberté pour les écrivains. De 1789 à 1792, de 1795 à 1797 puis, pour la presse non périodique uniquement, en 1800 et 1801, la liberté de publier a été très grande. L’anthologie de textes que je propose ici donne à voir les débats qui ont accompagné cette expérience. Elle comprend à la fois des discours d’assemblée et des textes d’écrivains. Elle porte successivement sur trois enjeux du débat. D’une part, faut-il limiter la liberté de la presse, et pourquoi? D’autre part, que faut-il faire des académies? Enfin, la Révolution a-t-elle menacé la littérature? Dans une dernière partie, je propose quatre extraits du Nouveau Paris de Louis-Sébastien Mercier (1798): on y découvre les inquiétudes nouvelles et le désir d’ordre d’un auteur qui fut parmi les plus ardents défenseurs de la liberté d’écrire et de publier avant la Révolution. Au terme de ce parcours, l’expérience de la liberté semble avoir eu deux conséquences principales:  d’un côté, le pouvoir politique a repensé sa manière d’intervenir; de l’autre, la littérature – le mot supplante alors l’expression belles-lettres – a été définie en réaction à cette expérience. Continuer la lecture de « Liberté, égalité, littérature »

Fictions de la Révolution : le colloque

Le colloque « Fictions de la Révolution1 », organisé par Corinne Saminadayar-Perrin et Jean-Marie Roulin, s’est déroulé en deux parties, la première les 12 et 13 mai à l’université Paul-Valéry de Montpellier, la seconde les 6 et 7 octobre à l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne. En attendant le beau livre qui naîtra de ce colloque2, voici quelques remarques pour contribuer à la mémoire de nos échanges et inviter à prolonger la discussion. Continuer la lecture de « Fictions de la Révolution : le colloque »

  1. Le programme « Fictions de la Révolution » prolonge un beau travail collectif publié en 2014 dans le volume Les Romans de la Révolution. Pour les détails, voir le compte rendu que j’ai rédigé ici. []
  2. Sur son site internet, Corine Saminadayar-Perrin annonce déjà un titre prometteur pour l’introduction : « la Révolution, machine à fiction ». []

Des monstres et des chaînons manquants

Compte rendu de lecture : Julia V. Douthwaite, Le Frankenstein français et la littérature de l’ère révolutionnaire, trad. de l’anglais par Pierre André et Alexane Bébin, Paris, Classiques Garnier, 2016.
ISBN : 978-2-8124-4604-7. 385 pages, 28 €.

La publication d’une version française du livre de Julia V. Douthwaite est un événement pour tous ceux qui s’intéressent à la littérature de la période révolutionnaire : c’est la première fois depuis le bicentenaire qu’une étude propose une vision d’ensemble de cette littérature. Le Frankenstein annoncé dans la première partie du titre n’est qu’un personnage parmi d’autres dans un vaste parcours. Le premier chapitre part des journées d’Octobre 1789, le second des lois sur les inventions de 1790-1791, le troisième de la fuite du roi à Varennes (juin 1791) et de son exécution (janvier 1793), le quatrième de la Terreur (1793-1794). Mais la chronologie des événements est prolongée, à l’intérieur de chaque chapitre, par des développements de l’histoire littéraire. Aux textes exactement contemporains des événements s’ajoutent ceux des années 1795-1803, qui appartiennent tout autant à « l’ère révolutionnaire ». Un « coda » invite ensuite à aller plus loin, en revisitant des textes célèbres à la lumière de la littérature révolutionnaire. Continuer la lecture de « Des monstres et des chaînons manquants »