Une histoire brève de la littérature de la Révolution

Alain Viala vient de publier le troisième volume d’une série intitulée Une histoire brève de la littérature française. Après avoir présenté Le Moyen Âge et la Renaissance (vol.1, 2014) puis L’Âge classique et les Lumières (vol.2, 2015), il aborde ici l’histoire littéraire d’un long dix-neuvième siècle, De la Révolution à la Belle Époque (vol.3, 2017). L’ensemble de la série est le prolongement écrit d’une histoire littéraire enregistrée avec le concours de Daniel Mesguish et proposé par La Librairie sonore Frémaux & Associés. Le volume consacré au dix-neuvième siècle a été conçu avec la collaboration de Paul Aron. Continuer la lecture de « Une histoire brève de la littérature de la Révolution »

Éric Vuillard à Paris Diderot

Compte rendu. Table ronde autour du récit d’Éric Vuillard, 14 juillet (Actes Sud, 2016) avec Éric Vuillard (auteur, Actes Sud), Paule Petitier (professeur, Paris Diderot), Florence Lotterie (professeur, Paris Diderot), Olivier Ritz (MCF, Paris Diderot), et Sophie Wahnich (directrice de recherche, CNRS). Dans le cadre de la journée d’étude «engagement de l’écrivain et imaginaires de la Révolution», organisée par Fanny Arama et Erwan Guéret à l’université Paris Diderot, le 9 juin 2017.

Erwan Guéret. En quoi le récit vous paraît-il la forme la mieux adaptée à votre engagement ?

Éric Vuillard. La littérature se présente traditionnellement comme une activité amputante, presque comme une activité autonome, quand bien même l’enseignement de la littérature se modernise et insiste sur ses liens avec la société. Quelque chose de plus fort subsiste, avec l’idée de l’inspiration: la littérature serait hors du temps et l’écrivain serait isolé. Le romantisme et le roman ont à voir avec cette conception de la littérature. Le récit renvoie davantage à nos inquiétudes présentes. Il permet de penser aujourd’hui. Continuer la lecture de « Éric Vuillard à Paris Diderot »

Écriture des possibles, écriture polémique et engagements

Compte rendu du séminaire Imaginaires de la Révolution (IMAREV 18-21). Vendredi 24 mars 2017 à l’université Paris Diderot. Séance doctorale, avec Fanny Arama, Laura Broccardo et Erwan Guéret.

Continuer la lecture de « Écriture des possibles, écriture polémique et engagements »

Liberté, égalité, littérature

La Révolution a été le moment d’une expérience inédite de liberté pour les écrivains. De 1789 à 1792, de 1795 à 1797 puis, pour la presse non périodique uniquement, en 1800 et 1801, la liberté de publier a été très grande. L’anthologie de textes que je propose ici donne à voir les débats qui ont accompagné cette expérience. Elle comprend à la fois des discours d’assemblée et des textes d’écrivains. Elle porte successivement sur trois enjeux du débat. D’une part, faut-il limiter la liberté de la presse, et pourquoi? D’autre part, que faut-il faire des académies? Enfin, la Révolution a-t-elle menacé la littérature? Dans une dernière partie, je propose quatre extraits du Nouveau Paris de Louis-Sébastien Mercier (1798): on y découvre les inquiétudes nouvelles et le désir d’ordre d’un auteur qui fut parmi les plus ardents défenseurs de la liberté d’écrire et de publier avant la Révolution. Au terme de ce parcours, l’expérience de la liberté semble avoir eu deux conséquences principales:  d’un côté, le pouvoir politique a repensé sa manière d’intervenir; de l’autre, la littérature – le mot supplante alors l’expression belles-lettres – a été définie en réaction à cette expérience. Continuer la lecture de « Liberté, égalité, littérature »

Fictions de la Révolution : le colloque

Le colloque « Fictions de la Révolution1 », organisé par Corinne Saminadayar-Perrin et Jean-Marie Roulin, s’est déroulé en deux parties, la première les 12 et 13 mai à l’université Paul-Valéry de Montpellier, la seconde les 6 et 7 octobre à l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne. En attendant le beau livre qui naîtra de ce colloque2, voici quelques remarques pour contribuer à la mémoire de nos échanges et inviter à prolonger la discussion. Continuer la lecture de « Fictions de la Révolution : le colloque »

  1. Le programme « Fictions de la Révolution » prolonge un beau travail collectif publié en 2014 dans le volume Les Romans de la Révolution. Pour les détails, voir le compte rendu que j’ai rédigé ici. []
  2. Sur son site internet, Corine Saminadayar-Perrin annonce déjà un titre prometteur pour l’introduction : « la Révolution, machine à fiction ». []

Des monstres et des chaînons manquants

Compte rendu de lecture : Julia V. Douthwaite, Le Frankenstein français et la littérature de l’ère révolutionnaire, trad. de l’anglais par Pierre André et Alexane Bébin, Paris, Classiques Garnier, 2016.
ISBN : 978-2-8124-4604-7. 385 pages, 28 €.

La publication d’une version française du livre de Julia V. Douthwaite est un événement pour tous ceux qui s’intéressent à la littérature de la période révolutionnaire : c’est la première fois depuis le bicentenaire qu’une étude propose une vision d’ensemble de cette littérature. Le Frankenstein annoncé dans la première partie du titre n’est qu’un personnage parmi d’autres dans un vaste parcours. Le premier chapitre part des journées d’Octobre 1789, le second des lois sur les inventions de 1790-1791, le troisième de la fuite du roi à Varennes (juin 1791) et de son exécution (janvier 1793), le quatrième de la Terreur (1793-1794). Mais la chronologie des événements est prolongée, à l’intérieur de chaque chapitre, par des développements de l’histoire littéraire. Aux textes exactement contemporains des événements s’ajoutent ceux des années 1795-1803, qui appartiennent tout autant à « l’ère révolutionnaire ». Un « coda » invite ensuite à aller plus loin, en revisitant des textes célèbres à la lumière de la littérature révolutionnaire. Continuer la lecture de « Des monstres et des chaînons manquants »