Les premières fois de La Marseillaise dans les journaux de la Révolution

L’histoire de La Marseillaise a été beaucoup racontée. Michel Vovelle l’a fait admirablement en 1984 dans le chapitre Les Lieux de mémoires où il explique comment le chant de Rouget de Lisle et du maire de Strasbourg est devenu le chant des Marseillais, «rencontre exceptionnelle entre expression d’élite et ferveur populaire»1. Jean Renoir a fait de cette histoire un grand film en 1938: on y voit les Marseillais découvrir le chant grâce à un Montpelliérain qui l’a appris d’un Strasbourgeois. On y voit surtout les volontaires marseillais marcher jusqu’à Paris et entrer dans la capitale en chantant ce qui devient ainsi le chant des Marseillais, quelques jours avant de participer à la prise des Tuileries.

L’histoire de La Marseillaise est aussi une histoire d’imprimés. La première édition du texte est publiée à Strasbourg, avec paroles et musique, sous le titre Chant de guerre pour l’armée du Rhin, dédié au Maréchal Lukner. Cette publication de quatre pages n’est pas datée, mais on sait que Rouget de Lisle a composé le chant dans la nuit du 25 au 26 avril 1792 et que Luckner a cessé de commander l’armée du Rhin le 21 mai. L’imprimeur est Ph. J. Dannbach, Imprimeur de la Municipalité, ce qui suggère que le maire Dietrich est intervenu pour faire imprimer le chant après avoir demandé à Rouget de Lisle de l’écrire.

Les premières apparitions du chant dans les journaux permettent de s’interroger sur le rôle des imprimés dans sa diffusion et son succès. Elles invitent aussi à réévaluer la chronologie et la géographie des premiers temps de la Marseillaise.

Continuer la lecture de « Les premières fois de La Marseillaise dans les journaux de la Révolution »
  1. Michel Vovelle, «La Marseillaise. La guerre ou la paix», dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, [1984], Gallimard, «Quarto», 1997, vol. 1, p. 107-149 ; p. 112. []

Gallicagram: un outil d’exploration pour l’histoire littéraire de la Révolution

J’étais invité le 27 octobre dernier au Early Modern French Seminar à la Maison française d’Oxford. Le thème du séminaire, «Impressions», m’a incité à poser la question «Quels sont les imprimés qui ont fait impression pendant la Révolution française?» Je me suis surtout demandé quels moyens nous avons de répondre à une telle question. Ce qui reste de l’histoire littéraire de la Révolution française, ce que l’on peut voir, lire, étudier, ce sont surtout des imprimés. Certes, il existe aussi des manuscrits, dans des archives privées ou publiques, mais ils sont beaucoup moins accessibles. Les imprimés ont été conservés dès le moment de leur publication grâce au dépôt légal (supprimé en 1790, mais rétabli dès 1793). De nombreuses collections d’imprimés de la période révolutionnaire ont été acquises par les bibliothèques patrimoniales et tout particulièrement par la Bibliothèque nationale de France. Des catalogues spécifiques ont été constitués.

Continuer la lecture de « Gallicagram: un outil d’exploration pour l’histoire littéraire de la Révolution »

Comment s’appelait Madame Roland ?

Depuis 2019, les programmes d’histoire de première invitent à étudier «Madame Roland, une femme en révolution». Peut-on encore désigner une femme de cette manière aujourd’hui ? Sans prénom, en la réduisant à son genre et au nom de son mari ? En l’appelant «Madame Roland» on fait d’elle et de son époux un duo, un «tandem» comme le disent les documents d’accompagnement des programmes, un être à deux têtes et à quatre mains, mais qui n’a qu’un nom, le nom de l’homme.

Les arguments historiques en faveur de cette manière de la nommer sont faibles. Certes, c’est comme cela qu’elle est nommée dans la presse, la première fois qu’il est question d’elle en septembre 1792. Mais c’est Danton qui la désigne ainsi, pour discréditer son mari. C’est aussi sous le nom de « Madame Roland » que sont publiées ses Mémoires… en 1820, soit vingt-sept ans après sa mort. En revanche, sur la page de titre de la première édition de ces mémoires, publiés sous le titre Appel à l’impartiale postérité en 1795, elle est appelée « La citoyenne Roland ». Autrement dit et quoi que l’on pense de « Madame Roland » pour aujourd’hui, cette manière de la désigner n’est guère plus historique qu’une autre. Rien ne prouve qu’elle-même ait voulu être appelée ainsi.

Continuer la lecture de « Comment s’appelait Madame Roland ? »

Diderot et la Révolution : l’histoire d’une non-publication

Compte rendu de lecture. Caroline Warman, The Atheist’s Bible: Diderot’s ‘Éléments de physiologie’. Cambridge, UK: Open Book Publishers, 2020, https://doi.org/10.11647/OBP.0199 – CC BY 4.0

Version écrite d’une intervention à la Maison française d’Oxford le 17 mai 2022, à l’occasion de la présentation du livre par Caroline Warman.

Je ne dirai rien de la première partie de ce livre, qui présente les Éléments de physiologie de Diderot, qui fait le point sur leur réception critique, qui prouve leur importance pour Diderot lui-même et pour l’histoire de la pensée matérialiste, qui propose enfin une lecture détaillée du texte. La seconde partie du livre m’intéresse trop : je me précipite donc vers la page 179. Continuer la lecture de « Diderot et la Révolution : l’histoire d’une non-publication »

Olympe de Gouges au programme de la République

Commençons par le plus important : des dizaines de milliers d’élèves de première vont étudier un texte d’Olympe de Gouges pour préparer leur bac de français. C’est, de toute façon, formidable.

Je passe aussi sur le paradoxe d’un texte qui n’a eu aucun écho du vivant de son autrice, qui a été oublié pendant près de deux cents ans et qui est, désormais, un classique. J’en ai parlé ailleurs. En revanche, je voudrais faire quelques remarques et poser quelques questions sur la manière dont la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne est inscrite dans les programmes du baccalauréat

La représentante officielle des Lumières

Les programmes de français sont organisés autour de grands genres littéraires. Au cours des vingt dernières années, ces genres se sont réduits à quatre : le roman, le théâtre, la poésie et l’argumentation qu’on appelle désormais la littérature d’idée.

Ce quatrième objet est susceptible d’une confusion qui lui est propre : quand on étudie la littérature d’idées, on a souvent tendance à accorder une importance plus grande aux valeurs que les textes sont supposés porter qu’à leurs qualités propres. Certes, on ne cherche plus à faire l’éducation morale des élèves avec les fables de La Fontaine, mais on continue à promouvoir l’humanisme et plus encore les Lumières.

Continuer la lecture de « Olympe de Gouges au programme de la République »

Roman et histoire : la Révolution d’Émilie et de François Emmanuel Toulongeon

Version écrite d’une intervention dans le cadre séminaire de Master 2 et doctoral de l’IHRF-IHMC «En faisant, en écrivant la Révolution», organisé par Colin Jones et Pierre Serna, le 25 novembre 2020.

À propos des Lettres de la Vendée, roman d’Émilie Toulongeon, et du premier volume de L’Histoire de France depuis la révolution de 1789, par François Emmanuel Toulongeon, publiés en 1801.

Continuer la lecture de « Roman et histoire : la Révolution d’Émilie et de François Emmanuel Toulongeon »

La Terreur : histoire d’un théâtre d’ombres

Compte rendu de lecture. Jean-Clément Martin, Les Échos de la Terreur. Vérités d’un mensonge d’État, 1794-2001, Paris, Belin, 2018, ISBN 978-2-410-00206-5, 24 €, 316 pages.

«En inventant la Terreur» le 28 août 1794, un mois après l’élimination de Robespierre, Tallien «révolutionne la Révolution» (p.29).  Le terme et l’idée de Terreur s’imposent: son imprécision, sa plasticité et son pouvoir d’occultation lui assurent un succès durable. Dans Les Échos de la Terreur, Jean-Clément Martin entreprend la «généalogie» de ce mensonge. S’il revient comme il l’a souvent fait déjà sur ses origines, il met surtout l’accent sur son devenir, consacrant la plus grande part ce livre à la Terreur comme «catastrophe originaire» (titre de la deuxième partie) ou comme «mythe originel» (p.19). Cet ouvrage prolonge ainsi La Terreur. Vérités et légendes, publié un an plus tôt par Jean-Clément Martin (voir mon compte rendu). Il s’en distingue par la perspective adoptée, mais aussi par la manière d’écrire. L’ouvrage de 2017 est une très belle entreprise de vulgarisation, fait de chapitres courts et incisifs. Ce livre-ci est une intervention dans les débats scientifiques actuels sur la Révolution: sans rien perdre de sa clarté dans l’expression, Jean-Clément Martin écrit à partir de très nombreuses lectures. Les références qu’il donne en notes constituent une bibliographie très riche. L’historien construit explicitement une position personnelle, disant ses accords ou désaccords avec nuance et affichant parfois son manque de «compétences», par exemple à propos du sacré (p.211).

Continuer la lecture de « La Terreur : histoire d’un théâtre d’ombres »

Vers un catalogue numérique de la Révolution

Introduction à la table ronde du séminaire UDPN (usages des patrimoines numérisés) du vendredi 9 novembre 2018, à l’université Paris Diderot: «Des sources de Michelet au Catalogue numérique de la Révolution française : faire l’inventaire d’un patrimoine dispersé».

L’index des sources de l’Histoire de la Révolution française de Jules Michelet, en cours de constitution dans le cadre du projet La Fabrique de la Révolution, fait apparaître un corpus de plusieurs dizaines de titres et d’un nombre plus grand encore de volumes. On y trouve des grandes sommes sur la Révolution française, des collections éditoriales comme celle de l’éditeur Baudouin ou encore des ouvrages isolés. Ce corpus singulier est attaché à un auteur, à quelques années de sa vie, et à un ouvrage, mais il donne une idée de ce qui s’est transmis et de ce qui s’est inventé entre l’époque de la Révolution et celle où Michelet a écrit son livre.

Ce corpus pourrait être le point de départ d’un nouveau projet de recherche: la constitution d’un catalogue numérique de la Révolution française. La table ronde d’aujourd’hui est une occasion de réfléchir à ce que pourrait être un tel catalogue – et à son opportunité même, qui est tout sauf évidente. Pour cela je commencerai par un rapide état des lieux avant d’esquisser quelques idées sur les perspectives ouvertes par les évolutions numériques récentes.

Continuer la lecture de « Vers un catalogue numérique de la Révolution »

Bibliographie des premières histoires de la Révolution (1789-1814)

Y a-t-il eu des histoires de la Révolution avant 1815 ? Oui. Une cinquantaine, pour la plupart publiées ou au moins commencées avant le début de l’Empire. Il est vrai qu’elles ont été critiquées dès le moment de leur publication et que les études consacrées plus tard à l’historiographie de la Révolution n’en ont pas fait grand cas. Elles existent pourtant et aucun critère solide ne permet de les exclure en bloc. Je leur ai consacré un chapitre de ma thèse, devenue un livre (Les Métaphores naturelles de la Révolution, p. 227-260). J’ai écrit plusieurs articles que l’on peut lire en ligne, par exemple sur les épigraphes de ces premières histoires, sur ce qu’elles ont de tragique, ou encore sur une année particulièrement féconde, l’an IX.  Mais je publie pour la première fois ici la liste des histoires de la Révolution publiées entre 1789 et 1815. Continuer la lecture de « Bibliographie des premières histoires de la Révolution (1789-1814) »

Un inventeur de la Terreur : Joachim Vilate

Le centre Jacques-Seebacher de l’université Paris Diderot publie aujourd’hui une nouvelle édition des Causes secrètes de la révolution du 9 au 10 thermidor de Joachim Vilate.

Joachim Vilate, Causes secrètes de la révolution du 9 au 10 thermidor, édition critique sous la direction d’Olivier Ritz, Paris, Université Paris Diderot, «Publications du centre Seebacher», 2018. Livre numérique: http://seebacher.lac.univ-paris-diderot.fr/bibliotheque/items/show/46

Cliquer sur l’image pour télécharger directement le fichier ePub.

Continuer la lecture de « Un inventeur de la Terreur : Joachim Vilate »

Les imaginaires romanesques de la Terreur (1793-1874)

«Avouez! Vous êtes là pour cela aujourd’hui.» Ce n’était pas une séance du tribunal révolutionnaire, mais la soutenance d’une thèse très importante sur la littérature de la Révolution, aux deux sens que l’on peut donner à cette expression: littérature publiée pendant la Révolution (pour les premiers chapitres) et littérature dont la Révolution est l’objet.

Vendredi 12 janvier 2018, à l’université de Saint-Étienne, Paul Kompanietz a soutenu une thèse intitulée : «Les imaginaires romanesques de la Terreur (1793-1874). Des Lettres trouvées dans des portefeuilles d’émigrés d’Isabelle de Charrière à Quatrevingt-Treize de Victor Hugo». La thèse était dirigée par Jean-Marie Roulin (UJM Saint-Étienne) et Florence Lotterie (Université Paris Diderot). Le jury, présidée par Aude Déruelle (Université d’Orléans) comprenait également Claudie Bernard (New York University) et Pierre Glaudes (Sorbonne Université). Continuer la lecture de « Les imaginaires romanesques de la Terreur (1793-1874) »

Was passiert ? La Révolution (2. Büchner)

Deuxième épisode d’une série sur les circulations franco-allemandes dans le théâtre de la Révolution. Après Schiller et Goethe au moment de la Révolution, La Mort de Danton de Büchner (1835), ses sources et sa postérité.


Büchner écrit et publie Dantons Tod (La Mort de Danton) en 1835. La pièce est d’abord et avant tout un texte. Büchner n’a pas la possibilité de le faire jouer: impliqué dans des organisations révolutionnaires, il doit souvent fuir la police et ne peut pas imaginer qu’un théâtre programme son texte. Il meurt deux ans plus tard du typhus et ce n’est que bien plus tard que la pièce est jouée (à partir de 1902) et qu’elle devient un classique du théâtre allemand puis européen. J’y reviendrai, mais je voudrais d’abord m’intéresser à la manière dont Büchner a fait du théâtre (ou de la littérature) à partir des histoires et des journaux qu’il a consultés. Continuer la lecture de « Was passiert ? La Révolution (2. Büchner) »

Was passiert ? La Révolution (1. Schiller et Goethe)

Comment les imaginaires de la Révolution ont-ils circulé au théâtre entre la France et l’Allemagne? Des mots, des formules, des motifs ou des figures comme les métaphores sont passés d’un texte à l’autre, d’une langue à l’autre. Au théâtre, des images plus sensibles circulent également: sons et musiques de la Révolution, objets ou gestes caractéristiques, et bien sûr des images au sens propre, montrées sur scène ou projetées.

Étudier ces «imaginaires», c’est chercher non seulement ce qui a été inventé pour dire la Révolution – comme la «Terreur» qui est une invention politique et littéraire a posteriori – mais aussi s’intéresser aux manières dont le théâtre s’est approprié les imaginaires existants. On peut par exemple s’interroger sur ce que le théâtre a fait d’une chose aussi écrasante que la Bastille.

Le premier épisode de cette enquête concerne la période révolutionnaire elle-même, au temps de Goethe et de Schiller. Ce dernier a été fait citoyen français par l’Assemblée nationale le 26 août 1792. Continuer la lecture de « Was passiert ? La Révolution (1. Schiller et Goethe) »

Le classicisme contre la République

Dans un article récent1, Alain Viala est revenu sur la polémique des programmes de français de l’an 2000, dont il a été l’un des principaux acteurs. Pour avoir présidé le groupe d’experts chargés de l’élaboration de ces programmes, il a été –et reste aujourd’hui– la cible principale de ceux qui s’y sont opposé. Une tribune publiée dans le journal Le Monde le 4 mars 2000 portait ce titre évocateur: «C’est la littérature qu’on assassine rue de Grenelle». Le débat est moins soutenu aujourd’hui, mais la querelle n’est pas éteinte et, quand elle ressurgit, c’est avec la même dramatisation: l’enseignement menacerait de mort la littérature, rien de moins! Continuer la lecture de « Le classicisme contre la République »

  1. Alain Viala,  «Querelles et légitimations : Quand le spectre de la mort de la littérature hante les débats», Carnets : revue électronique d’études françaises. Série II, no 9, jan. 2017, p. 6-21. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search