Éric Vuillard à Paris Diderot

Compte rendu. Table ronde autour du récit d’Éric Vuillard, 14 juillet (Actes Sud, 2016) avec Éric Vuillard (auteur, Actes Sud), Paule Petitier (professeur, Paris Diderot), Florence Lotterie (professeur, Paris Diderot), Olivier Ritz (MCF, Paris Diderot), et Sophie Wahnich (directrice de recherche, CNRS). Dans le cadre de la journée d’étude «engagement de l’écrivain et imaginaires de la Révolution», organisée par Fanny Arama et Erwan Guéret à l’université Paris Diderot, le 9 juin 2017.

Erwan Guéret. En quoi le récit vous paraît-il la forme la mieux adaptée à votre engagement ?

Éric Vuillard. La littérature se présente traditionnellement comme une activité amputante, presque comme une activité autonome, quand bien même l’enseignement de la littérature se modernise et insiste sur ses liens avec la société. Quelque chose de plus fort subsiste, avec l’idée de l’inspiration: la littérature serait hors du temps et l’écrivain serait isolé. Le romantisme et le roman ont à voir avec cette conception de la littérature. Le récit renvoie davantage à nos inquiétudes présentes. Il permet de penser aujourd’hui. Continuer la lecture de « Éric Vuillard à Paris Diderot »

Dans les petits papiers de Michelet

L’Histoire de la Révolution française publiée en six tomes entre 1847 et 1853 a beaucoup contribué à la gloire de son auteur, Jules Michelet. Elle est un texte majeur pour qui s’intéresse à la littérature française du 19e siècle ou à l’historiographie de la Révolution française. Les papiers préparatoires à l’écriture de cette histoire ont été conservés: rassemblés et triés à plusieurs reprises depuis le décès de l’historien, ils sont réunis dans six gros volumes, aujourd’hui conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Ces papiers ne sont pas les manuscrits de l’Histoire de la Révolution française, mais les traces écrites d’un travail préparatoire à la rédaction, des brouillons d’un genre particulier, supports d’une prise de note plus ou moins structurée. Avec ces premiers textes, résultats de la recherche et de la sélection d’informations, s’élaborent déjà la pensée et parfois le style. Continuer la lecture de « Dans les petits papiers de Michelet »

Histoires tragiques et 14 juillet pluvieux

J’ai désormais déposé cinq articles sur les archives ouvertes HAL (tous ceux que j’ai pu déposer à ce jour).

On peut y découvrir différents temps de ma recherche sur les premières histoires de la Révolution (1789-1815) : d’une part le résultat d’une première exploration de ce corpus, centrée sur les pages de titres et plus précisément sur les épigraphes ; d’autre part un gros plan sur la production historique d’une année particulièrement féconde, l’an IX (1800-1801) ; enfin un article posant la question du tragique de ces premières histoires.

Grâce à la bonne volonté de l’éditeur Hermann, j’ai pu mettre à disposition le chapitre du livre La pluie et le beau temps dans la littérature (sous la dir. de Karin Becker) que j’ai consacré aux intempéries de la Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790. Ce chapitre, enrichi et remanié, est devenu le premier chapitre de ma thèse, puis de mon livre, indisponibles en ligne.

Enfin, j’ai publié une œuvre de jeunesse : un article sur les usages de l’Antiquité dans le roman L’Émigré de Sénac de Meilhan (1797).

Image à la une: David L., Le Serment de Lafayette, à la Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790, 1791 (détail). Paris, Musée Carnavalet.

La Révolution dans l’Humanité, été 2009

Du 15 juillet au 3 septembre 2009, le journal l’Humanité publia chaque jour en dernière page le portrait d’un personnage de la Révolution. Trente-six portraits furent rassemblés ensuite dans un hors-série intitulé «1789-2009: Portraits de Révolution». Avec Stéphanie Loncle, j’ai étudié ces portraits pour un colloque organisé à Vizille en mars 2012. L’article que nous avons tiré de ce travail a été publié dans le volume La Révolution française et le monde d’aujourd’hui. Mythologies contemporaines, (sous la dir. de Martial Poirson, Classiques Garnier, 2014). Malheureusement, le choix de l’éditeur et la loi actuelle ne nous permettent pas de mettre en ligne cet article sur HAL. En revanche, je publie ici la liste des portraits publiés avec des liens vers le site de l’Humanité, où l’on peut les consulter gratuitement. Certaines signatures vous surprendront peut-être. Plusieurs portraits, qu’ils soient écrits par des journalistes ou par des personnalités invitées pour l’occasion, sont très réussis. Je recommande notamment le duel que se livrèrent les éditorialistes Claude Cabanes et Maurice Ulrich à propos de Marat et de Charlotte Corday (textes 5 et 6). Continuer la lecture de « La Révolution dans l’Humanité, été 2009 »

La prise de la Bastille à l’ère du soupçon

Le 14 juillet 1789 gêne-t-il des historiens de la Révolution française? En découvrant que oui, je suis plongé dans des abîmes de perplexité. Revenons d’abord aux faits. Le 17 novembre dernier, j’ai été surpris d’entendre Pierre Serna critiquer le récit de la prise de la Bastille par Éric Vuillard en cherchant par tous les moyens à minimiser l’importance de cette journée: l’incendie des barrières quelques jours plus tôt comptait davantage, la passivité de l’armée importait plus que l’insurrection populaire, et d’ailleurs la fête nationale célébrait la Fête de la Fédération  (14 juillet 1790) et non les événements de 1789. Hier, à l’occasion de la première séance du séminaire Imaginaires de la Révolution, Jean-Clément Martin a insisté pour qu’on ne fasse pas de 1789 le point de départ de la Révolution: la situation de désordre datait au moins de 1787; le mot révolution était dans le vocabulaire politique depuis de nombreuses années; la conscience de vivre une révolution ne commencerait qu’en 1791; bref, le 14 juillet 1789 n’était pas grand chose (sinon aux yeux de quelques étrangers qui avaient intérêt à grandir l’événement) et l’on avait tort d’y voir un point de départ. Continuer la lecture de « La prise de la Bastille à l’ère du soupçon »

Éric Vuillard à la Sorbonne

Mercredi 17 novembre, Éric Vuillard a parlé de son livre 14 juillet à la Sorbonne. Invité par les Amis de l’Humanité, il a échangé avec Pierre Serna et Jean-Luc Chappey, de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française. Le débat était animé par Xavier Capodano de la librairie Le Genre urbain. Voici la transcription des principaux échanges, que j’espère aussi fidèle que possible.

Xavier Capodano : Pourquoi un livre sur le 14 juillet ?

Éric Vuilllard : Cette date coupe l’histoire en deux. C’est le jour d’une foule victorieuse. Et puis on écrit toujours dans un temps donné : la littérature n’est pas détachée de la vie sociale. Il m’a semblé que faire ce livre aujourd’hui n’était pas tout à fait inutile. Continuer la lecture de « Éric Vuillard à la Sorbonne »

Les sources numériques de la Révolution française

Le 23 mai dernier, l’URFIST de Paris proposait une formation sur les sources de l’histoire de la Révolution française à l’heure du numérique. J’ai eu la chance de participer à cette séance, animée par Bettina Frederking (ingénieur d’études à l’IHRF) et Martine Sin Blima-Barru (conservatrice aux Archives nationales). Un compte rendu est désormais publié en ligne. Il contient de nombreux liens vers les resources qui nous été signalées à cette occasion :
http://urfist.enc-sorbonne.fr/veille-et-recherche/ateliers/les-boudoirs-de-lhistorienne/seance-du-23-mai-2016-les-sources-de-l’his

Image à la une : Lettre inédite de Robespierre à un destinataire inconnu sur le bonheur et la vertu, non datée [1792] (détail). Archives nationales, 683AP/1/dossier 2, en ligne sur la base de données ARCHIM.

Lire la Révolution : par où commencer ?

Chaos épouvantable formé par les écrivains de la révolution, masse énorme de feuilles périodiques, de brochures et de livres, dépôt obscur et volumineux de discours contradictoires, débordement d’invectives et de sarcasmes, amas confus où la calomnie s’est noyée elle-même, dossier effroyable du plus opiniâtre et du plus sanglant des procès, cesse d’accabler mes esprits, tu ferais reculer jusqu’à un Tacite. Je ne veux point t’ouvrir, je ne veux point te consulter ; je ne veux plus rien lire, je n’en crois que moi ; eh ! que pourrait-il sortir de cette cuve où bouillonnent encore les vagues écumeuses1 ?

Ce n’était qu’en 1798, et Louis Sébastien Mercier reculait déjà la masse d’écrits suscités par la Révolution. Que dire aujourd’hui ? Et comment s’y retrouver, quand on voudrait, par des lectures, savoir ce qui s’est passé entre 1789 et 1799 ? Je prie mes lecteurs historiens d’excuser le caractère partiel et subjectif des indications que je propose ici. Je serais ravi, d’ailleurs, de lire leurs suggestions dans les commentaires de ce billet. J’écris ces quelques lignes pour ceux qui arrivent à la Révolution par des des œuvres littéraires ou artistiques et qui voudraient mieux en saisir les enjeux historiques. Continuer la lecture de « Lire la Révolution : par où commencer ? »

  1. Louis Sébastien Mercier, Le Nouveau Paris, Chapitre I « Vues préliminaires », [1798] Mercure de France, 1994, p. 33. []

Ça ira revient ! À lire, à écouter, à voir

Le Ça ira de Joël Pommerat revient au théâtre des Amandiers de Nanterre à partir du 9 septembre. On peut désormais lire le texte, publié aux éditions Actes Sud.

pommerat-ca-ira-livre

Sur internet, il y a aussi beaucoup à lire, à écouter et à voir à propos de ce spectacle formidable qui appelle au débat… Continuer la lecture de « Ça ira revient ! À lire, à écouter, à voir »

L’an IX ou l’historiographie de la Révolution en débat

J’ai le plaisir d’annoncer la publication d’un article que j’ai consacré au débat sur l’écriture de l’histoire de la Révolution au cours de l’an IX (1800-1801). Cet article vient d’être publié dans la revue en ligne de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française. Pour le lire en intégralité, il suffit donc de suivre ce lien : http://lrf.revues.org/1603. Continuer la lecture de « L’an IX ou l’historiographie de la Révolution en débat »