La prise de la Bastille à l’ère du soupçon

Le 14 juillet 1789 gêne-t-il des historiens de la Révolution française? En découvrant que oui, je suis plongé dans des abîmes de perplexité. Revenons d’abord aux faits. Le 17 novembre dernier, j’ai été surpris d’entendre Pierre Serna critiquer le récit de la prise de la Bastille par Éric Vuillard en cherchant par tous les moyens à minimiser l’importance de cette journée: l’incendie des barrières quelques jours plus tôt comptait davantage, la passivité de l’armée importait plus que l’insurrection populaire, et d’ailleurs la fête nationale célébrait la Fête de la Fédération  (14 juillet 1790) et non les événements de 1789. Hier, à l’occasion de la première séance du séminaire Imaginaires de la Révolution, Jean-Clément Martin a insisté pour qu’on ne fasse pas de 1789 le point de départ de la Révolution: la situation de désordre datait au moins de 1787; le mot révolution était dans le vocabulaire politique depuis de nombreuses années; la conscience de vivre une révolution ne commencerait qu’en 1791; bref, le 14 juillet 1789 n’était pas grand chose (sinon aux yeux de quelques étrangers qui avaient intérêt à grandir l’événement) et l’on avait tort d’y voir un point de départ. Continuer la lecture de « La prise de la Bastille à l’ère du soupçon »

Le truc en plume du comte d’Artois

 

C’était le 13 octobre dernier, à l’Avant Seine, théâtre de Colombes : Marie-Antoinette(s), écrit et mis en scène par Pauline Susini. Entendons-nous bien : je n’aime pas Marie-Antoinette. Elle était reine, c’est déjà beaucoup, et elle est devenue une machine à dénigrer la Révolution. D’ailleurs, je n’ai pas (encore ?) vu le film de Sofia Coppola. N’hésitez pas à m’éclairer de vos commentaires, vous qui êtes moins ignorants que moi.

Les Marie-Antoinette(s) de Pauline Susini n’ont pas été loin de me séduire. Elles sont au moins trois, jouées successivement par les trois actrices du spectacle. Elles sont plus nombreuses encore pendant toute la première partie de la pièce. À chaque scène, la reine se montre différente : intrigante ou badine, légère ou grave, parfois touchante, souvent ridicule. Si la progression générale suit le cours de l’histoire, le récit biographique est entrecoupé de scènes montrant Marie-Antoinette face à ses juges du tribunal révolutionnaire. On la voit ainsi manœuvrer à la cour, et l’instant  suivant nier toute activité politique. On l’entend dire qu’elle ne savait rien entre deux échanges avec la cour d’Autriche. Pour autant, elle n’est pas présentée comme une manipulatrice. Elle paraît plutôt inconséquente et insaisissable. Continuer la lecture de « Le truc en plume du comte d’Artois »

Ça ira revient ! À lire, à écouter, à voir

Le Ça ira de Joël Pommerat revient au théâtre des Amandiers de Nanterre à partir du 9 septembre. On peut désormais lire le texte, publié aux éditions Actes Sud.

pommerat-ca-ira-livre

Sur internet, il y a aussi beaucoup à lire, à écouter et à voir à propos de ce spectacle formidable qui appelle au débat… Continuer la lecture de « Ça ira revient ! À lire, à écouter, à voir »