Les premières fois de La Marseillaise dans les journaux de la Révolution

L’histoire de La Marseillaise a été beaucoup racontée. Michel Vovelle l’a fait admirablement en 1984 dans le chapitre Les Lieux de mémoires où il explique comment le chant de Rouget de Lisle et du maire de Strasbourg est devenu le chant des Marseillais, «rencontre exceptionnelle entre expression d’élite et ferveur populaire»1. Jean Renoir a fait de cette histoire un grand film en 1938: on y voit les Marseillais découvrir le chant grâce à un Montpelliérain qui l’a appris d’un Strasbourgeois. On y voit surtout les volontaires marseillais marcher jusqu’à Paris et entrer dans la capitale en chantant ce qui devient ainsi le chant des Marseillais, quelques jours avant de participer à la prise des Tuileries.

L’histoire de La Marseillaise est aussi une histoire d’imprimés. La première édition du texte est publiée à Strasbourg, avec paroles et musique, sous le titre Chant de guerre pour l’armée du Rhin, dédié au Maréchal Lukner. Cette publication de quatre pages n’est pas datée, mais on sait que Rouget de Lisle a composé le chant dans la nuit du 25 au 26 avril 1792 et que Luckner a cessé de commander l’armée du Rhin le 21 mai. L’imprimeur est Ph. J. Dannbach, Imprimeur de la Municipalité, ce qui suggère que le maire Dietrich est intervenu pour faire imprimer le chant après avoir demandé à Rouget de Lisle de l’écrire.

Les premières apparitions du chant dans les journaux permettent de s’interroger sur le rôle des imprimés dans sa diffusion et son succès. Elles invitent aussi à réévaluer la chronologie et la géographie des premiers temps de la Marseillaise.

Continuer la lecture de « Les premières fois de La Marseillaise dans les journaux de la Révolution »
  1. Michel Vovelle, «La Marseillaise. La guerre ou la paix», dans Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, [1984], Gallimard, «Quarto», 1997, vol. 1, p. 107-149 ; p. 112. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search