Le 18 Fructidor de Louis-Sébastien Mercier

Ce mois-ci paraît le seizième numéro de la revue Orages. Littérature et culture (1760-1830) dont le thème est «Haines politiques». J’y parle de Louis-Sébastien Mercier et plus particulièrement de son Nouveau Paris, publié en 1798. Ce vaste texte, bien connu des spécialistes de la période et qui mériterait de toucher un public plus large, m’intéresse depuis longtemps. Avec cet article, j’ai voulu m’interroger sur l’engagement politique de Mercier dans le contexte très particulier du coup d’État du 18 Fructidor an V (4 septembre 1797). Comment peut-on défendre la République quand les élections ont donné une majorité à ses ennemis ? Continuer la lecture de « Le 18 Fructidor de Louis-Sébastien Mercier »

Liberté, égalité, littérature

La Révolution a été le moment d’une expérience inédite de liberté pour les écrivains. De 1789 à 1792, de 1795 à 1797 puis, pour la presse non périodique uniquement, en 1800 et 1801, la liberté de publier a été très grande. L’anthologie de textes que je propose ici donne à voir les débats qui ont accompagné cette expérience. Elle comprend à la fois des discours d’assemblée et des textes d’écrivains. Elle porte successivement sur trois enjeux du débat. D’une part, faut-il limiter la liberté de la presse, et pourquoi? D’autre part, que faut-il faire des académies? Enfin, la Révolution a-t-elle menacé la littérature? Dans une dernière partie, je propose quatre extraits du Nouveau Paris de Louis-Sébastien Mercier (1798): on y découvre les inquiétudes nouvelles et le désir d’ordre d’un auteur qui fut parmi les plus ardents défenseurs de la liberté d’écrire et de publier avant la Révolution. Au terme de ce parcours, l’expérience de la liberté semble avoir eu deux conséquences principales:  d’un côté, le pouvoir politique a repensé sa manière d’intervenir; de l’autre, la littérature – le mot supplante alors l’expression belles-lettres – a été définie en réaction à cette expérience. Continuer la lecture de « Liberté, égalité, littérature »