Éric Vuillard à Paris Diderot

Compte rendu. Table ronde autour du récit d’Éric Vuillard, 14 juillet (Actes Sud, 2016) avec Éric Vuillard (auteur, Actes Sud), Paule Petitier (professeur, Paris Diderot), Florence Lotterie (professeur, Paris Diderot), Olivier Ritz (MCF, Paris Diderot), et Sophie Wahnich (directrice de recherche, CNRS). Dans le cadre de la journée d’étude «engagement de l’écrivain et imaginaires de la Révolution», organisée par Fanny Arama et Erwan Guéret à l’université Paris Diderot, le 9 juin 2017.

Erwan Guéret. En quoi le récit vous paraît-il la forme la mieux adaptée à votre engagement ?

Éric Vuillard. La littérature se présente traditionnellement comme une activité amputante, presque comme une activité autonome, quand bien même l’enseignement de la littérature se modernise et insiste sur ses liens avec la société. Quelque chose de plus fort subsiste, avec l’idée de l’inspiration: la littérature serait hors du temps et l’écrivain serait isolé. Le romantisme et le roman ont à voir avec cette conception de la littérature. Le récit renvoie davantage à nos inquiétudes présentes. Il permet de penser aujourd’hui. Continuer la lecture de « Éric Vuillard à Paris Diderot »

Dans les petits papiers de Michelet

L’Histoire de la Révolution française publiée en six tomes entre 1847 et 1853 a beaucoup contribué à la gloire de son auteur, Jules Michelet. Elle est un texte majeur pour qui s’intéresse à la littérature française du 19e siècle ou à l’historiographie de la Révolution française. Les papiers préparatoires à l’écriture de cette histoire ont été conservés: rassemblés et triés à plusieurs reprises depuis le décès de l’historien, ils sont réunis dans six gros volumes, aujourd’hui conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Ces papiers ne sont pas les manuscrits de l’Histoire de la Révolution française, mais les traces écrites d’un travail préparatoire à la rédaction, des brouillons d’un genre particulier, supports d’une prise de note plus ou moins structurée. Avec ces premiers textes, résultats de la recherche et de la sélection d’informations, s’élaborent déjà la pensée et parfois le style. Continuer la lecture de « Dans les petits papiers de Michelet »

Pierre Michon, la Terreur et le poney Robespierre

Compte rendu du séminaire «Écritures contemporaines de l’Histoire: violences religieuses et terreurs révolutionnaires». Rencontre avec Pierre Michon et Patrick Wald Lasowski, séance organisée par Colas Duflo (Litt&Phi) et Dominique Viart (Observatoire des Littératures Contemporaines). Lundi 6 mars 2017, de 14 heures à 17 heures, à l’université de Nanterre.

Si la Terreur a jamais été à l’ordre du jour, c’était bien ce lundi 6 mars à Nanterre: une Terreur toute littéraire bien sûr, romanesque même, puisque c’est du roman Les Onze de Pierre Michon, et dans une moindre mesure du roman La Terreur, de Patrick Wald Lasowski, qu’il fut question pendant trois heures. La Terreur? «Cette période qui est comme le comble de l’histoire et que par conséquent on appelle très justement la Terreur» (Les Onze, p. 93).

On peut lire le compte rendu qui suit. On peut aussi, grâce à la WebTV de l’université Paris Nanterre, voir et écouter en ligne l’intégralité de la rencontre. Continuer la lecture de « Pierre Michon, la Terreur et le poney Robespierre »

La prise de la Bastille à l’ère du soupçon

Le 14 juillet 1789 gêne-t-il des historiens de la Révolution française? En découvrant que oui, je suis plongé dans des abîmes de perplexité. Revenons d’abord aux faits. Le 17 novembre dernier, j’ai été surpris d’entendre Pierre Serna critiquer le récit de la prise de la Bastille par Éric Vuillard en cherchant par tous les moyens à minimiser l’importance de cette journée: l’incendie des barrières quelques jours plus tôt comptait davantage, la passivité de l’armée importait plus que l’insurrection populaire, et d’ailleurs la fête nationale célébrait la Fête de la Fédération  (14 juillet 1790) et non les événements de 1789. Hier, à l’occasion de la première séance du séminaire Imaginaires de la Révolution, Jean-Clément Martin a insisté pour qu’on ne fasse pas de 1789 le point de départ de la Révolution: la situation de désordre datait au moins de 1787; le mot révolution était dans le vocabulaire politique depuis de nombreuses années; la conscience de vivre une révolution ne commencerait qu’en 1791; bref, le 14 juillet 1789 n’était pas grand chose (sinon aux yeux de quelques étrangers qui avaient intérêt à grandir l’événement) et l’on avait tort d’y voir un point de départ. Continuer la lecture de « La prise de la Bastille à l’ère du soupçon »

Éric Vuillard à la Sorbonne

Mercredi 17 novembre, Éric Vuillard a parlé de son livre 14 juillet à la Sorbonne. Invité par les Amis de l’Humanité, il a échangé avec Pierre Serna et Jean-Luc Chappey, de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française. Le débat était animé par Xavier Capodano de la librairie Le Genre urbain. Voici la transcription des principaux échanges, que j’espère aussi fidèle que possible.

Xavier Capodano : Pourquoi un livre sur le 14 juillet ?

Éric Vuilllard : Cette date coupe l’histoire en deux. C’est le jour d’une foule victorieuse. Et puis on écrit toujours dans un temps donné : la littérature n’est pas détachée de la vie sociale. Il m’a semblé que faire ce livre aujourd’hui n’était pas tout à fait inutile. Continuer la lecture de « Éric Vuillard à la Sorbonne »

De l’audace, mais pas grand chose à sauver

Compte rendu de lecture. Thierry Froger, Sauve qui peut (la révolution), Arles, Actes Sud, 2016.
448 pages, 22 €. ISBN 978-2-330-06650-5.

De l’audace ! Il en faut assurément pour s’emparer de la Révolution avec tous ses monuments. Pendant que Joël Pommerat essaie d’inventer un récit dépouillé de la mythologie révolutionnaire, au moment-même où Éric Vuillard se concentre – magnifiquement – sur quelques journées de juillet 1789, Thierry Froger ose rêver très grand avec Sauve qui peut (la révolution). Prenez Robespierre, Desmoulins, Bonaparte et surtout Danton. Ajoutez les Hugo (père et fils), Michelet, François Furet, Jack Lang et surtout Jean-Luc Godard. Vous n’aurez qu’une petite idée du pêle-même de grandes figures qui peuplent le roman. La liste complète, qui tient autant de l’inventaire à la Prévert que du catalogue homérique, occupe d’ailleurs huit longues pages dans la dernière partie du texte. Continuer la lecture de « De l’audace, mais pas grand chose à sauver »

Que fait Edmund Burke en tête de ce carnet ?

Il chevauche une hydre, dans un costume de Don Quichotte, et il brandit ses Réflexions sur la Révolution de France.

Bien sûr, on pourrait le prendre au sérieux. On le fait parfois. Beaucoup l’ont fait, qu’ils se soient intéressés aux idées politiques des Réflexions (1790) ou qu’ils soient revenus à sa célèbre Recherche philosophique sur l’origine de nos idées du sublime et du beau  (1757).

En France aujourd’hui, on rigole peu avec Burke. Des historiens lui prêtent une grande influence sur l’historiographie de la Révolution. Des politistes et des philosophes font grand cas de sa pensée. Récemment encore, j’ai entendu l’un d’eux, Frédéric Brahami, qui ne tarissait pas d’éloges. De l’autre côté de la Manche ou de l’Atlantique, les études sont encore plus nombreuses, qui, sur les terrains des sciences politiques, de l’histoire ou de la philosophie, donnent à Burke une place de premier choix. Mais il compte aussi beaucoup dans des études littéraires qui, sans lui disputer son rang de protagoniste, le montrent dans des rôles plus variés et souvent plus drôles.

Continuer la lecture de « Que fait Edmund Burke en tête de ce carnet ? »