Vers un catalogue numérique de la Révolution

Introduction à la table ronde du séminaire UDPN (usages des patrimoines numérisés) du vendredi 9 novembre 2018, à l’université Paris Diderot: «Des sources de Michelet au Catalogue numérique de la Révolution française : faire l’inventaire d’un patrimoine dispersé».

L’index des sources de l’Histoire de la Révolution française de Jules Michelet, en cours de constitution dans le cadre du projet La Fabrique de la Révolution, fait apparaître un corpus de plusieurs dizaines de titres et d’un nombre plus grand encore de volumes. On y trouve des grandes sommes sur la Révolution française, des collections éditoriales comme celle de l’éditeur Baudouin ou encore des ouvrages isolés. Ce corpus singulier est attaché à un auteur, à quelques années de sa vie, et à un ouvrage, mais il donne une idée de ce qui s’est transmis et de ce qui s’est inventé entre l’époque de la Révolution et celle où Michelet a écrit son livre.

Ce corpus pourrait être le point de départ d’un nouveau projet de recherche: la constitution d’un catalogue numérique de la Révolution française. La table ronde d’aujourd’hui est une occasion de réfléchir à ce que pourrait être un tel catalogue – et à son opportunité même, qui est tout sauf évidente. Pour cela je commencerai par un rapide état des lieux avant d’esquisser quelques idées sur les perspectives ouvertes par les évolutions numériques récentes.

Continuer la lecture de « Vers un catalogue numérique de la Révolution »

« La faim passe du peuple au Roi ! »

Jules Michelet a laissé près de deux mille papiers préparatoires à son Histoire de la Révolution française (1847-1853), aujourd’hui conservés à la Bibliothèque historique de la ville de Paris. Une équipe de l’université Paris Diderot, dirigée par Paule Petitier, a entrepris la numérisation de ce matériau plein de surprises et d’enseignements. Les notes de Michelet sont transcrites et encodées, avec un double objectif : d’une part, rendre les papiers les plus lisibles possible, d’autre part, y repérer un certain nombre d’éléments significatifs, comme les noms de personne ou les références bibliographiques. Les papiers sont désormais mis en ligne, à mesure qu’ils sont transcrits, sur une application de visualisation. On peut également commencer à consulter les index en cours de constitution.

Il y a un an, j’ai proposé sur ce carnet une lecture d’un long papier dans lequel Michelet écrit, entre autres choses, ce qu’il a retenu d’une visite à la Salpêtrière. Aujourd’hui, je voudrais m’arrêter sur un papier beaucoup plus court, mais qui m’a beaucoup intéressé lorsque je l’ai transcrit. Continuer la lecture de « « La faim passe du peuple au Roi ! » »

Un atelier d’édition collaborative

Cet article ne parle qu’incidemment de la Révolution française. Il rend compte d’une expérience pédagogique qui est aussi une expérience de recherche et que je mène depuis deux ans à l’université Paris Diderot dans le cadre de la licence de lettres. L’atelier d’édition critique collaborative proposé aux étudiants de troisième année consiste à faire en un semestre l’édition critique d’un texte littéraire: établir le texte, l’annoter pour en éclairer le sens ou le commenter et rédiger une préface accompagnée d’indications bibliographiques. Cet atelier est ainsi l’occasion d’une initiation à la recherche et d’une expérience de travail collectif. Les outils et les ressources numériques sont au cœur du dispositif, à la fois moyens sans lesquels ce projet serait irréalisable et objets d’apprentissages. Mais le choix d’outils utiles pour la recherche, utilisables par tous et permettant un véritable travail collaboratif s’est avéré plus compliqué et aussi plus intéressant que prévu. Continuer la lecture de « Un atelier d’édition collaborative »

Un inventeur de la Terreur : Joachim Vilate

Le centre Jacques-Seebacher de l’université Paris Diderot publie aujourd’hui une nouvelle édition des Causes secrètes de la révolution du 9 au 10 thermidor de Joachim Vilate.

Joachim Vilate, Causes secrètes de la révolution du 9 au 10 thermidor, édition critique sous la direction d’Olivier Ritz, Paris, Université Paris Diderot, «Publications du centre Seebacher», 2018. Livre numérique: http://seebacher.lac.univ-paris-diderot.fr/bibliotheque/items/show/46

Cliquer sur l’image pour télécharger directement le fichier ePub.

Continuer la lecture de « Un inventeur de la Terreur : Joachim Vilate »

Was passiert ? La Révolution (2. Büchner)

Deuxième épisode d’une série sur les circulations franco-allemandes dans le théâtre de la Révolution. Après Schiller et Goethe au moment de la Révolution, La Mort de Danton de Büchner (1835), ses sources et sa postérité.


Büchner écrit et publie Dantons Tod (La Mort de Danton) en 1835. La pièce est d’abord et avant tout un texte. Büchner n’a pas la possibilité de le faire jouer: impliqué dans des organisations révolutionnaires, il doit souvent fuir la police et ne peut pas imaginer qu’un théâtre programme son texte. Il meurt deux ans plus tard du typhus et ce n’est que bien plus tard que la pièce est jouée (à partir de 1902) et qu’elle devient un classique du théâtre allemand puis européen. J’y reviendrai, mais je voudrais d’abord m’intéresser à la manière dont Büchner a fait du théâtre (ou de la littérature) à partir des histoires et des journaux qu’il a consultés. Continuer la lecture de « Was passiert ? La Révolution (2. Büchner) »

La Terreur, la littérature et les femmes

Les femmes ont-elles profité de la Terreur pour devenir écrivaines? C’est à cette conclusion qu’arrive Frédéric Glorieux au terme d’une enquête sur les données data.bnf.fr dont il rend compte dans un article sur son carnet de recherche, J’attends des résultats. Cet article, «Femmes de lettres, démographie (data.bnf.fr 2017)» est écrit en réaction à un article publié par Pierre-Carl Langlais sur le carnet Sciences communes: «Les femmes ont-elles disparu de la littérature en 1830?». Continuer la lecture de « La Terreur, la littérature et les femmes »

Dans les petits papiers de Michelet

L’Histoire de la Révolution française publiée en six tomes entre 1847 et 1853 a beaucoup contribué à la gloire de son auteur, Jules Michelet. Elle est un texte majeur pour qui s’intéresse à la littérature française du 19e siècle ou à l’historiographie de la Révolution française. Les papiers préparatoires à l’écriture de cette histoire ont été conservés: rassemblés et triés à plusieurs reprises depuis le décès de l’historien, ils sont réunis dans sept gros volumes, aujourd’hui conservés à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Ces papiers ne sont pas les manuscrits de l’Histoire de la Révolution française, mais les traces écrites d’un travail préparatoire à la rédaction, des brouillons d’un genre particulier, supports d’une prise de note plus ou moins structurée. Avec ces premiers textes, résultats de la recherche et de la sélection d’informations, s’élaborent déjà la pensée et parfois le style. Continuer la lecture de « Dans les petits papiers de Michelet »

Un an déjà : à quoi bon ce carnet ?

Littérature et Révolution: un an, trente-six articles, quelques centaines de vrais lecteurs, trente-huit commentaires. L’occasion de regarder en arrière, et de faire un premier bilan.

Il m’a fallu plusieurs mois pour découvrir ce que j’allais vraiment faire de ce carnet. Mes premiers articles étaient écrits presque par hasard, à propos d’objets qui me semblaient en lien avec un projet d’ensemble très vaste, qui dépasse d’ailleurs ce carnet de recherche: l’étude des relations entre la littérature et la Révolution française. Les catégories que j’utilisais au départ se recoupaient le plus souvent: comme dans ma thèse, j’évoquais le plus souvent des textes qui ont été publiés pendant la période 1789-1815 et qui disent quelque chose de la Révolution (qui la «fabriquent»). Continuer la lecture de « Un an déjà : à quoi bon ce carnet ? »

Voyages dans le temps à la Conciergerie

C’était mardi soir, le 13 décembre 2016, l’inauguration du nouveau parcours Révolution à la Conciergerie: parcours révolutionnaire à la fois par son objet et par ses ambitions. Le renouvellement complet de la scénographie a été l’occasion, selon Guillaume Mazeau, historien de la Révolution et commissaire scientifique du nouveau parcours, de transformer un lieu de mémoire en lieu d’histoire. Sobriété et efficacité, dit-il encore, ont été les maîtres mots d’un travail qui vise à raconter la Révolution dans ses contradictions (entre rêve démocratique et guerre civile), de manière apaisée et critique. L’histoire ainsi «mise à disposition» et non imposée peut contribuer à l’émancipation. Continuer la lecture de « Voyages dans le temps à la Conciergerie »

Les sources numériques de la Révolution française

Le 23 mai dernier, l’URFIST de Paris proposait une formation sur les sources de l’histoire de la Révolution française à l’heure du numérique. J’ai eu la chance de participer à cette séance, animée par Bettina Frederking (ingénieur d’études à l’IHRF) et Martine Sin Blima-Barru (conservatrice aux Archives nationales). Un compte rendu est désormais publié en ligne. Il contient de nombreux liens vers les resources qui nous été signalées à cette occasion :
http://urfist.enc-sorbonne.fr/veille-et-recherche/ateliers/les-boudoirs-de-lhistorienne/seance-du-23-mai-2016-les-sources-de-l’his

Image à la une : Lettre inédite de Robespierre à un destinataire inconnu sur le bonheur et la vertu, non datée [1792] (détail). Archives nationales, 683AP/1/dossier 2, en ligne sur la base de données ARCHIM.

Ça ira revient ! À lire, à écouter, à voir

Le Ça ira de Joël Pommerat revient au théâtre des Amandiers de Nanterre à partir du 9 septembre. On peut désormais lire le texte, publié aux éditions Actes Sud.

pommerat-ca-ira-livre

Sur internet, il y a aussi beaucoup à lire, à écouter et à voir à propos de ce spectacle formidable qui appelle au débat… Continuer la lecture de « Ça ira revient ! À lire, à écouter, à voir »