1793, le théâtre révolutionnaire est de ce monde

Compte rendu de 1793, on fermera les mansardes et on en fera des jardins suspendus par la Troupe éphémère. D’après 1793, la cité révolutionnaire est de ce monde créé par le Théâtre du Soleil en 1972. Direction artistique: Jean Bellorini, Delphine Bradier, Mathieu Coblentz et Gaëlle Hermant. Au théâtre Gérard Philipe, à Saint-Denis, du 20 au 22 avril 2017.

Le spectacle que quelques rares privilégiés ont pu voir la semaine dernière à Saint-Denis était à tous points de vue extraordinaire : que l’on soit curieux de la Révolution, amateur de théâtre ou plus généralement encore citoyen en quête de sens politique, c’était une chance à peine croyable d’être là. Continuer la lecture de « 1793, le théâtre révolutionnaire est de ce monde »

Voyages dans le temps à la Conciergerie

C’était mardi soir, le 13 décembre 2016, l’inauguration du nouveau parcours Révolution à la Conciergerie: parcours révolutionnaire à la fois par son objet et par ses ambitions. Le renouvellement complet de la scénographie a été l’occasion, selon Guillaume Mazeau, historien de la Révolution et commissaire scientifique du nouveau parcours, de transformer un lieu de mémoire en lieu d’histoire. Sobriété et efficacité, dit-il encore, ont été les maîtres mots d’un travail qui vise à raconter la Révolution dans ses contradictions (entre rêve démocratique et guerre civile), de manière apaisée et critique. L’histoire ainsi «mise à disposition» et non imposée peut contribuer à l’émancipation. Continuer la lecture de « Voyages dans le temps à la Conciergerie »

Jeunesse de Danton !

Compte rendu de La Mort de Danton, mise en scène par Jean-Pierre Baro, avec les comédiens de la promotion 2016 de l’École Nationale Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier. Créé au printemps 2016 à Montpellier, repris en novembre 2016 au théâtre de la Commune à Aubervilliers.

Le spectacle a été joué une dizaine de fois. C’est beaucoup pour un spectacle de fin d’études. C’est peu pour un aussi beau résultat, qui aurait mérité d’être vu par de très nombreux spectateurs. Ils sont onze donc. Ils s’appellent même «les onze» sur leur site, mais je ne suis pas sûr qu’ils aient pensé au roman de Pierre Michon et aux membres du Comité de Salut Public. En revanche ils sont jeunes, et cela les rend particulièrement aptes à jouer la Révolution, comme l’écrit Jean-Pierre Baro dans le programme du spectacle : «Il y a peut-être un secret dans la quête de changement et les aspirations et combats de ces jeunes révolutionnaires, que seuls des élèves aussi jeunes que les figures qu’ils incarnent peuvent percer.» Continuer la lecture de « Jeunesse de Danton ! »

Lire la Révolution : par où commencer ?

Chaos épouvantable formé par les écrivains de la révolution, masse énorme de feuilles périodiques, de brochures et de livres, dépôt obscur et volumineux de discours contradictoires, débordement d’invectives et de sarcasmes, amas confus où la calomnie s’est noyée elle-même, dossier effroyable du plus opiniâtre et du plus sanglant des procès, cesse d’accabler mes esprits, tu ferais reculer jusqu’à un Tacite. Je ne veux point t’ouvrir, je ne veux point te consulter ; je ne veux plus rien lire, je n’en crois que moi ; eh ! que pourrait-il sortir de cette cuve où bouillonnent encore les vagues écumeuses1 ?

Ce n’était qu’en 1798, et Louis Sébastien Mercier reculait déjà la masse d’écrits suscités par la Révolution. Que dire aujourd’hui ? Et comment s’y retrouver, quand on voudrait, par des lectures, savoir ce qui s’est passé entre 1789 et 1799 ? Je prie mes lecteurs historiens d’excuser le caractère partiel et subjectif des indications que je propose ici. Je serais ravi, d’ailleurs, de lire leurs suggestions dans les commentaires de ce billet. J’écris ces quelques lignes pour ceux qui arrivent à la Révolution par des des œuvres littéraires ou artistiques et qui voudraient mieux en saisir les enjeux historiques. Continuer la lecture de « Lire la Révolution : par où commencer ? »

  1. Louis Sébastien Mercier, Le Nouveau Paris, Chapitre I « Vues préliminaires », [1798] Mercure de France, 1994, p. 33. []

Fictions de la Révolution : le colloque

Le colloque « Fictions de la Révolution1 », organisé par Corinne Saminadayar-Perrin et Jean-Marie Roulin, s’est déroulé en deux parties, la première les 12 et 13 mai à l’université Paul-Valéry de Montpellier, la seconde les 6 et 7 octobre à l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne. En attendant le beau livre qui naîtra de ce colloque2, voici quelques remarques pour contribuer à la mémoire de nos échanges et inviter à prolonger la discussion. Continuer la lecture de « Fictions de la Révolution : le colloque »

  1. Le programme « Fictions de la Révolution » prolonge un beau travail collectif publié en 2014 dans le volume Les Romans de la Révolution. Pour les détails, voir le compte rendu que j’ai rédigé ici. []
  2. Sur son site internet, Corine Saminadayar-Perrin annonce déjà un titre prometteur pour l’introduction : « la Révolution, machine à fiction ». []

Des monstres et des chaînons manquants

Compte rendu de lecture : Julia V. Douthwaite, Le Frankenstein français et la littérature de l’ère révolutionnaire, trad. de l’anglais par Pierre André et Alexane Bébin, Paris, Classiques Garnier, 2016.
ISBN : 978-2-8124-4604-7. 385 pages, 28 €.

La publication d’une version française du livre de Julia V. Douthwaite est un événement pour tous ceux qui s’intéressent à la littérature de la période révolutionnaire : c’est la première fois depuis le bicentenaire qu’une étude propose une vision d’ensemble de cette littérature. Le Frankenstein annoncé dans la première partie du titre n’est qu’un personnage parmi d’autres dans un vaste parcours. Le premier chapitre part des journées d’Octobre 1789, le second des lois sur les inventions de 1790-1791, le troisième de la fuite du roi à Varennes (juin 1791) et de son exécution (janvier 1793), le quatrième de la Terreur (1793-1794). Mais la chronologie des événements est prolongée, à l’intérieur de chaque chapitre, par des développements de l’histoire littéraire. Aux textes exactement contemporains des événements s’ajoutent ceux des années 1795-1803, qui appartiennent tout autant à « l’ère révolutionnaire ». Un « coda » invite ensuite à aller plus loin, en revisitant des textes célèbres à la lumière de la littérature révolutionnaire. Continuer la lecture de « Des monstres et des chaînons manquants »