La Révolution au féminin pluriel

Compte rendu de l’exposition Amazones de la Révolution, des femmes dans la tourmente de 1789, au musée Lambinet, à Versailles, du 5 novembre 2016 au 5 mars 2017. Article publié dans L’Humanité du lundi 20 février 2017, en accès libre sur le site internet du journal.


Il y avait au moins deux bonnes raisons d’organiser à Versailles une exposition sur les femmes dans la Révolution française. La première est historique: c’est dans cette ville que les femmes connurent leur jour de gloire, en octobre 1789, lorsqu’elles vinrent chercher le roi pour le contraindre d’habiter désormais à Paris, au milieu de son peuple. Dans son enthousiasme, Michelet n’hésitera pas à écrire : «Les hommes ont pris la Bastille, et les femmes ont pris le roi.» La deuxième raison tient aux trésors révolutionnaires que renferme le musée Lambinet. L’exposition « Amazones de la Révolution » rappelle donc à propos que Versailles, ville royale par excellence, a été pour cette raison même un haut lieu de la Révolution. Continuer la lecture de « La Révolution au féminin pluriel »

La blanche Corday et le noir Fouquier-Tinville

Compte rendu du Procès de Charlotte Corday, texte et mise en scène de Benoît Lepecq, créé le 14 novembre 2009 au château de Villiers–Cerny, repris à Versailles, à l’espace Richaud, les 2 et 3 février 2017.

J’aurais pu voir cette pièce à Vizille, le 21 mars 2012, mais je n’ai fait que passer au colloque «Mythologies contemporaines» et j’étais déjà dans le train du retour quand elle a été jouée. Cette fois-ci, je n’ai rien manqué: j’ai visité l’exposition Amazones de la Révolution au musée Lambinet, j’ai dialogué avec son commissaire, Martial Poirson, que nous avions invité au séminaire Imaginaires de la Révolution et j’ai complété ces deux journées passionnantes en retournant à Versailles, pour Le Procès de Charlotte Corday.

Continuer la lecture de « La blanche Corday et le noir Fouquier-Tinville »

La Révolution au féminin: scènes du politique

Compte rendu de séminaire. Imaginaires de la Révolution (IMAREV 18-21), université Paris-Diderot, organisé par Florence Lotterie, Sophie Lucet et Olivier Ritz. Séance du 3 février 2017: La Révolution au féminin, scènes du politique. Avec Élianne Viennot, à l’occasion de la sortie du livre Et la modernité fut masculine (1789-1804) (Perrin, 2016) et Martial Poirson, commissaire de l’exposition Amazones de la Révolution. Des femmes dans la tourmente de 1789 (Versailles, Musée Lambinet).

Continuer la lecture de « La Révolution au féminin: scènes du politique »

Le truc en plume du comte d’Artois

 

C’était le 13 octobre dernier, à l’Avant Seine, théâtre de Colombes : Marie-Antoinette(s), écrit et mis en scène par Pauline Susini. Entendons-nous bien : je n’aime pas Marie-Antoinette. Elle était reine, c’est déjà beaucoup, et elle est devenue une machine à dénigrer la Révolution. D’ailleurs, je n’ai pas (encore ?) vu le film de Sofia Coppola. N’hésitez pas à m’éclairer de vos commentaires, vous qui êtes moins ignorants que moi.

Les Marie-Antoinette(s) de Pauline Susini n’ont pas été loin de me séduire. Elles sont au moins trois, jouées successivement par les trois actrices du spectacle. Elles sont plus nombreuses encore pendant toute la première partie de la pièce. À chaque scène, la reine se montre différente : intrigante ou badine, légère ou grave, parfois touchante, souvent ridicule. Si la progression générale suit le cours de l’histoire, le récit biographique est entrecoupé de scènes montrant Marie-Antoinette face à ses juges du tribunal révolutionnaire. On la voit ainsi manœuvrer à la cour, et l’instant  suivant nier toute activité politique. On l’entend dire qu’elle ne savait rien entre deux échanges avec la cour d’Autriche. Pour autant, elle n’est pas présentée comme une manipulatrice. Elle paraît plutôt inconséquente et insaisissable. Continuer la lecture de « Le truc en plume du comte d’Artois »